Mathilde Rouxel, Vincent de Lavenne, Introduction à la journée d’étude “Collection de films pour l’éducation : histoire, circulation, avenir”

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Cette journée d’étude s’inscrit dans un projet développé au sein de la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle, croisant un projet de recherche et un projet en humanité numérique travaillant à l’accessibilité des collections de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, conservées depuis 2010 par la DBU de la Sorbonne Nouvelle. L’occasion du projet de recherche intitulé Kinopédia développé au sein d’une résidence CollEx-Persée a permis d’achever la numérisation de la centaine de films du fonds concernant les zones géographiques de l’ancien espace colonial français, permettant de donnée une vision large des méthodes d’instruction de l’époque, à l’heure où le film pédagogique était considéré comme un outil utile pour défendre les valeurs républicaines et universalistes de la patrie – tout en s’inscrivant dans le contexte idéologique de l’époque. Le projet a donné lieu à une mise en perspective scientifique du corpus ainsi qu’à de nombreuses programmation qui ont permis aux films de rencontrer des publics variés. Sur le plan documentaire, la délimitation de ce corpus restreint a permis de réfléchir, en coordonnant le travail du chercheur et celui du bibliothécaire, au développement d’outils de recherche numérique dédiés pour faciliter l’accès aux films.

Un corpus aux intérêts multiples

En 1920, et jusqu’au début des années 1960, la géographie de la France comptait ses colonies. Le territoire était pour les élèves des classes un territoire aux frontières multiples, aux ressources riches et parfois exotiques, permises par des climats dont ils ne pouvaient pas faire l’expérience ni comprendre des répercussions. Les traditions, au Maghreb, en Afrique Occidentale Française ou en Afrique Équatoriale française, n’avaient rien à voir avec les traditions répandues en métropole, et les voyages, à cette époque, étaient rares, voire impossibles pour la plupart des français.

À partir des années 1930, la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public a acquis et fait circuler de nombreux films concernant la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, l’Afrique occidentale ou équatoriale française, sur Madagascar ou les Antilles. Les films sont de différentes natures et répondent à différentes catégories de disciplines scolaires : des films classés dans « géographie » ou « économie » s’intéresseront davantage au relief et aux ressources naturelles offertes par chacun des territoires, les films classés dans « arts et techniques » témoignent des techniques artisanales traditionnelles des différents pays (la poterie ou les arts du verre par exemple), alors que des films à sujets « ethnographiques » auront pour but de décrire la manière de vivre des peuples autochtones. D’autres films décrivent ces territoires en ce qu’ils ont de français, exposant la démographie, l’architecture urbaine héritée d’Haussmann, le « progrès » des machines automatisées de l’industrie française, les infrastructures mises en place par la colonisation, les modes de vie. D’autres encore, traitant par exemple de sujets médicaux, prennent l’Afrique du Nord ou subsaharienne comme exemple, mais ne discutent pas nécessairement du territoire en tant que tel.

Ces films sont le reflets d’une époque. Ouverture sur le monde pour les enfants auxquels ils étaient destinés, base d’une instruction en matière de sociologie ou de géographie, les films peuvent aujourd’hui être vus comme les témoins d’une époque. Après les décolonisations, dans le courant des années 1950 jusqu’au début des années 1960, les productions de ce type de film de sont faites naturellement beaucoup plus rares et la plupart des films jusqu’alors en circulation sont sortis des catalogues les années suivantes. Certains d’entre eux sont devenus caduques avec le changement de statut des territoires décolonisés ; d’autres ont été remplacés par d’autres films sur d’autres sujets jugés plus importants.

Le fonds actuel de la CCEP comprend des films datant de catalogages de différentes époques, et propose donc de nombreux films diffusés entre les années 1930 et 1960 dans les écoles.

