Compte-rendu de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir”

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Vincent de Lavenne et Mathilde Rouxel. Introduction à la journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

En parallèle de l’industrie de divertissement qui s’est rapidement développée aux débuts du cinéma, une conception du film comme outil éducatif s’est rapidement imposée au début du XXe siècle.

Différents organismes se développent dans le sillage des initiatives conduites par la Ligue de l’Enseignement, qui défend la projection de film comme mission sociale, d’apprentissage et d’enseignement. Le ministère de l’éducation se dote rapidement d’un fonds de films qui dès la fin des années 1920 circule abondamment dans les établissements éducatifs par le biais de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Parallèlement se développe un large réseau de ciné-clubs, géré par la Ligue de l’Enseignement, qui participe d’une autre façon à la formation des citoyens. Les films circulent principalement en bobines 16 et 35 mm jusqu’aux années 1980.

Dans le domaine de l’enseignement scolaire, la télévision s’impose peu à peu dans les classes pour diffuser les programmes dits de la télévision scolaire. La cinémathèque centrale de l’enseignement public, organe principal de diffusion des films dans les établissements, stoppe la mise en circulation de ses copies films à partir de 1996. Du côté de la Ligue de l’Enseignement, la généralisation du dispositif d’aides aux salles d’exploitation labellisées « Arts et Essais » freine aussi drastiquement le mouvement des cinés-clubs dès les années 1980, et le cinéma de patrimoine quitte peu à peu les salles de cinéma.

Les pratiques d’éducation à l’image se sont transformées et se sont adaptées aux publics et aux enjeux techniques et technologiques contemporains.

Cette journée d’étude proposait de revenir sur l’histoire de l’éducation à et par l’image et des organismes et institutions qui ont accompagné ces pratiques, pour mieux faire le point et questionner l’évolution des techniques et des dispositifs mis en place aujourd’hui.

En introduction, j’ai présenté aux côté de Vincent de Lavenne, responsable du service Appui Documentaire à la Recherche et adjoint à la cheffe du Département pour la Recherche et l’Enseignement à la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle les objectifs du projet Kinopédia développé au sein de la résidence CollEx-Persée mise en place à partir des fonds de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (lire leur communication). Vincent de Lavenne a exposé l’importance du développement d’un accès numérique aux collections films conservées à la Sorbonne Nouvelle, et a ainsi posé les bases du travail en cours sur la Bibliothèque Numérique de la Sorbonne Nouvelle, qui mettra en open access tous les films en pleine et entière propriété de l’État détenus dans le fonds. J’ai ensuite présenté le projet Kinopédia lui-même, qui s’intéresse à un corpus de films plus spécifiques s’intéressant à différentes disciplines scolaires tournés entre 1930 et 1960 dans l’ancien espace colonial français, particulièrement en Afrique du Nord et subsaharien. Ce corpus d’une centaine de films, travaillé conjointement avec Frédéric Rolland, responsable de la CCEP, et Vincent de Lavenne et son équipe, permettait aux bibliothécaires d’adapter leur travail aux besoins des chercheurs que je représentais, pour améliorer la qualité des services à venir de la bibliothèque numérique.

Suite à cette introduction, une première séance intitulée « Des fonds spécifiques à défendre » avait pour objectif de présenter différents fonds travaillant, jusqu’à aujourd’hui, avec des collections de films pédagogiques. Ainsi, Emmanuelle Devos a-t-elle présenté la Cinémathèque Robert-Lynen, ouverte en 1925 et souvent présentée, à tort, comme la première cinémathèque créée en France sous cette appellation. Devos justifie cette méprise par le manque d’intérêt des historiens et des chercheurs pour le cinéma éducatif. A cette époque là, de nombreuses cinémathèques ont vu le jour : la cinémathèque Robert-Lynen, dite aussi cinémathèque de Paris, a toujours été attachée à des missions de service public, qu’elle poursuit jusqu’à aujourd’hui. Un historique des missions de l’établissement a permis a Devos d’expliquer une première évolution de celles-ci d’un espace de projection des films de l’éducation nationale avant les années 1950 à une ouverture vers le cinéma d’auteur à partir de l’implantation des cinés-clubs et d’une politique d’éducation par le cinéma. À partir des années 1970, la cinémathèque s’oriente sur les plus jeunes publics, puis choisit dans les années 1990 de développer principalement l’activité pédagogique. Après 25 ans de fermeture de la salle de cinéma, celle-ci a été inaugurée rénovée en mars 2020 et la cinémathèque Robert-Lynen accueille à nouveaux du jeune public dans ses locaux.

Frédéric Rolland (lire sa communication) a présenté de son côté l’histoire du fonds de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, cinémathèque de circulation envoyant, au pic de son histoire, 5000 copies par semaines dans différents établissements scolaires, hospitaliers ou dans les Offices régionales diffusant des films dans un cadre para-scolaire. L’histoire complexe de cette cinémathèque, qui fut souvent confondue avec la cinémathèque de Paris Robert-Lynen ou avec Canopé, ex-CNDP, qui poursuivit les missions de la cinémathèque dans les écoles avec les outils de la télévision scolaire, parallèlement à la circulation des films de la CCEP jusqu’à ce que cette dernière arrête son activité en 1996 avec l’évolution technologique des moyens de diffusion des films. Aujourd’hui, les fonds de la CCEP sont conservés par la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle après un don en 2010 de Canopé d’une collection de 2500 titres.

Laurent Garreau (lire sa communicaion) est ensuite intervenu, sur la recommandation de la nouvelle chargée d’archive au pôle audiovisuel de Canopé, Manuela Guillemard, en tant qu’ancien responsable des fonds filmiques de Canopé pour proposer un historique de la télévision scolaire. Il a ainsi exposé la différence dans les modalités de production de la télévision scolaire par rapport au cinéma éducateur : la production des films se faisait en interne, relevant d’un service de production audiovisuelle, et les titres étaient ensuite conservés au sein de la cinémathèque antenne, futur CNDP. Aujourd’hui, 4000 émissions ont été numérisées avec l’aide de la BnF.

Une deuxième séance de présentations de communications, intitulée « Problématiser des collections », a permis de traverser quelques corpus de films destinés à l’éducation. Pascal Laborderie, en introduction d’une histoire des fonds filmiques de la Ligue de l’Enseignement de la survivance du muet à la disparition des ciné-clubs, a ouvert la discussion en félicitant l’intérêt grandissant des chercheurs pour le cinéma éducateur, longtemps à la marge des intérêts de recherche. Selon lui, l’effondrement de l’UFOLEIS dans les années 1990, à un moment où le patrimoine cinématographique valorisé était considéré dans une logique auteuriste, a achevé d’enterrer l’intérêt porté au cinéma documentaire à visée pédagogique. Son histoire, pourtant, est riche : elle commence dans l’espace scolaire, postscolaire et populaire et se structure pour des raisons politique sur un modèle franco-français sur des bases municipales (comme à Strasbourg ou Nancy qui vivent sans subventions ministérielles avec l’argent des séances). La Ligue de l’enseignement, créée en 1866 par Jean Macé sur un modèle de laïcité militante, rassemble durant l’entre-deux guerres les Offices régionales sous forme de Fédération et diffuse des films venant de différents ministères, produits sous l’impulsion du ministère, ou acheté à de grandes boîtes de production comme Pathé et Gaumont. Les rapports ministériels rapportent au moins 9000 correspondants (des écoles, ds hôpitaux, etc.) accueillants en leur sein des projections de ces films. Pour conclure sa communication, Laborderie insiste spécifiquement sur le cas de Jean-Benoît Lévy, cinéaste important du cinéma français, réalisateur de documentaire et de fiction célèbre jusqu’à l’avènement des ciné-clubs après la Seconde Guerre mondiale : la logique auteuriste a, selon le chercheur, eu raison de ce cinéaste honni des grandes revues de cinéma comme les Cahiers du Cinéma, en raison de son classement dans la catégorie du cinéma éducateur, dénigré depuis lors.

