Compte-rendu de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir”

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Vincent de Lavenne et Mathilde Rouxel. Introduction à la journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

En parallèle de l’industrie de divertissement qui s’est rapidement développée aux débuts du cinéma, une conception du film comme outil éducatif s’est rapidement imposée au début du XXe siècle.

Différents organismes se développent dans le sillage des initiatives conduites par la Ligue de l’Enseignement, qui défend la projection de film comme mission sociale, d’apprentissage et d’enseignement. Le ministère de l’éducation se dote rapidement d’un fonds de films qui dès la fin des années 1920 circule abondamment dans les établissements éducatifs par le biais de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Parallèlement se développe un large réseau de ciné-clubs, géré par la Ligue de l’Enseignement, qui participe d’une autre façon à la formation des citoyens. Les films circulent principalement en bobines 16 et 35 mm jusqu’aux années 1980.

Dans le domaine de l’enseignement scolaire, la télévision s’impose peu à peu dans les classes pour diffuser les programmes dits de la télévision scolaire. La cinémathèque centrale de l’enseignement public, organe principal de diffusion des films dans les établissements, stoppe la mise en circulation de ses copies films à partir de 1996. Du côté de la Ligue de l’Enseignement, la généralisation du dispositif d’aides aux salles d’exploitation labellisées « Arts et Essais » freine aussi drastiquement le mouvement des cinés-clubs dès les années 1980, et le cinéma de patrimoine quitte peu à peu les salles de cinéma.

Les pratiques d’éducation à l’image se sont transformées et se sont adaptées aux publics et aux enjeux techniques et technologiques contemporains.

Cette journée d’étude proposait de revenir sur l’histoire de l’éducation à et par l’image et des organismes et institutions qui ont accompagné ces pratiques, pour mieux faire le point et questionner l’évolution des techniques et des dispositifs mis en place aujourd’hui.

En introduction, j’ai présenté aux côté de Vincent de Lavenne, responsable du service Appui Documentaire à la Recherche et adjoint à la cheffe du Département pour la Recherche et l’Enseignement à la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle les objectifs du projet Kinopédia développé au sein de la résidence CollEx-Persée mise en place à partir des fonds de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (lire leur communication). Vincent de Lavenne a exposé l’importance du développement d’un accès numérique aux collections films conservées à la Sorbonne Nouvelle, et a ainsi posé les bases du travail en cours sur la Bibliothèque Numérique de la Sorbonne Nouvelle, qui mettra en open access tous les films en pleine et entière propriété de l’État détenus dans le fonds. J’ai ensuite présenté le projet Kinopédia lui-même, qui s’intéresse à un corpus de films plus spécifiques s’intéressant à différentes disciplines scolaires tournés entre 1930 et 1960 dans l’ancien espace colonial français, particulièrement en Afrique du Nord et subsaharien. Ce corpus d’une centaine de films, travaillé conjointement avec Frédéric Rolland, responsable de la CCEP, et Vincent de Lavenne et son équipe, permettait aux bibliothécaires d’adapter leur travail aux besoins des chercheurs que je représentais, pour améliorer la qualité des services à venir de la bibliothèque numérique.

Suite à cette introduction, une première séance intitulée « Des fonds spécifiques à défendre » avait pour objectif de présenter différents fonds travaillant, jusqu’à aujourd’hui, avec des collections de films pédagogiques. Ainsi, Emmanuelle Devos a-t-elle présenté la Cinémathèque Robert-Lynen, ouverte en 1925 et souvent présentée, à tort, comme la première cinémathèque créée en France sous cette appellation. Devos justifie cette méprise par le manque d’intérêt des historiens et des chercheurs pour le cinéma éducatif. A cette époque là, de nombreuses cinémathèques ont vu le jour : la cinémathèque Robert-Lynen, dite aussi cinémathèque de Paris, a toujours été attachée à des missions de service public, qu’elle poursuit jusqu’à aujourd’hui. Un historique des missions de l’établissement a permis a Devos d’expliquer une première évolution de celles-ci d’un espace de projection des films de l’éducation nationale avant les années 1950 à une ouverture vers le cinéma d’auteur à partir de l’implantation des cinés-clubs et d’une politique d’éducation par le cinéma. À partir des années 1970, la cinémathèque s’oriente sur les plus jeunes publics, puis choisit dans les années 1990 de développer principalement l’activité pédagogique. Après 25 ans de fermeture de la salle de cinéma, celle-ci a été inaugurée rénovée en mars 2020 et la cinémathèque Robert-Lynen accueille à nouveaux du jeune public dans ses locaux.

Frédéric Rolland (lire sa communication) a présenté de son côté l’histoire du fonds de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, cinémathèque de circulation envoyant, au pic de son histoire, 5000 copies par semaines dans différents établissements scolaires, hospitaliers ou dans les Offices régionales diffusant des films dans un cadre para-scolaire. L’histoire complexe de cette cinémathèque, qui fut souvent confondue avec la cinémathèque de Paris Robert-Lynen ou avec Canopé, ex-CNDP, qui poursuivit les missions de la cinémathèque dans les écoles avec les outils de la télévision scolaire, parallèlement à la circulation des films de la CCEP jusqu’à ce que cette dernière arrête son activité en 1996 avec l’évolution technologique des moyens de diffusion des films. Aujourd’hui, les fonds de la CCEP sont conservés par la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle après un don en 2010 de Canopé d’une collection de 2500 titres.

