Projection-discussion. Visions d’Afrique : l’époque coloniale dans les films de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public – mardi 27 septembre 2022, Bibliothèque de la Sorbonne Nouvelle, 18h-20h

Programme de 3 films pédagogiques tournés durant l’époque coloniale.

Projection numérique de :

– Images d’Afrique (1931, 19 minutes, de Jean Valée pour la Compagnie Universelle Cinématographique)

– Touareg (1948, 19 minutes, de Albert Mahuzier pour Les Actualités Françaises)

– Le Sang d’Alger (1950, 15 minutes de Pierre Biro pour Les films du Compas)

18h00 – 20h00

En 1920, et jusqu’au début des années 1960, la géographie de la France comptait ses colonies. Le territoire était pour les élèves des classes un territoire aux frontières multiples, aux ressources riches et parfois exotiques, permises par des climats dont ils ne pouvaient pas faire l’expérience ni comprendre des répercussions. Les traditions, au Maghreb, en Afrique Occidentale Française ou en Afrique Équatoriale française, n’avaient rien à voir avec les traditions répandues en métropole, et les voyages, à cette époque, étaient rares, voire impossibles pour la plupart des français.

La Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public a acquis et fait circuler de nombreux films concernant la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, l’Afrique occidentale ou équatoriale française, notamment. Reflets d’une époque, ces films sont témoins à la fois de l’évolution de la pédagogie et des regards sur l’empire colonial.

Trois films issus de la collection de la CCEP, projetés en 16 mm seront l’occasion d’une discussion autour de ces réalités coloniales et leur représentation dans le cadre scolaire. Cet événement marque la sortie de résidence CollEx-Persée de Mathilde Rouxel, accueillie par la DBU de la Sorbonne Nouvelle depuis septembre 2021.

Sommaire

Actes de la journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Compte-rendu de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” – Mathilde Rouxel

Introduction à la journée d’étude “Collection de films pour l’éducation : histoire, circulation, avenir” – Mathilde Rouxel, Vincent de Lavenne

Des fonds spécifiques à défendre

Des principes d’une cinémathèque dédiée aux “jeunes publics” : la Cinémathèque Robert-Lynen – Emmauelle Devos (lire le compte-rendu)

Histoire de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public – Frédéric Rolland

Retour sur l’histoire de la télévision scolaire – Laurent Garreau

Problématiser des collections

Histoire des fonds filmiques de la Ligue de l’Enseignement : de la survivance du muet à la disparition des ciné-clubs – Pascal Laborderie (lire le compte-rendu)

La Cinémathèque Centrale de l’Enseignement public : le film scolaire et le numérique au service du chercheur – Nadège Mariotti

La représentation de l’éducateur·trice postscolaire dans le cinéma de fiction de l’entre-deux-guerres” – Nicolas Palluau

Table-ronde : Enjeux numériques de l’accessibilité des films

Pascal Laborderie (e-dem-film) / Stéphanie Ange (DIAZ) / Vincent de Lavenne (Bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle) (lire le compte-rendu)

Table-ronde: Comment valoriser les fonds de cinéma éducateur aujourd’hui ?

Antoine Ravat (Cinémathèque de Saint-Étienne) / Frédéric Rolland (CCEP – Atelier du 7e art) / Emmanuelle Devos (Cinémathèque Robert-Lynen) / Julie Cazenave (DodesKaden) (lire le compte-rendu)

Compte-rendu de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir”

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Vincent de Lavenne et Mathilde Rouxel. Introduction à la journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

En parallèle de l’industrie de divertissement qui s’est rapidement développée aux débuts du cinéma, une conception du film comme outil éducatif s’est rapidement imposée au début du XXe siècle.

Différents organismes se développent dans le sillage des initiatives conduites par la Ligue de l’Enseignement, qui défend la projection de film comme mission sociale, d’apprentissage et d’enseignement. Le ministère de l’éducation se dote rapidement d’un fonds de films qui dès la fin des années 1920 circule abondamment dans les établissements éducatifs par le biais de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Parallèlement se développe un large réseau de ciné-clubs, géré par la Ligue de l’Enseignement, qui participe d’une autre façon à la formation des citoyens. Les films circulent principalement en bobines 16 et 35 mm jusqu’aux années 1980.