Nadège Mariotti (lire sa communication) a ensuite discuté l’intérêt de la numérisation des collections de la CCEP pour les chercheurs, à partir d’un corpus spécifique consacré aux films présentant notamment les gestes de l’industrie sidérurgique. Selon elle, la numérisation et la mise en ligne du patrimoine filmique permet au chercheur des comparaisons de films plus aisées et favorise ainsi la sauvegarde et la valorisation de fonds parfois trop mal connus et mal considérés. Une collection comme celle de la CCEP permet de mettre en lumière les liens qui unissaient les industries et les établissements pédagogiques, qui par la diffusion de ces films, toutefois mis au service de l’enseignement, promouvait les secteurs de l’industrie.

Le dernier intervenant, Nicolas Palluau (lire sa communication) a posé la question de la formation des animateurs de colonies de vacances, notamment la place de l’éducateur dans les productions de fiction, dans le champ de l’éducation populaire, des camps de scouts. À partir de plusieurs exemples de films, il pose l’hypothèse d’un renversement éducatif, le maître apprenant de l’élève, dans la lignée de l’idéologie de l’éducation nouvelle du scoutisme de Baden-Powell. Ce corpus de cinéma scout propose des films qui s’attachent à donner l’impression d’une auto-organisation des jeunes, en ne montrant pas les adultes encadrant les camps, dans une mise en scène idéale du plein-air éducatif dont Palluau souligne la dimension de propagande.

L’après-midi s’est prolongée avec la tenue de deux tables-rondes. La première, consacrée aux « Enjeux numériques de l’accessibilité des films », rassemblait Pascal Laborderie, qui présentait les enjeux de son projet « e-dem-film » qui souhaite mutualiser différentes institutions pour donner accès au cinéma éducateur et faciliter leur circulation en créant une plateforme à dimension européenne, Stéphanie Ange, venue présenter la plateforme DIAZ de l’association Diazinterregio qui offre une base de donnée commune à la Cinémathèque de Bretagne, Normandie Images, Ciclic et plusieurs autres structures dédiée au cinéma amateur sur le territoire national français, et Vincent de Lavenne, qui a présenté l’interface en développement de la Bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle (BSNum), qui offrira un accès aux différentes collections numérisées de la DBU, dont fait partie la collection films de la CCEP. La plateforme e-dem-film est d’abord un projet de recherche, développé au sein de l’université de Reims Champagne-Ardenne avec la collaboration d’autres archives européennes, et a pour vocation de mettre en avant ce patrimoine pédagogique oublié. L’objectif de la plateforme DIAZ est de proposer un travail d’archivage collaboratif et coopératif entre les différentes structures associées, pour que l’interface évolue en fonction des besoins des différentes archives et au contact de leurs utilisateurs. La BSNum, quant à elle, est née de la volonté de mettre à disposition des usagers des documents rares et précieux conservés à par la Direction des Bibliothèques Universitaires (DBU),tel que des incunables issus du fonds Orient-Monde Arabe ou les titres non-encore numérisés par d’autres institutions conservés dans le fonds film de la CCEP, répodant ainsi aux besoins de développement du domaine des humanités numériques parmi les missions de service public de la bibliothèque. Après avoir présenté les trois projets, le débat s’est centré sur la possibilité de développer des vocabulaires et des méthodologies communes aux bibliothèques et aux cinémathèques pour la mise en valeur des patrimoines numérisés, puisqu’effectivement, les notices de bibliothèques ne permettent pas toujours de partager l’ensemble des métadonnées accompagnant un film. La question posée a aussi été celle du droit d’accès : alors que la plateforme Diaz, en raison de son objet (le cinéma amateur) est en mesure de mettre en ligne les films en accès libre et ouvert, la BSNum ainsi que la plateforme e-dem-film se confrontent naturellement à un problème de droits d’auteurs et de productions qui limitent l’accès aux films.

Une seconde table-ronde intitulée « Comment valoriser les fonds de cinéma éducateur aujourd’hui ? » mettait en dialogue Antoine Ravat, programmateur à la Cinémathèque de Saint-Etienne, Frédéric Rolland, responsable de la CCEP mais aussi collectionneur privé détenteur de près de 7000 titres gérés par l’association l’Atelier du 7e art qu’il dirige, Emmanuelle Devos, directrice de la Cinémathèque Robert-Lynen, et Julie Cazenave de l’association marseillaise DodesKaden, responsable d’un fonds de plus de 6000 titres hérités de différents fonds de cinés-clubs de la Ligue de l’Enseignement. La cinémathèque de Saint-Etienne a été créée en 1922 sur une collection d’images pédagogiques. Le fonds s’est ensuite enrichi notamment par la collecte de cinéma amateur de la région de Saint-Etienne. Des projections sont organisées de façon régulière au sein de l’établissement, qui accueille aussi différents publics dans le cadre d’atelier de sensibilisation au patrimoine et aux images. La Cinémathèque de Paris Robert-Lynen propose, depuis la réouverture de leur salle en 2020, de nombreuses projections scolaires et des visites pédagogiques. La CCEP vient quant à elle de changer à nouveau de locaux, puisqu’elle a déménagé avec la DBU dans les nouveaux locaux de la Sorbonne Nouvelle avenue de Saint-Mandé à Paris, ce qui offre la perspective de programmations plus fréquentes dans la salle de cinéma de l’université, mais qui ne règle pas le problème de la sortie des copies. DodesKaden est une association qui travaille à la diffusion de film et à la mise en place d’ateliers autour des archives de film, à partir d’une collection héritées de différents Offices et légués par la Ligue de l’Enseignement. L’objectif de l’association est aujourd’hui de protéger les copies, conservées à ce jour dans des conditions précaires dans un bâtiment inadapté à Marseille, en ouvrant un lieu permettant la conservation des films et leur diffusion. Le problème rencontré par ces structures, qui travaillent toutes les quatre avec des fonds historiques constitués par une activité de diffusion et de programmation, est principalement celle des conditions de diffusion des films. Le cas des films éducateurs est en effet très complexe dans la mesure où il est parfois à la fois très difficile d’éclaircir la chaîne des droits, mais aussi, comme le répète Frédéric Rolland, parce que la question de l’accessibilité de ces films devrait être facilitée dans la mesure où ces films avaient été acheté par l’État – et qu’ils étaient ensuite distribués dans les écoles, les Offices et les cinémathèques régionales pour être diffusés gratuitement aux élèves.

La journée s’est conclue avec une intervention du public, qui a permis par ailleurs de souligner la difficulté que rencontrent certains cinéastes, amateurs ou non, pour déposer leurs archives dans des institutions dédiées à la préservation du film : les lieux de stockage sont plein et il est difficile aujourd’hui pour les cinémathèques d’accueillir de nouvelles collections.