Laurent Garreau (lire sa communicaion) est ensuite intervenu, sur la recommandation de la nouvelle chargée d’archive au pôle audiovisuel de Canopé, Manuela Guillemard, en tant qu’ancien responsable des fonds filmiques de Canopé pour proposer un historique de la télévision scolaire. Il a ainsi exposé la différence dans les modalités de production de la télévision scolaire par rapport au cinéma éducateur : la production des films se faisait en interne, relevant d’un service de production audiovisuelle, et les titres étaient ensuite conservés au sein de la cinémathèque antenne, futur CNDP. Aujourd’hui, 4000 émissions ont été numérisées avec l’aide de la BnF.

Une deuxième séance de présentations de communications, intitulée « Problématiser des collections », a permis de traverser quelques corpus de films destinés à l’éducation. Pascal Laborderie, en introduction d’une histoire des fonds filmiques de la Ligue de l’Enseignement de la survivance du muet à la disparition des ciné-clubs, a ouvert la discussion en félicitant l’intérêt grandissant des chercheurs pour le cinéma éducateur, longtemps à la marge des intérêts de recherche. Selon lui, l’effondrement de l’UFOLEIS dans les années 1990, à un moment où le patrimoine cinématographique valorisé était considéré dans une logique auteuriste, a achevé d’enterrer l’intérêt porté au cinéma documentaire à visée pédagogique. Son histoire, pourtant, est riche : elle commence dans l’espace scolaire, postscolaire et populaire et se structure pour des raisons politique sur un modèle franco-français sur des bases municipales (comme à Strasbourg ou Nancy qui vivent sans subventions ministérielles avec l’argent des séances). La Ligue de l’enseignement, créée en 1866 par Jean Macé sur un modèle de laïcité militante, rassemble durant l’entre-deux guerres les Offices régionales sous forme de Fédération et diffuse des films venant de différents ministères, produits sous l’impulsion du ministère, ou acheté à de grandes boîtes de production comme Pathé et Gaumont. Les rapports ministériels rapportent au moins 9000 correspondants (des écoles, ds hôpitaux, etc.) accueillants en leur sein des projections de ces films. Pour conclure sa communication, Laborderie insiste spécifiquement sur le cas de Jean-Benoît Lévy, cinéaste important du cinéma français, réalisateur de documentaire et de fiction célèbre jusqu’à l’avènement des ciné-clubs après la Seconde Guerre mondiale : la logique auteuriste a, selon le chercheur, eu raison de ce cinéaste honni des grandes revues de cinéma comme les Cahiers du Cinéma, en raison de son classement dans la catégorie du cinéma éducateur, dénigré depuis lors.

Nadège Mariotti (lire sa communication) a ensuite discuté l’intérêt de la numérisation des collections de la CCEP pour les chercheurs, à partir d’un corpus spécifique consacré aux films présentant notamment les gestes de l’industrie sidérurgique. Selon elle, la numérisation et la mise en ligne du patrimoine filmique permet au chercheur des comparaisons de films plus aisées et favorise ainsi la sauvegarde et la valorisation de fonds parfois trop mal connus et mal considérés. Une collection comme celle de la CCEP permet de mettre en lumière les liens qui unissaient les industries et les établissements pédagogiques, qui par la diffusion de ces films, toutefois mis au service de l’enseignement, promouvait les secteurs de l’industrie.

Le dernier intervenant, Nicolas Palluau (lire sa communication) a posé la question de la formation des animateurs de colonies de vacances, notamment la place de l’éducateur dans les productions de fiction, dans le champ de l’éducation populaire, des camps de scouts. À partir de plusieurs exemples de films, il pose l’hypothèse d’un renversement éducatif, le maître apprenant de l’élève, dans la lignée de l’idéologie de l’éducation nouvelle du scoutisme de Baden-Powell. Ce corpus de cinéma scout propose des films qui s’attachent à donner l’impression d’une auto-organisation des jeunes, en ne montrant pas les adultes encadrant les camps, dans une mise en scène idéale du plein-air éducatif dont Palluau souligne la dimension de propagande.

L’après-midi s’est prolongée avec la tenue de deux tables-rondes. La première, consacrée aux « Enjeux numériques de l’accessibilité des films », rassemblait Pascal Laborderie, qui présentait les enjeux de son projet « e-dem-film » qui souhaite mutualiser différentes institutions pour donner accès au cinéma éducateur et faciliter leur circulation en créant une plateforme à dimension européenne, Stéphanie Ange, venue présenter la plateforme DIAZ de l’association Diazinterregio qui offre une base de donnée commune à la Cinémathèque de Bretagne, Normandie Images, Ciclic et plusieurs autres structures dédiée au cinéma amateur sur le territoire national français, et Vincent de Lavenne, qui a présenté l’interface en développement de la Bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle (BSNum), qui offrira un accès aux différentes collections numérisées de la DBU, dont fait partie la collection films de la CCEP. La plateforme e-dem-film est d’abord un projet de recherche, développé au sein de l’université de Reims Champagne-Ardenne avec la collaboration d’autres archives européennes, et a pour vocation de mettre en avant ce patrimoine pédagogique oublié. L’objectif de la plateforme DIAZ est de proposer un travail d’archivage collaboratif et coopératif entre les différentes structures associées, pour que l’interface évolue en fonction des besoins des différentes archives et au contact de leurs utilisateurs. La BSNum, quant à elle, est née de la volonté de mettre à disposition des usagers des documents rares et précieux conservés à par la Direction des Bibliothèques Universitaires (DBU),tel que des incunables issus du fonds Orient-Monde Arabe ou les titres non-encore numérisés par d’autres institutions conservés dans le fonds film de la CCEP, répodant ainsi aux besoins de développement du domaine des humanités numériques parmi les missions de service public de la bibliothèque. Après avoir présenté les trois projets, le débat s’est centré sur la possibilité de développer des vocabulaires et des méthodologies communes aux bibliothèques et aux cinémathèques pour la mise en valeur des patrimoines numérisés, puisqu’effectivement, les notices de bibliothèques ne permettent pas toujours de partager l’ensemble des métadonnées accompagnant un film. La question posée a aussi été celle du droit d’accès : alors que la plateforme Diaz, en raison de son objet (le cinéma amateur) est en mesure de mettre en ligne les films en accès libre et ouvert, la BSNum ainsi que la plateforme e-dem-film se confrontent naturellement à un problème de droits d’auteurs et de productions qui limitent l’accès aux films.