Dans le domaine de l’enseignement scolaire, la télévision s’impose peu à peu dans les classes pour diffuser les programmes dits de la télévision scolaire. La cinémathèque centrale de l’enseignement public, organe principal de diffusion des films dans les établissements, stoppe la mise en circulation de ses copies films à partir de 1996. Du côté de la Ligue de l’Enseignement, la généralisation du dispositif d’aides aux salles d’exploitation labellisées « Arts et Essais » freine aussi drastiquement le mouvement des cinés-clubs dès les années 1980, et le cinéma de patrimoine quitte peu à peu les salles de cinéma.

Les pratiques d’éducation à l’image se sont transformées et se sont adaptées aux publics et aux enjeux techniques et technologiques contemporains.

Cette journée d’étude proposait de revenir sur l’histoire de l’éducation à et par l’image et des organismes et institutions qui ont accompagné ces pratiques, pour mieux faire le point et questionner l’évolution des techniques et des dispositifs mis en place aujourd’hui.

En introduction, j’ai présenté aux côté de Vincent de Lavenne, responsable du service Appui Documentaire à la Recherche et adjoint à la cheffe du Département pour la Recherche et l’Enseignement à la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle les objectifs du projet Kinopédia développé au sein de la résidence CollEx-Persée mise en place à partir des fonds de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (lire leur communication). Vincent de Lavenne a exposé l’importance du développement d’un accès numérique aux collections films conservées à la Sorbonne Nouvelle, et a ainsi posé les bases du travail en cours sur la Bibliothèque Numérique de la Sorbonne Nouvelle, qui mettra en open access tous les films en pleine et entière propriété de l’État détenus dans le fonds. J’ai ensuite présenté le projet Kinopédia lui-même, qui s’intéresse à un corpus de films plus spécifiques s’intéressant à différentes disciplines scolaires tournés entre 1930 et 1960 dans l’ancien espace colonial français, particulièrement en Afrique du Nord et subsaharien. Ce corpus d’une centaine de films, travaillé conjointement avec Frédéric Rolland, responsable de la CCEP, et Vincent de Lavenne et son équipe, permettait aux bibliothécaires d’adapter leur travail aux besoins des chercheurs que je représentais, pour améliorer la qualité des services à venir de la bibliothèque numérique.

Suite à cette introduction, une première séance intitulée « Des fonds spécifiques à défendre » avait pour objectif de présenter différents fonds travaillant, jusqu’à aujourd’hui, avec des collections de films pédagogiques. Ainsi, Emmanuelle Devos a-t-elle présenté la Cinémathèque Robert-Lynen, ouverte en 1925 et souvent présentée, à tort, comme la première cinémathèque créée en France sous cette appellation. Devos justifie cette méprise par le manque d’intérêt des historiens et des chercheurs pour le cinéma éducatif. A cette époque là, de nombreuses cinémathèques ont vu le jour : la cinémathèque Robert-Lynen, dite aussi cinémathèque de Paris, a toujours été attachée à des missions de service public, qu’elle poursuit jusqu’à aujourd’hui. Un historique des missions de l’établissement a permis a Devos d’expliquer une première évolution de celles-ci d’un espace de projection des films de l’éducation nationale avant les années 1950 à une ouverture vers le cinéma d’auteur à partir de l’implantation des cinés-clubs et d’une politique d’éducation par le cinéma. À partir des années 1970, la cinémathèque s’oriente sur les plus jeunes publics, puis choisit dans les années 1990 de développer principalement l’activité pédagogique. Après 25 ans de fermeture de la salle de cinéma, celle-ci a été inaugurée rénovée en mars 2020 et la cinémathèque Robert-Lynen accueille à nouveaux du jeune public dans ses locaux.

Frédéric Rolland (lire sa communication) a présenté de son côté l’histoire du fonds de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, cinémathèque de circulation envoyant, au pic de son histoire, 5000 copies par semaines dans différents établissements scolaires, hospitaliers ou dans les Offices régionales diffusant des films dans un cadre para-scolaire. L’histoire complexe de cette cinémathèque, qui fut souvent confondue avec la cinémathèque de Paris Robert-Lynen ou avec Canopé, ex-CNDP, qui poursuivit les missions de la cinémathèque dans les écoles avec les outils de la télévision scolaire, parallèlement à la circulation des films de la CCEP jusqu’à ce que cette dernière arrête son activité en 1996 avec l’évolution technologique des moyens de diffusion des films. Aujourd’hui, les fonds de la CCEP sont conservés par la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle après un don en 2010 de Canopé d’une collection de 2500 titres.