Un fonds accessible pour les chercheurs

L’un des principaux défis pour médiatiser les collections de la CCEP est d’ordre technique : la Direction des Bibliothèques Universitaires ne dispose pas d’une plate-forme qui serve de vitrine à ces collections particulières. La construction d’une bibliothèque numérique était en projet dans l’établissement, mais la résidence CollEx-Persée et l’accueil d’une chercheuse au sein de la bibliothèque ont permis de concevoir cet outil en lien très étroit avec les utilisateurs finaux, c’est-à-dire la communauté des chercheurs. En croisant l’expertise des professionnels de l’information scientifique et technique et les pratiques de recherche, le travail en collaboration avec une chercheuse permettra de valider les orientations et de créer un véritable écrin numérique pour les collections de la CCEP.

L’objectif de ce projet était donc la mise en ligne d’une bibliothèque numérique, outil de diffusion et de valorisation de ce fonds remarquable.

Un livrable reposant sur des standards ouverts et qui s’appuie sur des référentiels transdisciplinaires

Pour réaliser cette bibliothèque numérique, la Direction des Bibliothèques Universitaires s’est tournée vers le logiciel libre Omeka-S, qui bénéficie d’une communauté d’utilisateurs vivante et riche, et qui permet surtout de s’appuyer sur les technologies du web sémantique. Ainsi, tout en donnant une meilleure visibilité au fonds, la présentation via Omeka-S a permis de travailler sur l’indexation de la collection. Le logiciel nous a permis d’appuyer la description des collections sur des référentiels largement partagés (FOAF, Schema), mais aussi sur des référentiels plus précis, puisque les notices de ressources cinématographiques demandent un référencement différents des ressources bibliographiques (concernant notamment les différents métiers listés dans les fiches techniques des films, ou concernant les formats de projection). L’adoption de ces standards du web sémantique permettront également, au moment de la mise en ligne du site de la bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle à la fin de l’année, de donner plus de visibilité à ces collections en les liant à d’autres.

A terme, le projet KINOPEDIA permettra également d’expérimenter l’implémentation du protocole IIIF dans le projet de bibliothèque numérique. En suivant les évolutions de la communauté sur le sujet des ressources audiovisuelles, nous pourrons permettre une facilité d’accès et de réutilisation à ces contenus, qui iraient dans le sens d’une valorisation du fonds dans son ensemble (expositions thématiques numériques, illustrations dans des carnets de recherche en ligne…), par-delà les seuls films du corpus Kinopedia.

Une incitation à des approches plurielles du fonds

Bien plus que de migrer des documents audiovisuels, la conception de cette bibliothèque numérique, telle que nous l’avons envisagée, s’est donné pour but de fournir au chercheur un outil riche. En exploitant la richesse des métadonnées relevant du catalogue, nous permettons aux chercheurs d’exploiter des données géographiques, temporelles ; en liant nos données à des bases extérieures (comme Wikidata), nous pouvons proposer une interrogation croisée, et, au besoin, accompagner l’utilisation par les chercheurs de ces outils. Si cette description riche permet d’illustrer le contenu des films, elle permet également de les analyser sous d’autres points de vue (économie du film, analyse de réseaux…) que leur thématique propre, et ainsi de mettre en valeur l’intérêt multiple d’un fonds comme celui-là, à l’origine conçu à des fins pédagogiques. Le travail sur le corpus Kinopedia issu de la collection a également été l’occasion de travailler sur le déploiement d’identifiants pérennes (de type DOI) pour ces documents, qui permettent de les citer et de les réutiliser plus simplement. Cette résidence CollEx-Persée, qui nous a offert les conditions de possibilité de nous réunir aujourd’hui, nous laisse le temps et l’espace de réfléchir à de nouvelles manières de valoriser une collection de films trop peu consultée tant par les étudiants que les chercheurs.