Mathilde Rouxel, Vincent de Lavenne, Introduction à la journée d’étude “Collection de films pour l’éducation : histoire, circulation, avenir”

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Cette journée d’étude s’inscrit dans un projet développé au sein de la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle, croisant un projet de recherche et un projet en humanité numérique travaillant à l’accessibilité des collections de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, conservées depuis 2010 par la DBU de la Sorbonne Nouvelle. L’occasion du projet de recherche intitulé Kinopédia développé au sein d’une résidence CollEx-Persée a permis d’achever la numérisation de la centaine de films du fonds concernant les zones géographiques de l’ancien espace colonial français, permettant de donnée une vision large des méthodes d’instruction de l’époque, à l’heure où le film pédagogique était considéré comme un outil utile pour défendre les valeurs républicaines et universalistes de la patrie – tout en s’inscrivant dans le contexte idéologique de l’époque. Le projet a donné lieu à une mise en perspective scientifique du corpus ainsi qu’à de nombreuses programmation qui ont permis aux films de rencontrer des publics variés. Sur le plan documentaire, la délimitation de ce corpus restreint a permis de réfléchir, en coordonnant le travail du chercheur et celui du bibliothécaire, au développement d’outils de recherche numérique dédiés pour faciliter l’accès aux films.

Un corpus aux intérêts multiples

En 1920, et jusqu’au début des années 1960, la géographie de la France comptait ses colonies. Le territoire était pour les élèves des classes un territoire aux frontières multiples, aux ressources riches et parfois exotiques, permises par des climats dont ils ne pouvaient pas faire l’expérience ni comprendre des répercussions. Les traditions, au Maghreb, en Afrique Occidentale Française ou en Afrique Équatoriale française, n’avaient rien à voir avec les traditions répandues en métropole, et les voyages, à cette époque, étaient rares, voire impossibles pour la plupart des français.

À partir des années 1930, la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public a acquis et fait circuler de nombreux films concernant la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, l’Afrique occidentale ou équatoriale française, sur Madagascar ou les Antilles. Les films sont de différentes natures et répondent à différentes catégories de disciplines scolaires : des films classés dans « géographie » ou « économie » s’intéresseront davantage au relief et aux ressources naturelles offertes par chacun des territoires, les films classés dans « arts et techniques » témoignent des techniques artisanales traditionnelles des différents pays (la poterie ou les arts du verre par exemple), alors que des films à sujets « ethnographiques » auront pour but de décrire la manière de vivre des peuples autochtones. D’autres films décrivent ces territoires en ce qu’ils ont de français, exposant la démographie, l’architecture urbaine héritée d’Haussmann, le « progrès » des machines automatisées de l’industrie française, les infrastructures mises en place par la colonisation, les modes de vie. D’autres encore, traitant par exemple de sujets médicaux, prennent l’Afrique du Nord ou subsaharienne comme exemple, mais ne discutent pas nécessairement du territoire en tant que tel.

Ces films sont le reflets d’une époque. Ouverture sur le monde pour les enfants auxquels ils étaient destinés, base d’une instruction en matière de sociologie ou de géographie, les films peuvent aujourd’hui être vus comme les témoins d’une époque. Après les décolonisations, dans le courant des années 1950 jusqu’au début des années 1960, les productions de ce type de film de sont faites naturellement beaucoup plus rares et la plupart des films jusqu’alors en circulation sont sortis des catalogues les années suivantes. Certains d’entre eux sont devenus caduques avec le changement de statut des territoires décolonisés ; d’autres ont été remplacés par d’autres films sur d’autres sujets jugés plus importants.

Le fonds actuel de la CCEP comprend des films datant de catalogages de différentes époques, et propose donc de nombreux films diffusés entre les années 1930 et 1960 dans les écoles.

Un fonds accessible pour les chercheurs

L’un des principaux défis pour médiatiser les collections de la CCEP est d’ordre technique : la Direction des Bibliothèques Universitaires ne dispose pas d’une plate-forme qui serve de vitrine à ces collections particulières. La construction d’une bibliothèque numérique était en projet dans l’établissement, mais la résidence CollEx-Persée et l’accueil d’une chercheuse au sein de la bibliothèque ont permis de concevoir cet outil en lien très étroit avec les utilisateurs finaux, c’est-à-dire la communauté des chercheurs. En croisant l’expertise des professionnels de l’information scientifique et technique et les pratiques de recherche, le travail en collaboration avec une chercheuse permettra de valider les orientations et de créer un véritable écrin numérique pour les collections de la CCEP.

L’objectif de ce projet était donc la mise en ligne d’une bibliothèque numérique, outil de diffusion et de valorisation de ce fonds remarquable.

Un livrable reposant sur des standards ouverts et qui s’appuie sur des référentiels transdisciplinaires

Pour réaliser cette bibliothèque numérique, la Direction des Bibliothèques Universitaires s’est tournée vers le logiciel libre Omeka-S, qui bénéficie d’une communauté d’utilisateurs vivante et riche, et qui permet surtout de s’appuyer sur les technologies du web sémantique. Ainsi, tout en donnant une meilleure visibilité au fonds, la présentation via Omeka-S a permis de travailler sur l’indexation de la collection. Le logiciel nous a permis d’appuyer la description des collections sur des référentiels largement partagés (FOAF, Schema), mais aussi sur des référentiels plus précis, puisque les notices de ressources cinématographiques demandent un référencement différents des ressources bibliographiques (concernant notamment les différents métiers listés dans les fiches techniques des films, ou concernant les formats de projection). L’adoption de ces standards du web sémantique permettront également, au moment de la mise en ligne du site de la bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle à la fin de l’année, de donner plus de visibilité à ces collections en les liant à d’autres.

A terme, le projet KINOPEDIA permettra également d’expérimenter l’implémentation du protocole IIIF dans le projet de bibliothèque numérique. En suivant les évolutions de la communauté sur le sujet des ressources audiovisuelles, nous pourrons permettre une facilité d’accès et de réutilisation à ces contenus, qui iraient dans le sens d’une valorisation du fonds dans son ensemble (expositions thématiques numériques, illustrations dans des carnets de recherche en ligne…), par-delà les seuls films du corpus Kinopedia.

Une incitation à des approches plurielles du fonds

Bien plus que de migrer des documents audiovisuels, la conception de cette bibliothèque numérique, telle que nous l’avons envisagée, s’est donné pour but de fournir au chercheur un outil riche. En exploitant la richesse des métadonnées relevant du catalogue, nous permettons aux chercheurs d’exploiter des données géographiques, temporelles ; en liant nos données à des bases extérieures (comme Wikidata), nous pouvons proposer une interrogation croisée, et, au besoin, accompagner l’utilisation par les chercheurs de ces outils. Si cette description riche permet d’illustrer le contenu des films, elle permet également de les analyser sous d’autres points de vue (économie du film, analyse de réseaux…) que leur thématique propre, et ainsi de mettre en valeur l’intérêt multiple d’un fonds comme celui-là, à l’origine conçu à des fins pédagogiques. Le travail sur le corpus Kinopedia issu de la collection a également été l’occasion de travailler sur le déploiement d’identifiants pérennes (de type DOI) pour ces documents, qui permettent de les citer et de les réutiliser plus simplement. Cette résidence CollEx-Persée, qui nous a offert les conditions de possibilité de nous réunir aujourd’hui, nous laisse le temps et l’espace de réfléchir à de nouvelles manières de valoriser une collection de films trop peu consultée tant par les étudiants que les chercheurs.