Une seconde table-ronde intitulée « Comment valoriser les fonds de cinéma éducateur aujourd’hui ? » mettait en dialogue Antoine Ravat, programmateur à la Cinémathèque de Saint-Etienne, Frédéric Rolland, responsable de la CCEP mais aussi collectionneur privé détenteur de près de 7000 titres gérés par l’association l’Atelier du 7e art qu’il dirige, Emmanuelle Devos, directrice de la Cinémathèque Robert-Lynen, et Julie Cazenave de l’association marseillaise DodesKaden, responsable d’un fonds de plus de 6000 titres hérités de différents fonds de cinés-clubs de la Ligue de l’Enseignement. La cinémathèque de Saint-Etienne a été créée en 1922 sur une collection d’images pédagogiques. Le fonds s’est ensuite enrichi notamment par la collecte de cinéma amateur de la région de Saint-Etienne. Des projections sont organisées de façon régulière au sein de l’établissement, qui accueille aussi différents publics dans le cadre d’atelier de sensibilisation au patrimoine et aux images. La Cinémathèque de Paris Robert-Lynen propose, depuis la réouverture de leur salle en 2020, de nombreuses projections scolaires et des visites pédagogiques. La CCEP vient quant à elle de changer à nouveau de locaux, puisqu’elle a déménagé avec la DBU dans les nouveaux locaux de la Sorbonne Nouvelle avenue de Saint-Mandé à Paris, ce qui offre la perspective de programmations plus fréquentes dans la salle de cinéma de l’université, mais qui ne règle pas le problème de la sortie des copies. DodesKaden est une association qui travaille à la diffusion de film et à la mise en place d’ateliers autour des archives de film, à partir d’une collection héritées de différents Offices et légués par la Ligue de l’Enseignement. L’objectif de l’association est aujourd’hui de protéger les copies, conservées à ce jour dans des conditions précaires dans un bâtiment inadapté à Marseille, en ouvrant un lieu permettant la conservation des films et leur diffusion. Le problème rencontré par ces structures, qui travaillent toutes les quatre avec des fonds historiques constitués par une activité de diffusion et de programmation, est principalement celle des conditions de diffusion des films. Le cas des films éducateurs est en effet très complexe dans la mesure où il est parfois à la fois très difficile d’éclaircir la chaîne des droits, mais aussi, comme le répète Frédéric Rolland, parce que la question de l’accessibilité de ces films devrait être facilitée dans la mesure où ces films avaient été acheté par l’État – et qu’ils étaient ensuite distribués dans les écoles, les Offices et les cinémathèques régionales pour être diffusés gratuitement aux élèves.

La journée s’est conclue avec une intervention du public, qui a permis par ailleurs de souligner la difficulté que rencontrent certains cinéastes, amateurs ou non, pour déposer leurs archives dans des institutions dédiées à la préservation du film : les lieux de stockage sont plein et il est difficile aujourd’hui pour les cinémathèques d’accueillir de nouvelles collections.

Mathilde Rouxel, Vincent de Lavenne, Introduction à la journée d’étude “Collection de films pour l’éducation : histoire, circulation, avenir”

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Cette journée d’étude s’inscrit dans un projet développé au sein de la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle, croisant un projet de recherche et un projet en humanité numérique travaillant à l’accessibilité des collections de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, conservées depuis 2010 par la DBU de la Sorbonne Nouvelle. L’occasion du projet de recherche intitulé Kinopédia développé au sein d’une résidence CollEx-Persée a permis d’achever la numérisation de la centaine de films du fonds concernant les zones géographiques de l’ancien espace colonial français, permettant de donnée une vision large des méthodes d’instruction de l’époque, à l’heure où le film pédagogique était considéré comme un outil utile pour défendre les valeurs républicaines et universalistes de la patrie – tout en s’inscrivant dans le contexte idéologique de l’époque. Le projet a donné lieu à une mise en perspective scientifique du corpus ainsi qu’à de nombreuses programmation qui ont permis aux films de rencontrer des publics variés. Sur le plan documentaire, la délimitation de ce corpus restreint a permis de réfléchir, en coordonnant le travail du chercheur et celui du bibliothécaire, au développement d’outils de recherche numérique dédiés pour faciliter l’accès aux films.

Un corpus aux intérêts multiples

En 1920, et jusqu’au début des années 1960, la géographie de la France comptait ses colonies. Le territoire était pour les élèves des classes un territoire aux frontières multiples, aux ressources riches et parfois exotiques, permises par des climats dont ils ne pouvaient pas faire l’expérience ni comprendre des répercussions. Les traditions, au Maghreb, en Afrique Occidentale Française ou en Afrique Équatoriale française, n’avaient rien à voir avec les traditions répandues en métropole, et les voyages, à cette époque, étaient rares, voire impossibles pour la plupart des français.