Laurent Garreau (lire sa communicaion) est ensuite intervenu, sur la recommandation de la nouvelle chargée d’archive au pôle audiovisuel de Canopé, Manuela Guillemard, en tant qu’ancien responsable des fonds filmiques de Canopé pour proposer un historique de la télévision scolaire. Il a ainsi exposé la différence dans les modalités de production de la télévision scolaire par rapport au cinéma éducateur : la production des films se faisait en interne, relevant d’un service de production audiovisuelle, et les titres étaient ensuite conservés au sein de la cinémathèque antenne, futur CNDP. Aujourd’hui, 4000 émissions ont été numérisées avec l’aide de la BnF.

Une deuxième séance de présentations de communications, intitulée « Problématiser des collections », a permis de traverser quelques corpus de films destinés à l’éducation. Pascal Laborderie, en introduction d’une histoire des fonds filmiques de la Ligue de l’Enseignement de la survivance du muet à la disparition des ciné-clubs, a ouvert la discussion en félicitant l’intérêt grandissant des chercheurs pour le cinéma éducateur, longtemps à la marge des intérêts de recherche. Selon lui, l’effondrement de l’UFOLEIS dans les années 1990, à un moment où le patrimoine cinématographique valorisé était considéré dans une logique auteuriste, a achevé d’enterrer l’intérêt porté au cinéma documentaire à visée pédagogique. Son histoire, pourtant, est riche : elle commence dans l’espace scolaire, postscolaire et populaire et se structure pour des raisons politique sur un modèle franco-français sur des bases municipales (comme à Strasbourg ou Nancy qui vivent sans subventions ministérielles avec l’argent des séances). La Ligue de l’enseignement, créée en 1866 par Jean Macé sur un modèle de laïcité militante, rassemble durant l’entre-deux guerres les Offices régionales sous forme de Fédération et diffuse des films venant de différents ministères, produits sous l’impulsion du ministère, ou acheté à de grandes boîtes de production comme Pathé et Gaumont. Les rapports ministériels rapportent au moins 9000 correspondants (des écoles, ds hôpitaux, etc.) accueillants en leur sein des projections de ces films. Pour conclure sa communication, Laborderie insiste spécifiquement sur le cas de Jean-Benoît Lévy, cinéaste important du cinéma français, réalisateur de documentaire et de fiction célèbre jusqu’à l’avènement des ciné-clubs après la Seconde Guerre mondiale : la logique auteuriste a, selon le chercheur, eu raison de ce cinéaste honni des grandes revues de cinéma comme les Cahiers du Cinéma, en raison de son classement dans la catégorie du cinéma éducateur, dénigré depuis lors.

Nadège Mariotti (lire sa communication) a ensuite discuté l’intérêt de la numérisation des collections de la CCEP pour les chercheurs, à partir d’un corpus spécifique consacré aux films présentant notamment les gestes de l’industrie sidérurgique. Selon elle, la numérisation et la mise en ligne du patrimoine filmique permet au chercheur des comparaisons de films plus aisées et favorise ainsi la sauvegarde et la valorisation de fonds parfois trop mal connus et mal considérés. Une collection comme celle de la CCEP permet de mettre en lumière les liens qui unissaient les industries et les établissements pédagogiques, qui par la diffusion de ces films, toutefois mis au service de l’enseignement, promouvait les secteurs de l’industrie.

Le dernier intervenant, Nicolas Palluau (lire sa communication) a posé la question de la formation des animateurs de colonies de vacances, notamment la place de l’éducateur dans les productions de fiction, dans le champ de l’éducation populaire, des camps de scouts. À partir de plusieurs exemples de films, il pose l’hypothèse d’un renversement éducatif, le maître apprenant de l’élève, dans la lignée de l’idéologie de l’éducation nouvelle du scoutisme de Baden-Powell. Ce corpus de cinéma scout propose des films qui s’attachent à donner l’impression d’une auto-organisation des jeunes, en ne montrant pas les adultes encadrant les camps, dans une mise en scène idéale du plein-air éducatif dont Palluau souligne la dimension de propagande.