Une journée d’étude pour croiser des problématiques communes

Le travail engagé depuis le mois de septembre 2022 a permis de soulever un certain nombre de questions ou de problématiques partagées par différents fonds constitués de collections de films pour l’éducation. En effet, comme le montrera plus précisément Frédéric Rolland, la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public souffre d’un manque de visibilité, dû à la fois à son histoire (déménagements successifs qui n’ont pas facilité son identification, naissance de la radio et télévision scolaire dans les années 1950, etc.) et au manque d’intérêt porté par la communauté des chercheurs au cinéma pédagogique – bien que, comme le montrera Pascal Laborderie, cet intérêt semble grandir à nouveau depuis quelques années ; cette journée d’étude pourrait en être un témoin. Cette journée d’étude souhaite donc poser à la fois la question difficile de la conservation de ces collections de films – ces films étant tous des copies, les espaces de stockage étant partout de plus en plus restreints, et les conditions de conservation demeurant coûteuses – et celle de leur possible diffusion : si l’État était acquéreur des films, il n’en était pas producteur et la possibilité de montrer ces films est aujourd’hui conditionnée à une série de problématiques liée à la chaîne des droits à éclaircir avant chaque projection, ce qui ne facilite pas, en dernier lieu, la valorisation de ce patrimoine spécifique. Pour discuter de ce sujet, cette journée d’étude accueille la parole d’Emmanuelle Devos, directrice de la Cinémathèque Robert-Lynen, créée en 1926 sous le nom de Cinémathèque scolaire de Paris, qui reviendra sur les principes fondateurs de cette cinémathèque, particulièrement dans son rapport fondamental aux jeunes publics. Nous écouterons aussi Frédéric Rolland, qui présentera la CCEP, son histoire en tant que cinémathèque de circulation diffusant les films dans les écoles et son développement aujourd’hui comme collection vivante conservée à la DBU de la Sorbonne Nouvelle, puis Laurent Garreau, qui fut longtemps responsable du fonds de la télévision scolaire à Canopé (ex-CNDP), et qui racontera l’origine et les actions de cette institution. Ces acteurs seront mis en dialogue dans la suite de la journée durant une table-ronde questionnant l’avenir de ces collections et leur valorisation, aux côtés d’Antoine Ravat, programmateur à la Cinémathèque de Saint-Étienne, première cinémathèque créée en France en 1922 à partir de fonds pédagogiques, et Julie Cazenave, archiviste de l’association DodesKaden qui a récupéré à Marseille des collections de films issues des fonds des cinés-clubs de la Ligue de l’Enseignement, qui proposait jusqu’aux années 1980 des séances parascolaires d’éducation populaire.

Par-delà la question spécifique des fonds, c’est également l’usage scientifique et l’apport historique des films éducateurs que cette journée d’étude souhaite interroger. Un deuxième temps de communication permettra de découvrir, avec Pascal Laborderie (Université de Reims Champagne-Ardennes), l’histoire des fonds de la Ligue de l’Enseignement et de questionner le manque de considération accordé à certaines filmographies de “faiseurs” de films éducateurs, jamais considérés par la critique cinématographique comme des “auteurs” dignes de ce nom. Nadège Mariotti (Université de Lorraine) évoquera ensuite, à partir d’un corpus de films sur la sidérurgie présent dans le fonds de la CCEP, l’importance de la numérisation des films pour les chercheurs et l’impact que celle-ci a sur le travail de recherche lui-même. Nicolas Palluau (Centre Norbert Elias, Université d’Avignon), enfin, discutera à partir d’un corpus de films de scoutisme la place de l’éducateur par rapport au groupe d’enfants et les enjeux de discours que cette représentation soulève dans les films.

Une seconde table-ronde portera la discussion sur les enjeux contemporains de la numérisation des patrimoines filmiques à des fins de conservation et d’accessibilité des films. Dans ce cadre, Pascal Laborderie présentera le projet “e-dem-films” qu’il souhaite porter avec d’autres partenaires européens pour le développement d’une plateforme offrant un accès élargi et démocratique aux films éducateurs, qui pourront être exploités comme objets historiques ou comme outils pédagogiques. Stéphanie Ange présentera ensuite la plateforme DIAZ de l’association Diazinteregio, base de donnée développée pour la recension du cinéma amateur grâce à la coopération de différentes institutions nationales (Ciclic, Cinémathèque de Bretagne, Normandie images, rejointes par la suite par d’autres initiatives). Cette base de données, qui peut évoluer selon les besoin des archives associées, a pour objectif de donner accès aux films amateurs numérisés par ces différentes institutions. Vincent de Lavenne présentera ensuite les grandes lignes de la Bibliothèque Numérique de la Sorbonne Nouvelle, qui servira de portail aux collections numérisées de la CCEP. Cette rencontre sera l’occasion de confronter des logiques d’accès aux collections numériques et des méthodologies de recensements et de développement des métadonnées.

Nous espérons que cette journée sera l’occasion de faire le point sur quelques questions importantes qui ont surgi durant ces derniers mois de cette résidence CollEx-Persée au sein de la CCEP et que les discussions permettront l’établissement de nouvelles collaborations entre différents établissements ou différentes recherches et initiatives.

Nadège Mariotti, La Cinémathèque Centrale de l’Enseignement public : le film scolaire et le numérique au service du chercheur

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Les images animées constituent aujourd’hui un témoignage précieux dont la nécessaire conservation ne fait plus débat. Le XXIe siècle est celui du numérique. L’enjeu scientifique est de taille. Quels intérêts se cachent derrière cet élan à la numérisation des films ? Comment en effet exploiter ces images désormais versées dans le domaine de l’archive numérique ? Comment ces œuvres fragmentaires participent d’une forme de valorisation singulière et inédite du patrimoine filmique ? En quoi le numérique facilite-t-il le travail du chercheur ?

L’objectif de cette communication est de proposer un exemple réflexif sur l’articulation entre conservation numérique des sources patrimoniales et mise en valeur par le chercheur. La numérisation apparaît de prime abord comme une nécessité salvatrice pour le fonds de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public. Elle permet au chercheur une accessibilité sans commune mesure aux sources, à l’édification d’un corpus comme celui des films miniers et sidérurgiques conservés et parfois numérisés par la Bibliothèque universitaire de Paris 3. Pour finir, la mise en ligne permet une comparaison filmique plus aisée.

La numérisation : une nécessité salvatrice

L’ère du numérique révolutionne les cinémas et les sites de conservation de films. Ces derniers tournés en format numérique obligent les salles de cinéma à s’adapter et à s’équiper. A leur tour les producteurs rééditent leurs œuvres sous forme de DVD.

Les cinémathèques et institutions analogues adoptent, dans leurs missions, la conservation d’archives filmiques. Depuis les années 1990 et surtout 2000, certaines mettent en place des campagnes de numérisation et parfois également de restauration. Les budgets qui y sont consacrés sont colossaux. Quelles que soit la structure, les avantages évoqués sont similaires.