Une journée d’étude pour croiser des problématiques communes

Le travail engagé depuis le mois de septembre 2022 a permis de soulever un certain nombre de questions ou de problématiques partagées par différents fonds constitués de collections de films pour l’éducation. En effet, comme le montrera plus précisément Frédéric Rolland, la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public souffre d’un manque de visibilité, dû à la fois à son histoire (déménagements successifs qui n’ont pas facilité son identification, naissance de la radio et télévision scolaire dans les années 1950, etc.) et au manque d’intérêt porté par la communauté des chercheurs au cinéma pédagogique – bien que, comme le montrera Pascal Laborderie, cet intérêt semble grandir à nouveau depuis quelques années ; cette journée d’étude pourrait en être un témoin. Cette journée d’étude souhaite donc poser à la fois la question difficile de la conservation de ces collections de films – ces films étant tous des copies, les espaces de stockage étant partout de plus en plus restreints, et les conditions de conservation demeurant coûteuses – et celle de leur possible diffusion : si l’État était acquéreur des films, il n’en était pas producteur et la possibilité de montrer ces films est aujourd’hui conditionnée à une série de problématiques liée à la chaîne des droits à éclaircir avant chaque projection, ce qui ne facilite pas, en dernier lieu, la valorisation de ce patrimoine spécifique. Pour discuter de ce sujet, cette journée d’étude accueille la parole d’Emmanuelle Devos, directrice de la Cinémathèque Robert-Lynen, créée en 1926 sous le nom de Cinémathèque scolaire de Paris, qui reviendra sur les principes fondateurs de cette cinémathèque, particulièrement dans son rapport fondamental aux jeunes publics. Nous écouterons aussi Frédéric Rolland, qui présentera la CCEP, son histoire en tant que cinémathèque de circulation diffusant les films dans les écoles et son développement aujourd’hui comme collection vivante conservée à la DBU de la Sorbonne Nouvelle, puis Laurent Garreau, qui fut longtemps responsable du fonds de la télévision scolaire à Canopé (ex-CNDP), et qui racontera l’origine et les actions de cette institution. Ces acteurs seront mis en dialogue dans la suite de la journée durant une table-ronde questionnant l’avenir de ces collections et leur valorisation, aux côtés d’Antoine Ravat, programmateur à la Cinémathèque de Saint-Étienne, première cinémathèque créée en France en 1922 à partir de fonds pédagogiques, et Julie Cazenave, archiviste de l’association DodesKaden qui a récupéré à Marseille des collections de films issues des fonds des cinés-clubs de la Ligue de l’Enseignement, qui proposait jusqu’aux années 1980 des séances parascolaires d’éducation populaire.

Par-delà la question spécifique des fonds, c’est également l’usage scientifique et l’apport historique des films éducateurs que cette journée d’étude souhaite interroger. Un deuxième temps de communication permettra de découvrir, avec Pascal Laborderie (Université de Reims Champagne-Ardennes), l’histoire des fonds de la Ligue de l’Enseignement et de questionner le manque de considération accordé à certaines filmographies de “faiseurs” de films éducateurs, jamais considérés par la critique cinématographique comme des “auteurs” dignes de ce nom. Nadège Mariotti (Université de Lorraine) évoquera ensuite, à partir d’un corpus de films sur la sidérurgie présent dans le fonds de la CCEP, l’importance de la numérisation des films pour les chercheurs et l’impact que celle-ci a sur le travail de recherche lui-même. Nicolas Palluau (Centre Norbert Elias, Université d’Avignon), enfin, discutera à partir d’un corpus de films de scoutisme la place de l’éducateur par rapport au groupe d’enfants et les enjeux de discours que cette représentation soulève dans les films.

Une seconde table-ronde portera la discussion sur les enjeux contemporains de la numérisation des patrimoines filmiques à des fins de conservation et d’accessibilité des films. Dans ce cadre, Pascal Laborderie présentera le projet “e-dem-films” qu’il souhaite porter avec d’autres partenaires européens pour le développement d’une plateforme offrant un accès élargi et démocratique aux films éducateurs, qui pourront être exploités comme objets historiques ou comme outils pédagogiques. Stéphanie Ange présentera ensuite la plateforme DIAZ de l’association Diazinteregio, base de donnée développée pour la recension du cinéma amateur grâce à la coopération de différentes institutions nationales (Ciclic, Cinémathèque de Bretagne, Normandie images, rejointes par la suite par d’autres initiatives). Cette base de données, qui peut évoluer selon les besoin des archives associées, a pour objectif de donner accès aux films amateurs numérisés par ces différentes institutions. Vincent de Lavenne présentera ensuite les grandes lignes de la Bibliothèque Numérique de la Sorbonne Nouvelle, qui servira de portail aux collections numérisées de la CCEP. Cette rencontre sera l’occasion de confronter des logiques d’accès aux collections numériques et des méthodologies de recensements et de développement des métadonnées.