L’après-midi s’est prolongée avec la tenue de deux tables-rondes. La première, consacrée aux « Enjeux numériques de l’accessibilité des films », rassemblait Pascal Laborderie, qui présentait les enjeux de son projet « e-dem-film » qui souhaite mutualiser différentes institutions pour donner accès au cinéma éducateur et faciliter leur circulation en créant une plateforme à dimension européenne, Stéphanie Ange, venue présenter la plateforme DIAZ de l’association Diazinterregio qui offre une base de donnée commune à la Cinémathèque de Bretagne, Normandie Images, Ciclic et plusieurs autres structures dédiée au cinéma amateur sur le territoire national français, et Vincent de Lavenne, qui a présenté l’interface en développement de la Bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle (BSNum), qui offrira un accès aux différentes collections numérisées de la DBU, dont fait partie la collection films de la CCEP. La plateforme e-dem-film est d’abord un projet de recherche, développé au sein de l’université de Reims Champagne-Ardenne avec la collaboration d’autres archives européennes, et a pour vocation de mettre en avant ce patrimoine pédagogique oublié. L’objectif de la plateforme DIAZ est de proposer un travail d’archivage collaboratif et coopératif entre les différentes structures associées, pour que l’interface évolue en fonction des besoins des différentes archives et au contact de leurs utilisateurs. La BSNum, quant à elle, est née de la volonté de mettre à disposition des usagers des documents rares et précieux conservés à par la Direction des Bibliothèques Universitaires (DBU),tel que des incunables issus du fonds Orient-Monde Arabe ou les titres non-encore numérisés par d’autres institutions conservés dans le fonds film de la CCEP, répodant ainsi aux besoins de développement du domaine des humanités numériques parmi les missions de service public de la bibliothèque. Après avoir présenté les trois projets, le débat s’est centré sur la possibilité de développer des vocabulaires et des méthodologies communes aux bibliothèques et aux cinémathèques pour la mise en valeur des patrimoines numérisés, puisqu’effectivement, les notices de bibliothèques ne permettent pas toujours de partager l’ensemble des métadonnées accompagnant un film. La question posée a aussi été celle du droit d’accès : alors que la plateforme Diaz, en raison de son objet (le cinéma amateur) est en mesure de mettre en ligne les films en accès libre et ouvert, la BSNum ainsi que la plateforme e-dem-film se confrontent naturellement à un problème de droits d’auteurs et de productions qui limitent l’accès aux films.

Une seconde table-ronde intitulée « Comment valoriser les fonds de cinéma éducateur aujourd’hui ? » mettait en dialogue Antoine Ravat, programmateur à la Cinémathèque de Saint-Etienne, Frédéric Rolland, responsable de la CCEP mais aussi collectionneur privé détenteur de près de 7000 titres gérés par l’association l’Atelier du 7e art qu’il dirige, Emmanuelle Devos, directrice de la Cinémathèque Robert-Lynen, et Julie Cazenave de l’association marseillaise DodesKaden, responsable d’un fonds de plus de 6000 titres hérités de différents fonds de cinés-clubs de la Ligue de l’Enseignement. La cinémathèque de Saint-Etienne a été créée en 1922 sur une collection d’images pédagogiques. Le fonds s’est ensuite enrichi notamment par la collecte de cinéma amateur de la région de Saint-Etienne. Des projections sont organisées de façon régulière au sein de l’établissement, qui accueille aussi différents publics dans le cadre d’atelier de sensibilisation au patrimoine et aux images. La Cinémathèque de Paris Robert-Lynen propose, depuis la réouverture de leur salle en 2020, de nombreuses projections scolaires et des visites pédagogiques. La CCEP vient quant à elle de changer à nouveau de locaux, puisqu’elle a déménagé avec la DBU dans les nouveaux locaux de la Sorbonne Nouvelle avenue de Saint-Mandé à Paris, ce qui offre la perspective de programmations plus fréquentes dans la salle de cinéma de l’université, mais qui ne règle pas le problème de la sortie des copies. DodesKaden est une association qui travaille à la diffusion de film et à la mise en place d’ateliers autour des archives de film, à partir d’une collection héritées de différents Offices et légués par la Ligue de l’Enseignement. L’objectif de l’association est aujourd’hui de protéger les copies, conservées à ce jour dans des conditions précaires dans un bâtiment inadapté à Marseille, en ouvrant un lieu permettant la conservation des films et leur diffusion. Le problème rencontré par ces structures, qui travaillent toutes les quatre avec des fonds historiques constitués par une activité de diffusion et de programmation, est principalement celle des conditions de diffusion des films. Le cas des films éducateurs est en effet très complexe dans la mesure où il est parfois à la fois très difficile d’éclaircir la chaîne des droits, mais aussi, comme le répète Frédéric Rolland, parce que la question de l’accessibilité de ces films devrait être facilitée dans la mesure où ces films avaient été acheté par l’État – et qu’ils étaient ensuite distribués dans les écoles, les Offices et les cinémathèques régionales pour être diffusés gratuitement aux élèves.