Effectivement, la bobine de film se détériore. Deux types de dégradation existent en fonction de la nature du support utilisé. Le nitrate de cellulose (usité de 1895 à 1953) est inflammable et le triacétate de cellulose (de 1920 à 1980) libère de l’acide acétique (« syndrome du vinaigre »). Certaines couleurs peuvent aussi virer au rouge (CNC-Archives françaises du film, Conservation [en ligne]).

Après réparation, les photogrammes sont transformés en fichiers numériques. A l’issue du travail de restauration, la conservation de l’œuvre filmique peut rester en l’état ou être à nouveau transférée sur pellicule polyester. Dans le premier cas, l’avantage est la multiplication facile du nombre de copies, alors que la durée de vie est limitée à environ vingt ans. Dans le second cas, la pérennité est garantie mais le coût est plus élevé (CNC-Aff, [en ligne]). Ces préoccupations actuelles font toujours débat (Albera et al, 2013).

Dès la création du cinéma, nous l’avons vu avec les communications précédentes, l’école exploite son utilisation pédagogique.

Cependant, avec l’arrivée de nouvelles technologies comme la VHS et la naissance de 113 vidéothèques en France en 1986 (appelées Images à lire), ces supports de visionnement, essentiellement des bobines 16 mm, apparaissent moins pratiques à utiliser et à entretenir. Ces mutations entraînent en 1996 la fermeture du service de location et d’expédition des films1 de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public.

En 2010, suite à la délocalisation du SCEREN-CNDP sur Poitiers, le fonds de la Cinémathèque centrale est cédé à la Direction des bibliothèques universitaires (DBU) de l’Université Sorbonne Nouvelle à Paris 32. L’action majeure conjointe décidée par l’Université et CANOPE3 est la conservation, la restauration4, la numérisation de ce fonds pour le rendre accessible au public. Le sauvetage et la sauvegarde d’un tel fonds restent l’objectif majeur5.

Le passage d’un support argentique à un autre numérique et surtout sa mise en ligne fait souvent débat aujourd’hui. D’aucuns soulignent le manque de contact humain, l’impossibilité de questionner les professionnels de l’archive. D’autres répondent que les contacts par le biais d’échanges de courriel est une façon différente de communiquer. Dans la plupart des cas, elle est largement suffisante. D’autres encore préfèrent observer la bobine d’origine pour y déceler les collures du montage, les réparations témoins des affres du temps et identifier les copies. Certes, le film numérisé ne le permet pas. C’est pourtant le prix à payer pour conserver cette œuvre aussi longtemps que possible6. Parfois la dégradation des films originels 35 mm ou 16 mm est telle que l’interprétation, l’analyse en est altérée, la consultation sur table de visionnement impossible. Un film restauré, numérisé et mis en ligne offre l’avantage indéniable de profiter de l’œuvre, à l’identique de certains sites archéologiques qui sont aujourd’hui reconstitués en images de synthèse afin d’offrir la vision la plus réelle possible de l’objet patrimonial. D’autres avantages sont perceptibles pour le chercheur.

La mise en ligne filmique rend accessible les sources

Le fonds de films de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public est exceptionnel à plus d’un titre. Cela a été dit, il se compose de 2 500 films en formats 16 mm et 35 mm, réalisés entre 1920 et 1989. Ce stock important l’est toutefois moins que celui des années 1980 ; sans doute certaines copies détériorées ont disparu ou sont conservées dans les services départementaux et régionaux du réseau CANOPE. Les conditions d’utilisation et de conservation du fait de la numérisation, étant aujourd’hui différentes, il n’est plus nécessaire de garder autant de copies.

Avant la numérisation, la diffusion des films se fait par le biais de prêts organisés par la Cinémathèque elle-même : 1979 atteint le record de 6 150 abonnés7. Les enseignants, après s’être acquittés des frais d’abonnement, peuvent effectuer une demande de prêt au moins 15 jours à l’avance. Pour faire leurs choix, ils disposent de catalogues, composés d’un index méthodique (une classification par discipline ou figure le niveau scolaire d’utilisation) et d’un index analytique alphabétique comprenant une fiche descriptive sommaire de chaque film. La cinémathèque envoie par la poste et en franchise, les films demandés et les récupère par la même voie après la diffusion. Ce sont les enseignants eux-mêmes et parfois les élèves qui se chargent des projections. Les catalogues offrent enfin des recommandations précises d’entretien, d’utilisation des appareils de projection et des copies8.

Les catalogues d’accompagnement sont éminemment précieux car ils renseignent sur l’existence de fiches critiques ; elles sont composées de quatre parties. La première sert de référencement à la cinémathèque. La deuxième et la troisième, remplies par les enseignants, permettent d’avoir des renseignements quantitatifs sur les établissements emprunteurs, le nombre de projections par film et le nombre d’élèves spectateurs. Enfin, la dernière partie fournit des informations d’ordre qualitatives permettant « d’orienter le programme de production, d’améliorer sans cesse la qualité des films et leur adaptation aux besoins réels des utilisateurs »9. Le succès de cette démarche de prêt provient de la richesse de ce fonds due à la diversité de ses thèmes : langues étrangères, théâtre, littérature, art, éducation, méthodes pédagogiques, films industriels… Il s’agit d’ne véritable encyclopédie filmique ou éclectisme rime avec actualité pédagogique et progrès technique. Il n’en demeure pas moins une machinerie lourde et complexe. La mise en ligne numérique de ces films révolutionne et simplifie leur consultation.

Par le biais de la Bibliothèque universitaire de Paris 3, tout chercheur a la possibilité de visionner l’entièreté de plus de 1100 films numérisés depuis l’ordinateur de la bibliothèque ou le sien. Cette accessibilité annihile les distances et les contraintes horaires.

La mise en ligne facilite la constitution d’un corpus

Pour constituer un corpus de recherche, deux modalités existent. Il est possible d’utiliser et de dépouiller les catalogues qui ont été publiés chaque année par la CCEP et qui sont conservés à la BnF, par exemple, ou encore de dépouiller le catalogue mis en ligne sur le site de la Bibliothèque Sorbonne Nouvelle.

Ainsi, une fois la liste établie, le visionnement peut commencer. Les films non numérisés sont consultables in situ à Paris ou, pour les plus anciens, conservés au Musée de l’Education Nationale à Rouen et visibles au Pôle image de Haute-Normandie. Les films numérisés sont eux consultés en ligne.

Dans cette catégorie, le fonds consacré aux mines (charbon, fer) et à la sidérurgie compte 104 titres10. Il permet d’appréhender l’ensemble de la chaîne opératoire du minerai à l’objet usiné. Contrairement à d’autres fonds, l’industrie minière y est peu traitée. Seuls quelques exemplaires concernent les mines de charbon. La grande majorité de ce thème provient des Charbonnages de France, or dans ce corpus deux films seulement en sont issus. C’est justement l’originalité de ce fonds puisqu’il n’est pas redondant de la production institutionnelle11.

Ces 104 films ont été réalisés par 52 réalisateurs différents12. Certains d’entre eux commencent leur carrière en tournant des films pédagogiques avant de passer au cinéma puis à la télévision en devenant indépendants (Jean Loubignac : comédies populaires), ou plus surprenant vers la bande dessinée (Pierre Buquet dit Pibuc). Alain Lartigue le justifie en disant dans une interview que faire des films pour l’Eduction Nationale n’est pas assez rentable13.

D’autres font déjà preuve d’un talent reconnu mis au service de productions documentaires ou de dessins animés grand public ou institutionnels (Pierre Sainflou, Georges Franju, Jean Image, René Risacher).