Nous espérons que cette journée sera l’occasion de faire le point sur quelques questions importantes qui ont surgi durant ces derniers mois de cette résidence CollEx-Persée au sein de la CCEP et que les discussions permettront l’établissement de nouvelles collaborations entre différents établissements ou différentes recherches et initiatives.

Nicolas Palluau, La représentation de l’éducateur·trice postscolaire dans le cinéma de fiction de l’entre-deux-guerres

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

En 1927, l’école normale de jeunes filles de Rodez organise la formation de ses élèves au cinéma éducateur. Les séances qu’elles animent mêlent causerie, poésie, projection cinéma et chœur chanté dans un spectacle total dont la recherche d’efficacité ne fait aucun doute : « il faut vulgariser des notions peu familières à l’auditoire et sur lesquelles il est essentiel qu’il ne fasse pas de confusion dangereuse1. » A l’autre borne chronologique de cette étude, on note l’usage courant du projecteur dans l’enseignement tel qu’il est représenté, comme dans le film Blackboard jungle sorti en 19552. Le comédien Glenn Ford y joue un enseignant d’un lycée difficile dans un quartier pauvre de New-York qui mobilise ses élèves par le cinéma éducateur. Que s’est-il passé entre ces deux dates pour qu’une pédagogie de l’image et du son vienne banaliser la représentation du professeur à l’écran utilisant dans son enseignement ce dispositif ? Comment une telle mise en abyme dont la réforme pédagogique est le point commun a-t-elle pu opérer ? Pour tenter d’y répondre nous proposons de décaler le regard, moins vers la salle de classe devenue salle de projection, que vers l’extérieur de l’école. A travers l’enjeu du plein air éducatif, il convient d’étudier comment l’écran représente les éducateurs dans les pratiques extra scolaires afin de discuter la pertinence de cette représentation.

Question sociale et western pédagogique

Il est significatif de voir agir à l’écran les chefs scouts catholiques dès la fin du muet. En pleine expansion quantitative et qualitative, le scoutisme offre aux adolescents une pédagogie et un imaginaire de l’aventure. En 1927 sort Cœurs héroïques, produit par la société Isis films lié à la Bonne presse. Un héritier incarné par le jeune comédien Jean Forest (1912-1980) est contraint de travailler en atelier avant de se rendre coupable d’un larcin. L’affaire découverte empêche le mariage de sa sœur avec son promis, la famille étant souillée par la flétrissure morale. Mais le garçon qui est devenu scout sauve lors d’un camp d’été en montagne –près de Lourdes, naturellement- celui qui finalement va devenir son beau-frère. Sorti en 1930, Nino scout de France est de la même veine. Tourné en amateur avec l’appui des paroisses, il narre la découverte par un garçon de la banlieue ouvrière de Gentilly de la fraternité scoute. Produits dans le cadre de la reconquête des banlieues ouvrières par l’Eglise, ces deux films bénéficient d’une large diffusion dans le réseau des patronages catholiques. Leur solidité didactique est au carrefour de la question sociale et de la mise en scène d’aventures de groupes d’enfants. Mais ces films montrent assez peu les éducateurs. Les patronages catholiques montrent les adolescents –rarement des filles- « auto-organisés » grâce aux méthodes du scoutisme des petites équipes et de l’engagement individuel. L’éducation nouvelle trouve là ses adaptations cinématographiques. On doit l’investissement des Scouts de France dans ces productions à Paul Coze (1903-1974). Ce commissaire national est la figure clé de leur imaginaire extra-européen. Comme jeune chef après 1918, Coze est marqué par sa rencontre avec le monde amérindien sur lequel il se documente et consacre un ouvrage aux Indiens des plaines d’Amérique du Nord. Puis il est missionné par Paul Rivet, directeur du Musée de l’Homme, pour des collectes ethnographiques aux Etats-Unis et au Canada. Le film Nino scout de France montre Paul Coze dans son propre rôle de chef de troupe dans la séquence significative de la promesse scoute du jeune héros, entrée symbolique dans la fraternité des jeunes. En metteur en scène du western pédagogique, Coze est l’ordonnateur du rituel adolescent qui va transcender la question sociale par l’imaginaire scout. Le film assume sa fonction d’œuvre de propagande destinée à soutenir la fondation de nouvelles troupes. L’éducateur scout catholique tranche alors avec la représentation au cinéma des enseignants tels ceux de Zéro de conduite (1933). Dans ce film, seul un éducateur est proche des élèves de cet internat-prison –secondaire, précisons- d’où ne peut sortir que la révolte. Le surveillant Huguet est incarné par le comédien Jean Dasté (1904-1994) imitant la corporéité d’un Chaplin par ses accessoires emblématiques de la canne et du melon.