À partir des années 1930, la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public a acquis et fait circuler de nombreux films concernant la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, l’Afrique occidentale ou équatoriale française, sur Madagascar ou les Antilles. Les films sont de différentes natures et répondent à différentes catégories de disciplines scolaires : des films classés dans « géographie » ou « économie » s’intéresseront davantage au relief et aux ressources naturelles offertes par chacun des territoires, les films classés dans « arts et techniques » témoignent des techniques artisanales traditionnelles des différents pays (la poterie ou les arts du verre par exemple), alors que des films à sujets « ethnographiques » auront pour but de décrire la manière de vivre des peuples autochtones. D’autres films décrivent ces territoires en ce qu’ils ont de français, exposant la démographie, l’architecture urbaine héritée d’Haussmann, le « progrès » des machines automatisées de l’industrie française, les infrastructures mises en place par la colonisation, les modes de vie. D’autres encore, traitant par exemple de sujets médicaux, prennent l’Afrique du Nord ou subsaharienne comme exemple, mais ne discutent pas nécessairement du territoire en tant que tel.

Ces films sont le reflets d’une époque. Ouverture sur le monde pour les enfants auxquels ils étaient destinés, base d’une instruction en matière de sociologie ou de géographie, les films peuvent aujourd’hui être vus comme les témoins d’une époque. Après les décolonisations, dans le courant des années 1950 jusqu’au début des années 1960, les productions de ce type de film de sont faites naturellement beaucoup plus rares et la plupart des films jusqu’alors en circulation sont sortis des catalogues les années suivantes. Certains d’entre eux sont devenus caduques avec le changement de statut des territoires décolonisés ; d’autres ont été remplacés par d’autres films sur d’autres sujets jugés plus importants.

Le fonds actuel de la CCEP comprend des films datant de catalogages de différentes époques, et propose donc de nombreux films diffusés entre les années 1930 et 1960 dans les écoles.

Un fonds accessible pour les chercheurs

L’un des principaux défis pour médiatiser les collections de la CCEP est d’ordre technique : la Direction des Bibliothèques Universitaires ne dispose pas d’une plate-forme qui serve de vitrine à ces collections particulières. La construction d’une bibliothèque numérique était en projet dans l’établissement, mais la résidence CollEx-Persée et l’accueil d’une chercheuse au sein de la bibliothèque ont permis de concevoir cet outil en lien très étroit avec les utilisateurs finaux, c’est-à-dire la communauté des chercheurs. En croisant l’expertise des professionnels de l’information scientifique et technique et les pratiques de recherche, le travail en collaboration avec une chercheuse permettra de valider les orientations et de créer un véritable écrin numérique pour les collections de la CCEP.

L’objectif de ce projet était donc la mise en ligne d’une bibliothèque numérique, outil de diffusion et de valorisation de ce fonds remarquable.

Un livrable reposant sur des standards ouverts et qui s’appuie sur des référentiels transdisciplinaires

Pour réaliser cette bibliothèque numérique, la Direction des Bibliothèques Universitaires s’est tournée vers le logiciel libre Omeka-S, qui bénéficie d’une communauté d’utilisateurs vivante et riche, et qui permet surtout de s’appuyer sur les technologies du web sémantique. Ainsi, tout en donnant une meilleure visibilité au fonds, la présentation via Omeka-S a permis de travailler sur l’indexation de la collection. Le logiciel nous a permis d’appuyer la description des collections sur des référentiels largement partagés (FOAF, Schema), mais aussi sur des référentiels plus précis, puisque les notices de ressources cinématographiques demandent un référencement différents des ressources bibliographiques (concernant notamment les différents métiers listés dans les fiches techniques des films, ou concernant les formats de projection). L’adoption de ces standards du web sémantique permettront également, au moment de la mise en ligne du site de la bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle à la fin de l’année, de donner plus de visibilité à ces collections en les liant à d’autres.

A terme, le projet KINOPEDIA permettra également d’expérimenter l’implémentation du protocole IIIF dans le projet de bibliothèque numérique. En suivant les évolutions de la communauté sur le sujet des ressources audiovisuelles, nous pourrons permettre une facilité d’accès et de réutilisation à ces contenus, qui iraient dans le sens d’une valorisation du fonds dans son ensemble (expositions thématiques numériques, illustrations dans des carnets de recherche en ligne…), par-delà les seuls films du corpus Kinopedia.

Une incitation à des approches plurielles du fonds

Bien plus que de migrer des documents audiovisuels, la conception de cette bibliothèque numérique, telle que nous l’avons envisagée, s’est donné pour but de fournir au chercheur un outil riche. En exploitant la richesse des métadonnées relevant du catalogue, nous permettons aux chercheurs d’exploiter des données géographiques, temporelles ; en liant nos données à des bases extérieures (comme Wikidata), nous pouvons proposer une interrogation croisée, et, au besoin, accompagner l’utilisation par les chercheurs de ces outils. Si cette description riche permet d’illustrer le contenu des films, elle permet également de les analyser sous d’autres points de vue (économie du film, analyse de réseaux…) que leur thématique propre, et ainsi de mettre en valeur l’intérêt multiple d’un fonds comme celui-là, à l’origine conçu à des fins pédagogiques. Le travail sur le corpus Kinopedia issu de la collection a également été l’occasion de travailler sur le déploiement d’identifiants pérennes (de type DOI) pour ces documents, qui permettent de les citer et de les réutiliser plus simplement. Cette résidence CollEx-Persée, qui nous a offert les conditions de possibilité de nous réunir aujourd’hui, nous laisse le temps et l’espace de réfléchir à de nouvelles manières de valoriser une collection de films trop peu consultée tant par les étudiants que les chercheurs.