Certains réalisateurs sont avant tout des enseignants (André Cantenys) qui croient aux vertus de l’enseignement par le film, à l’éducation à l’image. Ainsi Jean Brérault, instituteur dès 1920 et utilisant le film en classe, devient producteur de films pédagogiques avant de rejoindre la société Pathé en 1935 et de fonder la Fédération nationale du cinéma éducatif en 193714 ou encore Marc Canatgrel, enseignant, entre autres, aux Arts et métiers.

Pour finir, certains réalisateurs sont également producteurs. C’est par exemple le cas d’Albert Guyot qui fonde la maison Films Albert Guyot ou encore la société Son et Lumière créée en 1947 par Pierre Long.

Ce fonds est produit par 46 maisons de production différentes15 : indépendantes (Pathé), appartenant parfois à des réalisateurs ou rattachées à une école supérieure (Cinémathèque des écoles commerciales supérieures, Ecole normale supérieure de Saint-Cloud Centre audiovisuel ), à une institution pédagogique (CNDP, IPN, OFRATEME), aux services de production audiovisuelle d’une grande entreprise (Cinétest, Fonderies de Pont-à-Mousson) comme la Régie Nationale des usines Renault ou le Service de communication des Charbonnages de France, ou provenant des Etats-Unis dans le cadre du plan Marshall (US Office of Education).

La diversité de ces 104 films constitue leur principale richesse. Ils peuvent néanmoins être classés en deux grandes catégories : ceux produits par l’Institution pédagogique (CNDP, IPN, OFRATEME) et ceux produits par d’autres à des fins pédagogiques. Cette distinction serait plus longue à mettre au jour sans ces images archivistiques mises en ligne. Elles permettent au chercheur d’établir dans des conditions optimales, par le biais d’une indexation numérique immédiatement visualisable, l’établissement d’un corpus. Il peut mener à bien un choix justifié par sa démonstration. Cette « consultation à domicile » présente enfin l’avantage de comparer les images entre elles.

Le film numérique un outil facilitateur d’analyse

Lors d’une consultation sur table de visionnement dans une institution archivistique, il n’est possible de voir qu’un film après l’autre. Souvent, par respect pour les droits d’auteur, il est interdit de photographier l’image présentée. Reste alors à décortiquer ce qui est vu en essayant d’être le plus précis possible pour conserver une trace descriptive. Or, lorsque plusieurs images animées sont numérisées et mises en ligne, la comparaison devient plus aisée et peut être renouvelée à l’infini.

Ainsi, dans la recherche que j’ai menée sur l’analyse des gestes techniques, en listant l’évolution des années de production des films traitant des mines (fer, charbon) et de la sidérurgie, trois périodes et caractéristiques majeures de l’utilisation de l’image animée à l’école se sont distinguées.

L’Entre-deux-guerres correspond aux prémices de la diffusion du film d’entreprise à vocation publicitaire dans les écoles. 1945-1959 est la période d’âge d’or du film pédagogique au service de la politique économique française. La fin des Trente Glorieuses voit le retour du film d’entreprise comme médium recruteur pour des métiers automatisés et spécialisés.

Durant la période de l’entre-deux-guerres, le catalogue de la cinémathèque centrale de l’enseignement public ne mentionne que trois films ; ce qui est trop peu pour généraliser une quelconque logique. Cependant, nous pouvons nous intéresser à l’un de ces trois exemples16. Le film À la gloire de l’industrie française : l’automobile de France est un court-métrage (35 mn) qui présente les usines Renault et est réalisé par Jean Loubignac en 1934. Cette période correspond à l’apogée de l’automobile. Renault devient le concurrent redoutable de Citroën en particulier à partir de 1934 lorsque ce dernier lance le « tout acier » pour ses véhicules17.

Le film présente ainsi l’ensemble de la chaîne opératoire de fabrication d’une automobile. L’utilisation de plans larges et de plongées donnent une indication de la taille monumentale des ateliers ; a contrario les gros plans sont usités pour montrer le perfectionnement et le modernisme des machines. Produit par Pathé pour son journal, ce court-métrage est avant tout un reportage dont la vocation première est d’être montrée au grand public dans les salles de cinéma. Les liens qui unissent les sociétés de production cinématographiques et les industriels sont réels et confortent l’idée que la visée est purement publicitaire, destinée à relancer la production en perte de vitesse depuis la crise de 1929. Il s’agit bien d’une publicité pour Renault avec de nombreux modèles de voitures montrés à l’écran mais aussi pour Pathé qui filme à plusieurs reprises sa camionnette Pathé-Journal !

Ce n’est donc pas un film pédagogique, mais il est utilisé au service de l’enseignement. Il est enfin remarquable de signaler que ces images montrent des progrès techniques qui sont dépassés après la Deuxième Guerre mondiale ; c’est pourquoi le film disparaît ensuite des catalogues de la cinémathèque.

Dans ce corpus de 104 films, la période de l’immédiat après-guerre (1945 à 1951) correspond aux années les plus prolixes de production de films traitant des mines et de la sidérurgie18. Ceci est à mettre en parallèle avec la phase de reconstruction et la mise en place du plan Marshall (1948-1951) mais aussi avec le début des Trente Glorieuses (1952-1959), période faste sur le plan économique.

A titre d’exemple, le court-métrage, intitulé Les Laminoirs et les Forges 19 de 11 minutes de 1948 que l’on doit à Jean Tedesco mérite d’être cité. Ce film est le troisième épisode sur six de la série Sécurité dans l’industrie. C’est la première série qu’il réalise sur cette thématique ; trois autres films suivent jusqu’en 1953.

Les objectifs de réalisation sont ici clairement exposés dès le début du film par un panneau d’information : « Attention zones dangereuses, les barres peuvent sauter hors des couloirs ! ». Il s’agit de montrer que la sécurité est une des préoccupations majeures des industriels. C’est un des autres effets du Training Within Industry20, venu des États-Unis, qui ne propose pas uniquement une technique d’apprentissage fondée sur le geste mais qui s’intéresse aussi au domaine de la sécurité. La mécanisation apparait comme une réponse sécuritaire en montrant par exemple des postes de commande éloignés des zones d’activités et des machines qui remplacent certaines opérations manuelles21.

Ce film n’est pas une exception : dans le corpus, dix autres films visent le même objectif tout comme ceux réalisés ailleurs. Pour mieux attirer, séduire et développer la productivité, les images animées produites préviennent des risques en montrant comment respecter la sécurité au travail. D’autres films plus tardifs vont plus loin en démontrant que les efforts d’investissements et de formation à la sécurité ont été réalisés par les industriels et que si les accidents demeurent, selon cette campagne, c’est parce que les ouvriers ne respectent pas les consignes de sécurité. Les enjeux ici sont implicites et montrent les limites du système de production de masse : productivité et sécurité sont-ils réellement compatibles ?

Ce film, Les Laminoirs et les Forges , s’apparente à un film pédagogique puisqu’il s’adresse au secteur technique et relève d’une volonté d’informer et de rassurer le futur ouvrier encore à l’école. Il peut aussi tout à fait être utilisé par la Chambre syndicale de la sidérurgie française pour informer les ouvriers eux-mêmes des risques potentiels encourus dans leur métier.