Educatrices civiques et sociales

L’écran parlant montre des éducateurs scouts davantage présents. D’autant qu’on y montre l’action de personnages féminins. Tel le film Promesses tourné en 1935 et sorti en 1939 dans le circuit commercial. La jeune comédienne Madeleine Robinson (1917-2004) y incarne une cheftaine de louveteaux rencontrant un jeune chef de troupe. La promesse scoute est ici mise en miroir avec la promesse de mariage des deux épris. Comme avec les films muets, la rencontre des classes reste la trame de fond qui se double d’une romance sentimentale plus conforme à la distribution commerciale. C’est à l’éducatrice post scolaire que le cinéma de Front populaire rend hommage en 1937 avec le tournage de Jeannette Bourgogne qui sort l’année suivante. La jeune comédienne Blanchette Brunoy (1915-2005) campe une institutrice transfuge de classe élevée socialement par l’enseignement primaire jusqu’à l’école normale de Dijon. Patronné par le Syndicat national des instituteurs et la Ligue de l’enseignement, le film est tourné en Côte d’Or. Il montre l’encadrement de l’enfance populaire au sein des oeuvres périscolaires de l’Ecole publique mais repose sur une réprésentation datée de ces oeuvres, liée aux campagnes dont il faut ralentir l’exode rural. L’ascension sociale a comme aboutissement l’apostolat laïque, d’autant que l’héroïne ne rencontre pas l’âme soeur dans le film. Moins connu est le projet de film de René Clair, Air pur, dont le tournage est mis en chantier le 17 juillet 1939. Arrêté par l’entrée en guerre le 3 septembre, le film reste à l’état de projet. Tourné en région parisienne, en Corrèze et dans le Var, le film est produit par Edouard Corniglion-Molinier, producteur de Drôle de drame (1937) et d’Espoir (1939). Sur le tournage, Robert Bresson n’est pas assistant de René Clair mais a seulement été présent sur le tournage deux après-midi3. Air pur met en scène une assistante sociale Yvonne (Elina Labourdette) accueillant Ernest (Jean-Marie Boyer) un garçon dans la colonie de vacances qu’elle dirige. Accusé de vol de voiture lorsqu’il entre dans l’établissement, le garçon se rachète mais tombe amoureux de la directrice. Ici encore, le mineur délinquant accède à la rédemption par l’action éducative extrascolaire. La présence féminine dans ces films rappelle précisément la promotion par la journaliste Juliette Pary des stages de moniteurs de colonies de vacances qui débutent dès le printemps 1937 grâce à l’initiative. « Au joyeux soleil de mai, ces jeunes institutrices apprennent les mouvements et les jeux qu’elles enseigneront à leurs petits élèves » écrit Juliette Pary dans la presse de gauche4. Et significativement, les premiers stages des Centres d’entraînement, encouragés par le ministère, accueillent un public en formation majoritairement féminin, 57% à Beaurecueil et 59% à Breteuil en 1937, 52 % à Breteuil en 1938, 79 % à L’Haÿ-les-Roses en 19395. La vocation éducative n’apparaît pas déconnectée de sa représentation à l’écran. L’engagement socioéducatif en démocratie développé par ces films dialogue avec la production américaine contemporaine de Frank Capra, Mister Smith goes to Washnigton (1939). Un jeune homme naïf croyant aux valeurs de la démocratie américaine résiste au clientélisme de sénateurs véreux. Joué par James Stewart, incarnation de l’Américain moyen, il avance accompagné dans sa croisade civique par un bataillon d’adolescents cousins des Scouts déroulant derrière Smith leurs joyeuses panathénées.