La journée s’est conclue avec une intervention du public, qui a permis par ailleurs de souligner la difficulté que rencontrent certains cinéastes, amateurs ou non, pour déposer leurs archives dans des institutions dédiées à la préservation du film : les lieux de stockage sont plein et il est difficile aujourd’hui pour les cinémathèques d’accueillir de nouvelles collections.

Mathilde Rouxel, Vincent de Lavenne, Introduction à la journée d’étude “Collection de films pour l’éducation : histoire, circulation, avenir”

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Cette journée d’étude s’inscrit dans un projet développé au sein de la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle, croisant un projet de recherche et un projet en humanité numérique travaillant à l’accessibilité des collections de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, conservées depuis 2010 par la DBU de la Sorbonne Nouvelle. L’occasion du projet de recherche intitulé Kinopédia développé au sein d’une résidence CollEx-Persée a permis d’achever la numérisation de la centaine de films du fonds concernant les zones géographiques de l’ancien espace colonial français, permettant de donnée une vision large des méthodes d’instruction de l’époque, à l’heure où le film pédagogique était considéré comme un outil utile pour défendre les valeurs républicaines et universalistes de la patrie – tout en s’inscrivant dans le contexte idéologique de l’époque. Le projet a donné lieu à une mise en perspective scientifique du corpus ainsi qu’à de nombreuses programmation qui ont permis aux films de rencontrer des publics variés. Sur le plan documentaire, la délimitation de ce corpus restreint a permis de réfléchir, en coordonnant le travail du chercheur et celui du bibliothécaire, au développement d’outils de recherche numérique dédiés pour faciliter l’accès aux films.

Un corpus aux intérêts multiples

En 1920, et jusqu’au début des années 1960, la géographie de la France comptait ses colonies. Le territoire était pour les élèves des classes un territoire aux frontières multiples, aux ressources riches et parfois exotiques, permises par des climats dont ils ne pouvaient pas faire l’expérience ni comprendre des répercussions. Les traditions, au Maghreb, en Afrique Occidentale Française ou en Afrique Équatoriale française, n’avaient rien à voir avec les traditions répandues en métropole, et les voyages, à cette époque, étaient rares, voire impossibles pour la plupart des français.

À partir des années 1930, la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public a acquis et fait circuler de nombreux films concernant la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, l’Afrique occidentale ou équatoriale française, sur Madagascar ou les Antilles. Les films sont de différentes natures et répondent à différentes catégories de disciplines scolaires : des films classés dans « géographie » ou « économie » s’intéresseront davantage au relief et aux ressources naturelles offertes par chacun des territoires, les films classés dans « arts et techniques » témoignent des techniques artisanales traditionnelles des différents pays (la poterie ou les arts du verre par exemple), alors que des films à sujets « ethnographiques » auront pour but de décrire la manière de vivre des peuples autochtones. D’autres films décrivent ces territoires en ce qu’ils ont de français, exposant la démographie, l’architecture urbaine héritée d’Haussmann, le « progrès » des machines automatisées de l’industrie française, les infrastructures mises en place par la colonisation, les modes de vie. D’autres encore, traitant par exemple de sujets médicaux, prennent l’Afrique du Nord ou subsaharienne comme exemple, mais ne discutent pas nécessairement du territoire en tant que tel.

Ces films sont le reflets d’une époque. Ouverture sur le monde pour les enfants auxquels ils étaient destinés, base d’une instruction en matière de sociologie ou de géographie, les films peuvent aujourd’hui être vus comme les témoins d’une époque. Après les décolonisations, dans le courant des années 1950 jusqu’au début des années 1960, les productions de ce type de film de sont faites naturellement beaucoup plus rares et la plupart des films jusqu’alors en circulation sont sortis des catalogues les années suivantes. Certains d’entre eux sont devenus caduques avec le changement de statut des territoires décolonisés ; d’autres ont été remplacés par d’autres films sur d’autres sujets jugés plus importants.

Le fonds actuel de la CCEP comprend des films datant de catalogages de différentes époques, et propose donc de nombreux films diffusés entre les années 1930 et 1960 dans les écoles.

Un fonds accessible pour les chercheurs

L’un des principaux défis pour médiatiser les collections de la CCEP est d’ordre technique : la Direction des Bibliothèques Universitaires ne dispose pas d’une plate-forme qui serve de vitrine à ces collections particulières. La construction d’une bibliothèque numérique était en projet dans l’établissement, mais la résidence CollEx-Persée et l’accueil d’une chercheuse au sein de la bibliothèque ont permis de concevoir cet outil en lien très étroit avec les utilisateurs finaux, c’est-à-dire la communauté des chercheurs. En croisant l’expertise des professionnels de l’information scientifique et technique et les pratiques de recherche, le travail en collaboration avec une chercheuse permettra de valider les orientations et de créer un véritable écrin numérique pour les collections de la CCEP.