Une journée d’étude pour croiser des problématiques communes

Le travail engagé depuis le mois de septembre 2022 a permis de soulever un certain nombre de questions ou de problématiques partagées par différents fonds constitués de collections de films pour l’éducation. En effet, comme le montrera plus précisément Frédéric Rolland, la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public souffre d’un manque de visibilité, dû à la fois à son histoire (déménagements successifs qui n’ont pas facilité son identification, naissance de la radio et télévision scolaire dans les années 1950, etc.) et au manque d’intérêt porté par la communauté des chercheurs au cinéma pédagogique – bien que, comme le montrera Pascal Laborderie, cet intérêt semble grandir à nouveau depuis quelques années ; cette journée d’étude pourrait en être un témoin. Cette journée d’étude souhaite donc poser à la fois la question difficile de la conservation de ces collections de films – ces films étant tous des copies, les espaces de stockage étant partout de plus en plus restreints, et les conditions de conservation demeurant coûteuses – et celle de leur possible diffusion : si l’État était acquéreur des films, il n’en était pas producteur et la possibilité de montrer ces films est aujourd’hui conditionnée à une série de problématiques liée à la chaîne des droits à éclaircir avant chaque projection, ce qui ne facilite pas, en dernier lieu, la valorisation de ce patrimoine spécifique. Pour discuter de ce sujet, cette journée d’étude accueille la parole d’Emmanuelle Devos, directrice de la Cinémathèque Robert-Lynen, créée en 1926 sous le nom de Cinémathèque scolaire de Paris, qui reviendra sur les principes fondateurs de cette cinémathèque, particulièrement dans son rapport fondamental aux jeunes publics. Nous écouterons aussi Frédéric Rolland, qui présentera la CCEP, son histoire en tant que cinémathèque de circulation diffusant les films dans les écoles et son développement aujourd’hui comme collection vivante conservée à la DBU de la Sorbonne Nouvelle, puis Laurent Garreau, qui fut longtemps responsable du fonds de la télévision scolaire à Canopé (ex-CNDP), et qui racontera l’origine et les actions de cette institution. Ces acteurs seront mis en dialogue dans la suite de la journée durant une table-ronde questionnant l’avenir de ces collections et leur valorisation, aux côtés d’Antoine Ravat, programmateur à la Cinémathèque de Saint-Étienne, première cinémathèque créée en France en 1922 à partir de fonds pédagogiques, et Julie Cazenave, archiviste de l’association DodesKaden qui a récupéré à Marseille des collections de films issues des fonds des cinés-clubs de la Ligue de l’Enseignement, qui proposait jusqu’aux années 1980 des séances parascolaires d’éducation populaire.

Par-delà la question spécifique des fonds, c’est également l’usage scientifique et l’apport historique des films éducateurs que cette journée d’étude souhaite interroger. Un deuxième temps de communication permettra de découvrir, avec Pascal Laborderie (Université de Reims Champagne-Ardennes), l’histoire des fonds de la Ligue de l’Enseignement et de questionner le manque de considération accordé à certaines filmographies de “faiseurs” de films éducateurs, jamais considérés par la critique cinématographique comme des “auteurs” dignes de ce nom. Nadège Mariotti (Université de Lorraine) évoquera ensuite, à partir d’un corpus de films sur la sidérurgie présent dans le fonds de la CCEP, l’importance de la numérisation des films pour les chercheurs et l’impact que celle-ci a sur le travail de recherche lui-même. Nicolas Palluau (Centre Norbert Elias, Université d’Avignon), enfin, discutera à partir d’un corpus de films de scoutisme la place de l’éducateur par rapport au groupe d’enfants et les enjeux de discours que cette représentation soulève dans les films.

Une seconde table-ronde portera la discussion sur les enjeux contemporains de la numérisation des patrimoines filmiques à des fins de conservation et d’accessibilité des films. Dans ce cadre, Pascal Laborderie présentera le projet “e-dem-films” qu’il souhaite porter avec d’autres partenaires européens pour le développement d’une plateforme offrant un accès élargi et démocratique aux films éducateurs, qui pourront être exploités comme objets historiques ou comme outils pédagogiques. Stéphanie Ange présentera ensuite la plateforme DIAZ de l’association Diazinteregio, base de donnée développée pour la recension du cinéma amateur grâce à la coopération de différentes institutions nationales (Ciclic, Cinémathèque de Bretagne, Normandie images, rejointes par la suite par d’autres initiatives). Cette base de données, qui peut évoluer selon les besoin des archives associées, a pour objectif de donner accès aux films amateurs numérisés par ces différentes institutions. Vincent de Lavenne présentera ensuite les grandes lignes de la Bibliothèque Numérique de la Sorbonne Nouvelle, qui servira de portail aux collections numérisées de la CCEP. Cette rencontre sera l’occasion de confronter des logiques d’accès aux collections numériques et des méthodologies de recensements et de développement des métadonnées.

Nous espérons que cette journée sera l’occasion de faire le point sur quelques questions importantes qui ont surgi durant ces derniers mois de cette résidence CollEx-Persée au sein de la CCEP et que les discussions permettront l’établissement de nouvelles collaborations entre différents établissements ou différentes recherches et initiatives.