Durant la fin des Trente Glorieuses (de 1960 à 1973), bien que des signes annonciateurs de ralentissement économique se fassent sentir, la production de films liés au charbon et à l’acier est encore représentative avec quinze courts métrages produits sur treize ans. A partir de 1973, le coût de revient d’exploitation du charbon et du minerai de fer français est dit trop élevé par rapport à la concurrence étrangère : la plupart des gisements commence à fermer. Les deux chocs pétroliers de 1973 et 1979 enterrent définitivement toute velléité de sauvetage de ces deux secteurs d’activité. La sidérurgie suit avec quelques années de décalage.

C’est sans doute pourquoi, les films qui traitent de ce thème, essentiellement tournés vers l’enseignement technique cessent d’être produits22. Les mines font désormais partie de l’histoire. On n’enseigne pas des métiers sans perspective d’embauche. En 1983, seulement trois films sont réalisés et n’abordent que le travail de la fonte. Le service de prêt de la cinémathèque, périclitant suite au développement de l’usage de la vidéo, ne possède pas de films sur cette thématique au-delà de 1983.

En parallèle, un autre phénomène est observable que nous allons comprendre à travers le film Aciers Spéciaux  de Bernard Mercier qui date de 197623.

Ce court métrage illustre le fait que les quelques films produits durant cette période correspondent aux politiques des entreprises qui, pour survivre, jouent la carte de la spécialisation. Ici, les aciers spéciaux entrent dans cette logique économique. Ils sont fabriqués par ajouts de divers composants qui donnent certaines propriétés à l’acier en aciérie électrique à arcs ou à oxygène. Ce film est coproduit d’une part par la Chambre syndicale des producteurs d’aciers fins et spéciaux et OFRATEME (Office français des techniques modernes d’éducation) ; il est représentatif des films qui montrent la coopération entre une Institution pédagogique et une fédération d’entreprises privées. Tous les indices concourent à dire que ce film est pédagogique. Cependant, il semble davantage construit comme un outil promotionnel et publicitaire. L’utilisation d’une musique rapide et rythmée, un montage qui utilise des images aux couleurs vives placées en mosaïque et qui marquent ainsi les années 1970, dont l’objectif est de présenter l’ensemble des activités et des produits d’un groupe industriel, sont les signes récurrents des films d’entreprise24. Ce qui explique sans doute, que bien que dans le catalogue il soit répertorié comme s’adressant à des collégiens, son message est pourtant d’un niveau plus élevé.

Conclusion

L’étude de ce corpus consacré aux mines et à la sidérurgie de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public permet de définir trois périodes représentatives de l’évolution de ses catalogues. Elle met en exergue deux types de films techniques présents dans cette cinémathèque : les films produits pour l’enseignement (45 films) et ceux qui ne le sont pas (59 films). La présence de ces deux types de films au sein de la Cinémathèque et leur utilisation dans l’enseignement n’est pas contradictoire et correspond aux volontés politico-économiques de cette période centrale du XXe siècle qui consistent à faire de l’individu un être socialement intégré.

Cette communication avait pour objectif non seulement de présenter une partie du fonds remarquable d’une cinémathèque spécialisée, mais aussi de proposer une réflexion sur la façon dont peut s’effectuer une recherche scientifique sur nouveaux supports. La mise en évidence d’une telle réflexion sur le sujet n’est possible que par un visionnement précis, répétés des documents. Devant la rareté, la fragilité et la vétusté des supports, de nouveaux outils se révèlent donc indispensables.

Aujourd’hui, les sources archivistiques filmiques sont davantage accessibles. Par exemple, la mise en ligne par la Bibliothèque universitaire du fonds filmique de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public permet au film numérisé de devenir un outil déterminant pour la recherche en histoire du cinéma. Par ce biais, les relations à l’espace et au temps sont modifiées.

Qui ne choisirait pas le confort de pouvoir visualiser en ligne, autant que nécessaire, des sources jusque-là difficiles à consulter dans un espace archivistique soumis à contraintes ? La constitution d’un corpus devient d’autant plus facile, notamment, s’il est conséquent. Il est également possible d’imaginer voire de multiplier à l’infini les comparaisons entre quantités de plans de films. Quelques manipulations des interfaces permettent de surcroît cette vision en mosaïque des images.

Parce que les objets d’étude se transforment, l’environnement de travail au même titre que les pratiques se modifient à travers l’innovation numérique.

Les freins à ce nouvel habitus de recherche, demeurent encore bien réels. Indéniablement, l’ère du numérique révolutionne non seulement les salles de cinémas et les sites de conservation de films, mais aussi la manière de répondre aux questionnements de l’histoire, à une épistémologie de l’image. La sauvegarde de ces archives, à la fois mémoires du cinéma et outils irremplaçables de recherche, est, à mon avis, à ce prix.

Bibliographie :

ALBERA F., LE FORESTIER L., TURQUETY B. (2013), « Archives », in 1895. Revue d’histoire du cinéma, n°69, Paris, AFRHC, p. 96-136.

ARMOGATHE D. (2003), « Pour une didactique de l’archive filmique », in 1895. Revue d’histoire du cinéma, n°41, Paris, AFRHC, p. 145-156.

BESSOU A. (1920), Rapport général sur l’emploi du cinématographe dans les différentes branches de l’enseignement, Paris.

CATALOGUES DE LA CINEMATHEQUE DE L’ENSEIGNEMENT PUBLIC (1954 à 1889), Paris, Imprimerie Nationale.

BRUCY G., LAOT F., LESCURE E. (2009), Mouvement ouvrier et formation. Genèses : de la fin du XIXe siècle à l’après Seconde Guerre mondiale, Paris, L’Harmattan. 

CNC-ARCHIVES FRANÇAISES DU FILM, Conservation [en ligne]. Disponible sur http://www.cnc-aff.fr/internet_cnc/Internet/ARemplir/Conservation.aspx?Menu=MNU_ACRCHIVES_5 [consulté le 12 décembre 2014].

COISSAC G-M. (1925), Histoire du cinématographe : de ses origines à nos jours, Paris, Ed. du Cinéopse, p. XIII. 

FREYSSENET M. (1979), La sidérurgie française. 1945-1979. Histoire d’une faillite. Les solutions qui s’affrontent, Paris, Savelli.

GOOD T., BROPHY J. E. (1995), Educational psychology : a realistic approach, 4e éd., New-York, Longman.

GUILLEMOTEAU R. (1979), Du Musée pédagogique à l’Institut pédagogique national : 1879-1956, Paris, CNDP.

LE ROY E. (2013), Cinémathèques et archives du film, Paris, Armand Colin.

MASSIGNON V. (2002), La recherche d’images. Méthodes, sources et droits, Bruxelles, De Boeck.

MINISTERE DU COMMERCE, DE L’INDUSTRIE, DES POSTES ET DU TELEGRAPHE. (1902-1906), Exposition Universelle Internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international, Imprimerie Nationale, Paris.

MAJAULT J. (1978), Le Musée pédagogique. Origines et fondation : 1872-1879, Paris, CNDP.

MOUSSINAC L. (1925), Naissance du cinéma, Paris, Éd. J. Povolozky.

BECKER N. (2008), Vidéo d’entreprise et communication, Paris, Editions Vuibert.

PACROT M., TOROMANOFF M. (1955), Les applications du TWI dans les Houillères, in Revue de l’industrie minérale, p. 289-310.