L’objectif de ce projet était donc la mise en ligne d’une bibliothèque numérique, outil de diffusion et de valorisation de ce fonds remarquable.

Un livrable reposant sur des standards ouverts et qui s’appuie sur des référentiels transdisciplinaires

Pour réaliser cette bibliothèque numérique, la Direction des Bibliothèques Universitaires s’est tournée vers le logiciel libre Omeka-S, qui bénéficie d’une communauté d’utilisateurs vivante et riche, et qui permet surtout de s’appuyer sur les technologies du web sémantique. Ainsi, tout en donnant une meilleure visibilité au fonds, la présentation via Omeka-S a permis de travailler sur l’indexation de la collection. Le logiciel nous a permis d’appuyer la description des collections sur des référentiels largement partagés (FOAF, Schema), mais aussi sur des référentiels plus précis, puisque les notices de ressources cinématographiques demandent un référencement différents des ressources bibliographiques (concernant notamment les différents métiers listés dans les fiches techniques des films, ou concernant les formats de projection). L’adoption de ces standards du web sémantique permettront également, au moment de la mise en ligne du site de la bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle à la fin de l’année, de donner plus de visibilité à ces collections en les liant à d’autres.

A terme, le projet KINOPEDIA permettra également d’expérimenter l’implémentation du protocole IIIF dans le projet de bibliothèque numérique. En suivant les évolutions de la communauté sur le sujet des ressources audiovisuelles, nous pourrons permettre une facilité d’accès et de réutilisation à ces contenus, qui iraient dans le sens d’une valorisation du fonds dans son ensemble (expositions thématiques numériques, illustrations dans des carnets de recherche en ligne…), par-delà les seuls films du corpus Kinopedia.

Une incitation à des approches plurielles du fonds

Bien plus que de migrer des documents audiovisuels, la conception de cette bibliothèque numérique, telle que nous l’avons envisagée, s’est donné pour but de fournir au chercheur un outil riche. En exploitant la richesse des métadonnées relevant du catalogue, nous permettons aux chercheurs d’exploiter des données géographiques, temporelles ; en liant nos données à des bases extérieures (comme Wikidata), nous pouvons proposer une interrogation croisée, et, au besoin, accompagner l’utilisation par les chercheurs de ces outils. Si cette description riche permet d’illustrer le contenu des films, elle permet également de les analyser sous d’autres points de vue (économie du film, analyse de réseaux…) que leur thématique propre, et ainsi de mettre en valeur l’intérêt multiple d’un fonds comme celui-là, à l’origine conçu à des fins pédagogiques. Le travail sur le corpus Kinopedia issu de la collection a également été l’occasion de travailler sur le déploiement d’identifiants pérennes (de type DOI) pour ces documents, qui permettent de les citer et de les réutiliser plus simplement. Cette résidence CollEx-Persée, qui nous a offert les conditions de possibilité de nous réunir aujourd’hui, nous laisse le temps et l’espace de réfléchir à de nouvelles manières de valoriser une collection de films trop peu consultée tant par les étudiants que les chercheurs.