Laurent Garreau, Retour sur l’histoire de la télévision scolaire

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Le fonds de la télévision scolaire qu’il me revient de vous présenter est un fonds différent par sa forme, ses contenus et ses modalités de production. S’il appartient bien à la catégorie des “collections de films pour l’éducation”, c’est immédiatement à un titre dérogatoire et dans une acception particulière.

Cette collection, qui, au sein de l’établissement qui l’a produit , était désignée sous le nom de cinémathèque antenne relevait d’un service de production audiovisuelle qui pouvait venir y puiser extraits et séquences d’images animées pour de nouvelles réalisations. Pendant longtemps, on s’est peu embarrassé de problématiques juridiques relatives aux droits de propriété intellectuelle dont auteurs et ayant droits bénéficiaient.

Cette production de télévision scolaire dite d’antenne remonte à l’époque du monopole d’Etat. Le Ministère de l’Education nationale, à travers des institutions telles que l’Institut Pédagogique nationale, l’Office Français des Techniques Modernes d’Education, le Centre National de Documentation Pédagogique. Mais pour commencer cette présentation et l’inscrire dans une histoire des collections de films pour l’éducation, il est bon de revenir sur la genèse d’une telle ambition d’Etat. On a coutume de considérer que l’Exposition universelle de 1878 dans laquelle nombre de pays mettaient alors à l’honneur les innovations de leurs systèmes éducatifs au coeur de leurs pavillons respectifs influença Jules Ferry dans ses réformes et fut à l’origine de la création de ce musée pédagogique. Notons que c’est à l’occasion de cette exposition universelle qu’Emile Raynaud dévoila son praxinoscope. En tout état de cause, ce musée pédagogique créé par un décret du 19 mai 1879 fait figure d’ancêtre des organismes commanditaires de films pour l’éducation et/ou de producteurs d’émissions de télévision scolaire.

Jules Ferry aurait conçu ce musée comme un service public capable de rendre à l’école primaire les mêmes services que le Conservatoire national des arts et métiers rendait à l’enseignement technique.

Ce Musée pédagogique était destiné à rassembler des pièces qui permettraient d’écrire l’histoire de l’enseignement en France. La création parallèle en 1901 d’un Office d’informations et d’études chargé de collecter des documents destinés à faire connaître l’Instruction publique à l’étranger rendit une réorganisation inévitable. En 1903, les deux institutions fusionnèrent donc sous le nom de « Musée pédagogique, bibliothèque, office et musée et l’Enseignement public » dont la compétence devait désormais s’étendre à tous les degrés de l’enseignement.

Je ne m’attarderais pas sur la belle époque, la grande guerre et l’entre-deux-guerres mais il est intéressant de noter que des travaux de réforme aboutirent en 1932 à la constitution du Centre national de documentation pédagogique sous l’impulsion duquel la recherche pédagogique progressa dans les années qui suivirent la Seconde Guerre mondiale.

La place de la télévision scolaire dans les techniques audiovisuelles

André Bazin voyait dans le cinéma un art impur. C’est sans doute encore plus vrai de la télévision un outil de reproduction des sons et des images, une certaine naïveté entoure cet objet qui convoque des discours revendiquant une exploitation de la télévision vectrice d’un accès direct à la réalité, de preuves par l’image, d’un média sans filtre. C’est donc très naturellement que la mission éducative de la télévision a été envisagée au lendemain de la seconde guerre mondiale.

On le voit : le cinéma se range facilement dans la catégorie des arts pour ne pas dire des beaux arts quand la télévision émergente se voit comme un média d’information et d’éducation. On refait, à nouveau compte, l’opposition entre les cinémas de Georges Méliès et des frères Lumière à la faveur de cette séparation entre deux moyens et finalités d’expression audiovisuelle.

Parmi les innovations du nouveau média, la possibilité du direct renforce cette impression de réalisme de la télévision par rapport au cinéma. Par conséquent, très naturellement, les enjeux de conservation de fonds télévisuels sont plus tardifs. C’est le règne de l’éphémère, du flux, du direct instantané. Sauf à envisager le réemploi cycliques des rushs, chutes des films déjà tournés, les émissions conservées au sein de cette cinémathèque “antenne” des années 50 sont peu prisées et généralement stockées dans de mauvaises conditions pour ne pas dire abandonnées à leur sort. C’est sous la direction d’Henri Dieuzeide, auteur d’un ouvrage sur les Techniques Audiovisuelles dans l’enseignement (1965) aux Presses Universitaires de France, que la Radio-Télévision Scolaire prend son envol.

Souvent assimilées à des cours filmés, ces archives de la télévision scolaire des années 50 résultent de kinescopage et symbolisent bien cette conception d’une télévision machine automatique de la reproduction de la réalité qui ne serait là que pour diffuser un cours à grande échelle.

Depuis l’invention de l’héliographie, ancêtre de la photographie, la pédagogie s’enrichit d’instruments, d’outils, de médias et de technologies susceptibles de bouleverser le rapport des enfants aux savoirs fondamentaux. Dans cette perspective, Henri Dieuzeide cherche à définir l’enseignement dit « audio-visuel ». Il cite la première édition du Vocabulaire de la Psychologie de Piéron en 1951 qui le présente comme un « enseignement donné à l’aide de projections fixes ou mobiles (films) commentées et expliquées par le maître. » Le Grand Larousse encyclopédique de 1960 le définit comme une « méthode d’enseignement fondée sur la sensibilité visuelle et auditive de l’enfant : cet enseignement consiste surtout en images ou en films commentés par le maître aux élèves. ». A partir de ces définitions, il apparaît que ces modalités d’enseignement se résument à des dispositifs de commentaire d’images dont les principes remontent à l’Orbis pictus (1658) de Coménius et qui se voient juste perfectionnés par les pouvoirs de l’électronique.