DE PASTRE-ROBERT B., DUBOST M., MASSIT-FOLLEA F. (2004), Cinéma pédagogique et scientifique. A la redécouverte des archives, Paris, ENS Éditions.

PORCILE F. (1965), Défense du court métrage français, Paris, éditions du Cerf.

PRECHEUR C. (1959), La lorraine sidérurgique. In: L’information géographique, Paris, SABRI, Volume 24 n°4, p. 181-183.

TESNIERE V. (2001), Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire (1860-1968), Paris, Presses Universitaires de France.

TOURNEMIRE P. (2000), La Ligue de l’Enseignement, Milan, coll. « Les essentiels ».

UEBERSCHLAG J. (2007), Jean Brérault l’instituteur cinéaste (1898-1973), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne.

VERAY L. (2011), Les images d’archives face à l’histoire,Chasseneuil-du-Poitou, Scérén-CNDP.

1 Entretiens avec Bruno Veyret, ibid.

2 http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/bibliotheques/fonds-specialises-cinematheque

3 Le SCEREN-CNDP a changé de nom depuis 2014 et s’appelle désormais CANOPÉ, le réseau de création et d’accompagnement pédagogique.

4 Il s’agit d’un plan de restauration numérique sous fichier HD.

5http://www.univ-paris3.fr/la-dbu-gere-les-fonds-de-la-cinematheque-centrale-de-l-enseignement-public-96327.kjsp?RH=1236682598223

6 Cette même nécessité a sacrifié la visite du site originel des peintures rupestres de Lascaux à des ersatz touristiques et virtuels qui ne font plus débat aujourd’hui.

7 Entretiens avec Bruno Veyret, ibid.

8 Renseignements présentés dans les premières pages des catalogues de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public.

9 Catalogue de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public, Paris : IPN, 1967.

10 Etude quantitative menée à partir du catalogue actuel de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public à Paris 3.

11 Michel Freyssenet, La sidérurgie française. 1945-1979. L’histoire d’une faillite. Les solutions qui s’affrontent, Paris, Savelli, 1979.

12 Etude quantitative menée à partir du catalogue actuel de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public à Paris 3.

13 « A l’époque, de 1959 à 1969, j’étais aux services des films de l’Education Nationale. J’étais réalisateur. Et j’en suis parti en 1969, parce qu’on voyait bien qu’on avait aucun moyen de développement. Après ça, j’ai monté ma propre boite de vidéo ». Alain Lartigue dans Paroles et mots de Chantale Savenier le 10.02.2009 http://www.autourdemoustaki.fr/alainlartigue.html .

14 Josette Ueberschlag, Jean Brérault l’instituteur cinéaste (1898-1973), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2007.

15 Etude quantitative menée à partir du catalogue actuel de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public à Paris 3.

16 Le choix s’est porté sur ce film parce qu’il est emblématique de l’époque et particulièrement de la concurrence que se livrent Renault et Citroën pour survivre à la crise.

17 Carrosserie autoporteuse.

18 34 films en six ans.

19 Le choix de ce film se justifie par le fait qu’il présente un second aspect du TWI : la sécurité pour une meilleure productivité.

20 Alexandre Pacrot et Michel Toromanoff, « Les applications du TWI dans les Houillères », Revue de l’industrie minérale. Vol. 37, 1955, p. 239-310.

21 Ponts-roulants munis de crochets spéciaux , train automatique de la tréfilerie, martelage automatique de grosses pièces à la forge.

22 Neuf films en dix ans.

23 Le film Aciers Spéciaux représente la spécialisation industrielle et l’automatisation aboutissements actuels de l’évolution technique dans ce secteur.

24 Nathanaël Becker, ibid.

Journée d’étude : Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir

15 avril 2022 – INSPE de Paris, site de Molitor – 10h-17h

En parallèle de l’industrie de divertissement qui s’est rapidement développée aux débuts du cinéma, une conception du film comme outil éducatif s’est rapidement imposée au début du XXe siècle.

Différents organismes se développent dans le sillage des initiatives conduites par la Ligue de l’Enseignement, qui défend la projection de film comme mission sociale, d’apprentissage et d’enseignement. Le ministère de l’éducation se dote rapidement d’un fonds de films qui dès la fin des années 1920 circule abondamment dans les établissements éducatifs par le biais de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Parallèlement se développe un large réseau de ciné-clubs, géré par la Ligue de l’Enseignement, qui participe d’une autre façon à la formation des citoyens. Les films circulent principalement en bobines 16 et 35 mm jusqu’aux années 1980.

Dans le domaine de l’enseignement scolaire, la télévision s’impose peu à peu dans les classes pour diffuser les programmes dits de la télévision scolaire. La cinémathèque centrale de l’enseignement public, organe principal de diffusion des films dans les établissements, stoppe la mise en circulation de ses copies films à partir de 1996. Du côté de la Ligue de l’Enseignement, la généralisation du dispositif d’aides aux salles d’exploitation labellisées « Arts et Essais » freine aussi drastiquement le mouvement des cinés-clubs dès les années 1980, et le cinéma de patrimoine quitte peu à peu les salles de cinéma.

Les pratiques d’éducation à l’image se sont transformées et se sont adaptées aux publics et aux enjeux techniques et technologiques contemporains.

Cette journée d’étude propose de revenir sur l’histoire de l’éducation à et par l’image et des organismes et institutions qui ont accompagné ces pratiques, pour mieux faire le point et questionner l’évolution des techniques et des dispositifs mis en place aujourd’hui.

Programme de la journée d’étude :

10h : Introduction
Bibliothèque Sorbonne Nouvelle (BSN) – Vincent De Lavenne
Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (CCEP) – Mathilde Rouxel

10h30 : Séance 1 : des fonds spécifiques à défendre

Emmanuelle Devos : « Des principes d’une cinémathèque dédiée aux ‘jeunes publics’ : La Cinémathèque Robert-Lynen »
Frédéric Rolland : « Histoire de la cinémathèque centrale de l’enseignement public »
Laurent Garreau : « Retour sur l’histoire de la télévision scolaire »

12h-13h

DÉJEUNER

13h : Séance 2 : Problématiser des collections

Pascal Laborderie : « Histoire des fonds filmiques de la Ligue de l’enseignement : de la survivance du muet à la disparition des ciné-clubs »
Nadège Mariotti : « La Cinémathèque centrale de l’enseignement public : le film scolaire et le numérique au service du chercheur »
Nicolas Palluau : « La représentation de l’éducateur postscolaire dans le cinéma de l’entre-deux guerres »

14h30 : Table-ronde plateforme : Enjeux numériques de l’accessibilité des films

Pascal Laborderie (e-dem-film) / Stéphanie Ange (DIAZ) / Vincent de Lavenne (Bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle)

15h30 : Table-ronde: Comment valoriser les fonds de cinéma éducateur aujourd’hui ?

Antoine Ravat (Cinémathèque de Saint-Étienne) / Frédéric Rolland (CCEP – Atelier du 7e art) / Emmanuelle Devos (Cinémathèque Robert-Lynen) / Julie Cazenave (DodesKaden)

Modération de l’ensemble des discussions : Mathilde Rouxel

Infos pratiques :

Vendredi 15 avril, INSPE de Paris, site de Molitor,

10 rue Molitor,

75016 Paris

Journée d’étude organisée par la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public,

Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle

En partenariat avec l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search