Une journée d’étude pour croiser des problématiques communes

Le travail engagé depuis le mois de septembre 2022 a permis de soulever un certain nombre de questions ou de problématiques partagées par différents fonds constitués de collections de films pour l’éducation. En effet, comme le montrera plus précisément Frédéric Rolland, la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public souffre d’un manque de visibilité, dû à la fois à son histoire (déménagements successifs qui n’ont pas facilité son identification, naissance de la radio et télévision scolaire dans les années 1950, etc.) et au manque d’intérêt porté par la communauté des chercheurs au cinéma pédagogique – bien que, comme le montrera Pascal Laborderie, cet intérêt semble grandir à nouveau depuis quelques années ; cette journée d’étude pourrait en être un témoin. Cette journée d’étude souhaite donc poser à la fois la question difficile de la conservation de ces collections de films – ces films étant tous des copies, les espaces de stockage étant partout de plus en plus restreints, et les conditions de conservation demeurant coûteuses – et celle de leur possible diffusion : si l’État était acquéreur des films, il n’en était pas producteur et la possibilité de montrer ces films est aujourd’hui conditionnée à une série de problématiques liée à la chaîne des droits à éclaircir avant chaque projection, ce qui ne facilite pas, en dernier lieu, la valorisation de ce patrimoine spécifique. Pour discuter de ce sujet, cette journée d’étude accueille la parole d’Emmanuelle Devos, directrice de la Cinémathèque Robert-Lynen, créée en 1926 sous le nom de Cinémathèque scolaire de Paris, qui reviendra sur les principes fondateurs de cette cinémathèque, particulièrement dans son rapport fondamental aux jeunes publics. Nous écouterons aussi Frédéric Rolland, qui présentera la CCEP, son histoire en tant que cinémathèque de circulation diffusant les films dans les écoles et son développement aujourd’hui comme collection vivante conservée à la DBU de la Sorbonne Nouvelle, puis Laurent Garreau, qui fut longtemps responsable du fonds de la télévision scolaire à Canopé (ex-CNDP), et qui racontera l’origine et les actions de cette institution. Ces acteurs seront mis en dialogue dans la suite de la journée durant une table-ronde questionnant l’avenir de ces collections et leur valorisation, aux côtés d’Antoine Ravat, programmateur à la Cinémathèque de Saint-Étienne, première cinémathèque créée en France en 1922 à partir de fonds pédagogiques, et Julie Cazenave, archiviste de l’association DodesKaden qui a récupéré à Marseille des collections de films issues des fonds des cinés-clubs de la Ligue de l’Enseignement, qui proposait jusqu’aux années 1980 des séances parascolaires d’éducation populaire.

Par-delà la question spécifique des fonds, c’est également l’usage scientifique et l’apport historique des films éducateurs que cette journée d’étude souhaite interroger. Un deuxième temps de communication permettra de découvrir, avec Pascal Laborderie (Université de Reims Champagne-Ardennes), l’histoire des fonds de la Ligue de l’Enseignement et de questionner le manque de considération accordé à certaines filmographies de “faiseurs” de films éducateurs, jamais considérés par la critique cinématographique comme des “auteurs” dignes de ce nom. Nadège Mariotti (Université de Lorraine) évoquera ensuite, à partir d’un corpus de films sur la sidérurgie présent dans le fonds de la CCEP, l’importance de la numérisation des films pour les chercheurs et l’impact que celle-ci a sur le travail de recherche lui-même. Nicolas Palluau (Centre Norbert Elias, Université d’Avignon), enfin, discutera à partir d’un corpus de films de scoutisme la place de l’éducateur par rapport au groupe d’enfants et les enjeux de discours que cette représentation soulève dans les films.

Une seconde table-ronde portera la discussion sur les enjeux contemporains de la numérisation des patrimoines filmiques à des fins de conservation et d’accessibilité des films. Dans ce cadre, Pascal Laborderie présentera le projet “e-dem-films” qu’il souhaite porter avec d’autres partenaires européens pour le développement d’une plateforme offrant un accès élargi et démocratique aux films éducateurs, qui pourront être exploités comme objets historiques ou comme outils pédagogiques. Stéphanie Ange présentera ensuite la plateforme DIAZ de l’association Diazinteregio, base de donnée développée pour la recension du cinéma amateur grâce à la coopération de différentes institutions nationales (Ciclic, Cinémathèque de Bretagne, Normandie images, rejointes par la suite par d’autres initiatives). Cette base de données, qui peut évoluer selon les besoin des archives associées, a pour objectif de donner accès aux films amateurs numérisés par ces différentes institutions. Vincent de Lavenne présentera ensuite les grandes lignes de la Bibliothèque Numérique de la Sorbonne Nouvelle, qui servira de portail aux collections numérisées de la CCEP. Cette rencontre sera l’occasion de confronter des logiques d’accès aux collections numériques et des méthodologies de recensements et de développement des métadonnées.

Nous espérons que cette journée sera l’occasion de faire le point sur quelques questions importantes qui ont surgi durant ces derniers mois de cette résidence CollEx-Persée au sein de la CCEP et que les discussions permettront l’établissement de nouvelles collaborations entre différents établissements ou différentes recherches et initiatives.

Nadège Mariotti, La Cinémathèque Centrale de l’Enseignement public : le film scolaire et le numérique au service du chercheur

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Les images animées constituent aujourd’hui un témoignage précieux dont la nécessaire conservation ne fait plus débat. Le XXIe siècle est celui du numérique. L’enjeu scientifique est de taille. Quels intérêts se cachent derrière cet élan à la numérisation des films ? Comment en effet exploiter ces images désormais versées dans le domaine de l’archive numérique ? Comment ces œuvres fragmentaires participent d’une forme de valorisation singulière et inédite du patrimoine filmique ? En quoi le numérique facilite-t-il le travail du chercheur ?