Mais, face aux cours filmés des années 50 et le contre-exemple de “Télé-cnam”, la télévision scolaire des années 60 veut profiter à plein des avancées des vidéos légères, du nagra, du cinéma vérité, qui offrent des possibilités d’un langage audiovisuel plus créatif, plus ingénieux, plus “fécond”. La télévision se réinvente au fur et à mesure qu’elle se popularise pour ne pas dire qu’elle se démocratise. Des cinéastes sont recrutés. La forme devient léchée. Eric Rohmer, Georges Rouquier, Nestor Almendros, parmi d’autres sont recrutés par le cinéphile Georges Gaudu, alors directeur de l’antenne pour expérimenter de nouvelles techniques d’écriture audiovisuelle.

Jean Fléchet dans “Nous diffuserons…”, 1965
“Jardin Public”, 1964. La légèreté du matériel qui a permis et surtout facilité les tournages en extérieur. Le commentaire en expose les possibilités.

Mais la télévision fait débat. D’ailleurs, comme à chaque fois, l’introduction de technologies dans les écoles a, au cours de son histoire, fait objet d’interrogations et de débats. Ces questions portent sur les pouvoirs de ces technologies et de ces médias considérés autant comme des moyens d’apprentissage et d’information que comme des “concurrences” à l’école. C’est la raison pour laquelle, globalement, l’école a eu une nette tendance à se protéger de l’extérieur et de toute « infiltration » capable d’entamer l’efficacité pédagogique. A l’inverse, un bon usage pédagogique de ces médias s’est développé à partir de modèles de techniques audiovisuelles devenues emblématiques et inspirantes à l’échelle mondiale. Le développement de médias de masse s’est accompagné d’une volonté de s’en servir à des fins d’éducation dans des contextes d’explosion scolaire à partir de la seconde guerre mondiale.

Il en résulte l’essor de ce que Pierre Moeglin appelle les industries éducatives (Que sais-je n°3887) que l’on peut présenter comme un système de production d’outils pédagogiques réalisés industriellement à des fins de démocratisation des savoirs. La seconde édition du Vocabulaire de la Psychologie rend justice à cet élargissement des modalités d’enseignement audiovisuel présenté comme un faisceau de moyens et de procédés d’éducation et d’information fondés sur les découvertes modernes de reproduction des images et des sons. Ces moyens d’enseignement constituent aujourd’hui un patrimoine en cours de numérisation susceptible de raconter une certaine histoire de l’innovation pédagogique et des techniques de diffusion massive en France.

Le fonds de la télévision scolaire

7000 émissions correspondant à environ 7000 copies double bande uniques conservées au siège du réseau Canopé à côté de Poitiers et les négatifs de ces films conservés par le Centre national du Cinéma et de l’Image animée au Fort de Bois d’Arcy.

  • 4000 émissions numérisées
  • Dont 1000 accessibles sur Gallica
  • Numérisation de 140 à 160 émissions par an

La Bibliothèque nationale, temple gardien de « toute la mémoire du monde » selon Alain Resnais, a contribué à conserver les traces numériques de cette histoire de l’audiovisuel éducatif et de ses productions. En tant qu’institution patrimoniale publique ayant cette mission de conservation et de dépôt légal depuis François 1er, la BNF partage avec l’INA et le CNC une mission de collecte, de sauvegarde et de diffusion de collections de ressources relevant de l’enseignement audiovisuel public. C’est à ce titre que, dans le giron de la BNF, les collections de vidéos qui ont été numérisées portent pour une grande part sur des productions dédiées à l’éducation par les arts, les sons et les images. Elles constituent un témoignage des dispositifs de cette ouverture au monde et de cette recherche d’un accès à des objets d’enseignement dont les élèves resteraient éloignés et étrangers sans ces médias et ces médiations. Cette ingéniosité à concevoir des nouveaux moyens d’apprendre et de savoir s’avère riche d’enseignements sur les enjeux d’épistémologie pédagogique et d’éducation aux images non pas comme preuve mais comme capacité à avoir un point de vue sur le monde. Téléspectateurs, auditeurs ou spectateurs de ces écritures audiovisuelles, les élèves avaient alors à leur disposition un moyen d’élargir l’horizon au-delà des murs de l’école et de la salle de classe.

La présentation d’une photographie ou d’un film, d’une émission de radio ou de télévision éducative, d’une production radiovision, etc. devant une classe pouvait devenir le seul moyen d’accès à des « objets » inconnus ou étrangers. L’impact des moyens électroniques nouveaux et innovants sur le déroulement d’une journée d’élèves avait le mérite de créer une espèce de saisissement et de capacité à capter l’attention, de développement de la concentration et de ralentissement du flux incontrôlé et aléatoire. Depuis les premiers pas de la photographie et les rudiments d’une écriture visuelle qui continue à devoir être enseignée, l’importance accordée au temps dans la fabrication d’images et de sons, la diffusion audiovisuelle et la capacité d’attention des élèves sont au fondement de ces usages alternatifs des médias par ailleurs connus pour leur pouvoir de distraction et de récréation.