Auto-organisation des jeunes loin des adultes ?

Mais en France il n’est pas toujours nécessaire de porter les éducateurs à l’écran, surtout quand, dans les Auberges de jeunesse, l’éducation populaire se fait sans eux. C’est ce que filment Jean Benoît-Lévy assisté de Jean Epstein dans le documentaire Vive la vie (1938)6. Il raconte l’histoire d’un jeune ouvrier découvrant le monde des Auberges comme antithèse de l’usine, joué par le militant ajiste Pierre Ollier de Marichard. On tourne dans des auberges aux décors régionaux bien campés, la montagne savoyarde à Saint-Gervais, les collines de la Provence rurale à Saint-Saturnin-les-Apt dans le Vaucluse et sous les platanes à Allauch dans les Bouches-du-Rhône. Le cinéaste le plus proche de l’école publique, Jean Benoît-Lévy est bien celui qui dépeint avec Vive la vie une auto-organisation des jeunes dans la République fraternelle qu’est l’Auberge, aux teintes joyeusement anarcho-syndicalistes. D’autant qu‘en Auberges, les cadres éducatifs se nomment «père aub‘» et «mère aub‘», signifiant peut-être le hasard qui existe à enseigner la révolution par l’évocation même symbolique de la stabilité familiale.

Faute d‘éducateurs, peut-être est-ce cela qui replace les jeunes eux-mêmes devant la caméra, d’autant que nombre d’entre-eux gravitent déjà au sein de la militance culturelle, sociale et politique du théâtre d’“agit-prop“. Cher aux frères Prévert du Groupe Octobre et à Sylvain Itkine du Groupe Mars, leur idéal confond l’acte théatral et politique en un tout subversif, antimilitariste et antiautoritaire, d’autant que le compagnonage avec le Parti communiste reste complexe. Citons Dina Vierny, militante ajiste, muse du photographe Pierre Jamet et du scuplteur Aristide Maillol. Elle tient un petit rôle dans Altitude 3200 de Jean Benoît-Lévy (1938), film sorti dans le circuit commercial qui montre la limite de l’auto-organisation d’un groupe de jeunes intellectuels dans un chalet de montagne. Ou bien Marcel Mouloudji, découvert avec son frère André par le mécène du Groupe Octobre Marcel Duhamel. Marcel Mouloudji joue un des trois élèves par qui le scandale éclate dans Les disparus de Saint-Agil (1938) devant l’enseignant le plus sympathique de l’établisssement, le professeur d’anglais joué par un Allemand, Eric Von Stroheim.

Ce cinéma de l’idéal du plein air éducatif dédaigne à faire école artistique. Alors que la culture scolaire portée à l’écran peut s’adosser à l’institution, la chose est plus difficile avec les mouvements de jeunesse, d’autant que ceux-ci s’adonnent souvent à des œuvres de propagande datées. Il en ressort des figures d’hommes et de femmes en situation de médiation placés devant l’enfance douloureuse, dispositif qu’affectionne le cinéma commercial mais aussi le plus propice à diffuser les modèles éducatifs, les imaginaires et la pédagogie différents de ceux de l’école et de la famille.

1 M.-T. Péhore, « L’Ecole normale et l’Enseignement post-scolaire cinématographique » Revue pédagogique 1927, p. 437-442

2 Long métrage américain de Richard Brooks (1955) sorti en France sous le titre Graine de violence.

3 R. Bresson, Entretiens. Rassemblés par Mylène Bresson, Paris, Flammarion, 2022, p. 21. P. Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire 1935-1938, Paris, Plon, 1994, p. 768.