2. Circulation

Modalités de circulation entendues comme des moyens de médiation vers des publics d’éducation artistique et culturelle

  • Vers une éducation artistique : https://archivesaudiovisuelles.reseau-Lien vers les articles dont nous avons parlé : canope.fr/app/photopro.sk/canope/detail?docid=72065

La création de l’Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle (Inseac) au sein du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) répond à la volonté conjointe des ministères de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, de la Culture et de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, du Conseil Régional de Bretagne, du Département des Côtes-d’Armor, de Guingamp- Paimpol Agglomération, de la Ville de Guingamp et du Conservatoire national des arts et métiers de déployer le premier lieu dédié à la formation, à la recherche, à l’animation des réseaux et la production de ressources en éducation artistique et culturelle (EAC).

Cette triple mission est une traduction directe des articles 9 et 10 de la charte pour l’EAC : https://www.education.gouv.fr/l-education-artistique-et-culturelle-7496

Concernant la mission de production de ressources en EAC, un “établi de l’EAC” a été créé : https://etabli-eac.cnam-inseac.fr

Dans le cadre de cette production, l’éducation à l’image et l’éducation au patrimoine font déjà l’objet de plusieurs réalisations. Parmi celles-ci, une série dédiée aux médias de l’EAC est en cours de conception. Le premier opus porte justement sur les fonds de Réseau Canopé et de la Cinémathèque de Bretagne : https://etabli-eac.cnam-inseac.fr/les-medias-de-leac-le-cas-de-la-radiovision/

Source, références et bibliographie utile:

Anne Piponnier, « L’observatoire dans l’enquête », Sciences de la société [En ligne], 92 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 31 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sds/946 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sds.946

Le Marec Joëlle, Belaën Florence, « La création d’un observatoire : que s’agit-il de représenter ? », Communication & langages, 2012/1 (N° 171), p. 29-45. DOI : 10.4074/S0336150012011039. URL : https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2012-1-page-29.htm

Journée d’étude : Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir

15 avril 2022 – INSPE de Paris, site de Molitor – 10h-17h

En parallèle de l’industrie de divertissement qui s’est rapidement développée aux débuts du cinéma, une conception du film comme outil éducatif s’est rapidement imposée au début du XXe siècle.

Différents organismes se développent dans le sillage des initiatives conduites par la Ligue de l’Enseignement, qui défend la projection de film comme mission sociale, d’apprentissage et d’enseignement. Le ministère de l’éducation se dote rapidement d’un fonds de films qui dès la fin des années 1920 circule abondamment dans les établissements éducatifs par le biais de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Parallèlement se développe un large réseau de ciné-clubs, géré par la Ligue de l’Enseignement, qui participe d’une autre façon à la formation des citoyens. Les films circulent principalement en bobines 16 et 35 mm jusqu’aux années 1980.

Dans le domaine de l’enseignement scolaire, la télévision s’impose peu à peu dans les classes pour diffuser les programmes dits de la télévision scolaire. La cinémathèque centrale de l’enseignement public, organe principal de diffusion des films dans les établissements, stoppe la mise en circulation de ses copies films à partir de 1996. Du côté de la Ligue de l’Enseignement, la généralisation du dispositif d’aides aux salles d’exploitation labellisées « Arts et Essais » freine aussi drastiquement le mouvement des cinés-clubs dès les années 1980, et le cinéma de patrimoine quitte peu à peu les salles de cinéma.

Les pratiques d’éducation à l’image se sont transformées et se sont adaptées aux publics et aux enjeux techniques et technologiques contemporains.

Cette journée d’étude propose de revenir sur l’histoire de l’éducation à et par l’image et des organismes et institutions qui ont accompagné ces pratiques, pour mieux faire le point et questionner l’évolution des techniques et des dispositifs mis en place aujourd’hui.

Programme de la journée d’étude :

10h : Introduction
Bibliothèque Sorbonne Nouvelle (BSN) – Vincent De Lavenne
Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (CCEP) – Mathilde Rouxel

10h30 : Séance 1 : des fonds spécifiques à défendre

Emmanuelle Devos : « Des principes d’une cinémathèque dédiée aux ‘jeunes publics’ : La Cinémathèque Robert-Lynen »
Frédéric Rolland : « Histoire de la cinémathèque centrale de l’enseignement public »
Laurent Garreau : « Retour sur l’histoire de la télévision scolaire »

12h-13h

DÉJEUNER

13h : Séance 2 : Problématiser des collections

Pascal Laborderie : « Histoire des fonds filmiques de la Ligue de l’enseignement : de la survivance du muet à la disparition des ciné-clubs »
Nadège Mariotti : « La Cinémathèque centrale de l’enseignement public : le film scolaire et le numérique au service du chercheur »
Nicolas Palluau : « La représentation de l’éducateur postscolaire dans le cinéma de l’entre-deux guerres »

14h30 : Table-ronde plateforme : Enjeux numériques de l’accessibilité des films

Pascal Laborderie (e-dem-film) / Stéphanie Ange (DIAZ) / Vincent de Lavenne (Bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle)

15h30 : Table-ronde: Comment valoriser les fonds de cinéma éducateur aujourd’hui ?

Antoine Ravat (Cinémathèque de Saint-Étienne) / Frédéric Rolland (CCEP – Atelier du 7e art) / Emmanuelle Devos (Cinémathèque Robert-Lynen) / Julie Cazenave (DodesKaden)

Modération de l’ensemble des discussions : Mathilde Rouxel

Infos pratiques :

Vendredi 15 avril, INSPE de Paris, site de Molitor,

10 rue Molitor,

75016 Paris

Journée d’étude organisée par la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public,

Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle

En partenariat avec l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search