4 J. Pary, « Eduquons les éducateurs », Marianne, 5 mai 1937, p. 1.

5 AD Val-de-Marne 512J-668.

6 40‘

Journée d’étude : Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir

15 avril 2022 – INSPE de Paris, site de Molitor – 10h-17h

En parallèle de l’industrie de divertissement qui s’est rapidement développée aux débuts du cinéma, une conception du film comme outil éducatif s’est rapidement imposée au début du XXe siècle.

Différents organismes se développent dans le sillage des initiatives conduites par la Ligue de l’Enseignement, qui défend la projection de film comme mission sociale, d’apprentissage et d’enseignement. Le ministère de l’éducation se dote rapidement d’un fonds de films qui dès la fin des années 1920 circule abondamment dans les établissements éducatifs par le biais de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Parallèlement se développe un large réseau de ciné-clubs, géré par la Ligue de l’Enseignement, qui participe d’une autre façon à la formation des citoyens. Les films circulent principalement en bobines 16 et 35 mm jusqu’aux années 1980.

Dans le domaine de l’enseignement scolaire, la télévision s’impose peu à peu dans les classes pour diffuser les programmes dits de la télévision scolaire. La cinémathèque centrale de l’enseignement public, organe principal de diffusion des films dans les établissements, stoppe la mise en circulation de ses copies films à partir de 1996. Du côté de la Ligue de l’Enseignement, la généralisation du dispositif d’aides aux salles d’exploitation labellisées « Arts et Essais » freine aussi drastiquement le mouvement des cinés-clubs dès les années 1980, et le cinéma de patrimoine quitte peu à peu les salles de cinéma.

Les pratiques d’éducation à l’image se sont transformées et se sont adaptées aux publics et aux enjeux techniques et technologiques contemporains.

Cette journée d’étude propose de revenir sur l’histoire de l’éducation à et par l’image et des organismes et institutions qui ont accompagné ces pratiques, pour mieux faire le point et questionner l’évolution des techniques et des dispositifs mis en place aujourd’hui.

Programme de la journée d’étude :

10h : Introduction
Bibliothèque Sorbonne Nouvelle (BSN) – Vincent De Lavenne
Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (CCEP) – Mathilde Rouxel

10h30 : Séance 1 : des fonds spécifiques à défendre

Emmanuelle Devos : « Des principes d’une cinémathèque dédiée aux ‘jeunes publics’ : La Cinémathèque Robert-Lynen »
Frédéric Rolland : « Histoire de la cinémathèque centrale de l’enseignement public »
Laurent Garreau : « Retour sur l’histoire de la télévision scolaire »

12h-13h

DÉJEUNER

13h : Séance 2 : Problématiser des collections

Pascal Laborderie : « Histoire des fonds filmiques de la Ligue de l’enseignement : de la survivance du muet à la disparition des ciné-clubs »
Nadège Mariotti : « La Cinémathèque centrale de l’enseignement public : le film scolaire et le numérique au service du chercheur »
Nicolas Palluau : « La représentation de l’éducateur postscolaire dans le cinéma de l’entre-deux guerres »

14h30 : Table-ronde plateforme : Enjeux numériques de l’accessibilité des films

Pascal Laborderie (e-dem-film) / Stéphanie Ange (DIAZ) / Vincent de Lavenne (Bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle)

15h30 : Table-ronde: Comment valoriser les fonds de cinéma éducateur aujourd’hui ?

Antoine Ravat (Cinémathèque de Saint-Étienne) / Frédéric Rolland (CCEP – Atelier du 7e art) / Emmanuelle Devos (Cinémathèque Robert-Lynen) / Julie Cazenave (DodesKaden)

Modération de l’ensemble des discussions : Mathilde Rouxel

Infos pratiques :

Vendredi 15 avril, INSPE de Paris, site de Molitor,

10 rue Molitor,

75016 Paris

Journée d’étude organisée par la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public,

Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle

En partenariat avec l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search