L’objectif de cette communication est de proposer un exemple réflexif sur l’articulation entre conservation numérique des sources patrimoniales et mise en valeur par le chercheur. La numérisation apparaît de prime abord comme une nécessité salvatrice pour le fonds de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public. Elle permet au chercheur une accessibilité sans commune mesure aux sources, à l’édification d’un corpus comme celui des films miniers et sidérurgiques conservés et parfois numérisés par la Bibliothèque universitaire de Paris 3. Pour finir, la mise en ligne permet une comparaison filmique plus aisée.

La numérisation : une nécessité salvatrice

L’ère du numérique révolutionne les cinémas et les sites de conservation de films. Ces derniers tournés en format numérique obligent les salles de cinéma à s’adapter et à s’équiper. A leur tour les producteurs rééditent leurs œuvres sous forme de DVD.

Les cinémathèques et institutions analogues adoptent, dans leurs missions, la conservation d’archives filmiques. Depuis les années 1990 et surtout 2000, certaines mettent en place des campagnes de numérisation et parfois également de restauration. Les budgets qui y sont consacrés sont colossaux. Quelles que soit la structure, les avantages évoqués sont similaires.

Effectivement, la bobine de film se détériore. Deux types de dégradation existent en fonction de la nature du support utilisé. Le nitrate de cellulose (usité de 1895 à 1953) est inflammable et le triacétate de cellulose (de 1920 à 1980) libère de l’acide acétique (« syndrome du vinaigre »). Certaines couleurs peuvent aussi virer au rouge (CNC-Archives françaises du film, Conservation [en ligne]).

Après réparation, les photogrammes sont transformés en fichiers numériques. A l’issue du travail de restauration, la conservation de l’œuvre filmique peut rester en l’état ou être à nouveau transférée sur pellicule polyester. Dans le premier cas, l’avantage est la multiplication facile du nombre de copies, alors que la durée de vie est limitée à environ vingt ans. Dans le second cas, la pérennité est garantie mais le coût est plus élevé (CNC-Aff, [en ligne]). Ces préoccupations actuelles font toujours débat (Albera et al, 2013).

Dès la création du cinéma, nous l’avons vu avec les communications précédentes, l’école exploite son utilisation pédagogique.

Cependant, avec l’arrivée de nouvelles technologies comme la VHS et la naissance de 113 vidéothèques en France en 1986 (appelées Images à lire), ces supports de visionnement, essentiellement des bobines 16 mm, apparaissent moins pratiques à utiliser et à entretenir. Ces mutations entraînent en 1996 la fermeture du service de location et d’expédition des films1 de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public.

En 2010, suite à la délocalisation du SCEREN-CNDP sur Poitiers, le fonds de la Cinémathèque centrale est cédé à la Direction des bibliothèques universitaires (DBU) de l’Université Sorbonne Nouvelle à Paris 32. L’action majeure conjointe décidée par l’Université et CANOPE3 est la conservation, la restauration4, la numérisation de ce fonds pour le rendre accessible au public. Le sauvetage et la sauvegarde d’un tel fonds restent l’objectif majeur5.

Le passage d’un support argentique à un autre numérique et surtout sa mise en ligne fait souvent débat aujourd’hui. D’aucuns soulignent le manque de contact humain, l’impossibilité de questionner les professionnels de l’archive. D’autres répondent que les contacts par le biais d’échanges de courriel est une façon différente de communiquer. Dans la plupart des cas, elle est largement suffisante. D’autres encore préfèrent observer la bobine d’origine pour y déceler les collures du montage, les réparations témoins des affres du temps et identifier les copies. Certes, le film numérisé ne le permet pas. C’est pourtant le prix à payer pour conserver cette œuvre aussi longtemps que possible6. Parfois la dégradation des films originels 35 mm ou 16 mm est telle que l’interprétation, l’analyse en est altérée, la consultation sur table de visionnement impossible. Un film restauré, numérisé et mis en ligne offre l’avantage indéniable de profiter de l’œuvre, à l’identique de certains sites archéologiques qui sont aujourd’hui reconstitués en images de synthèse afin d’offrir la vision la plus réelle possible de l’objet patrimonial. D’autres avantages sont perceptibles pour le chercheur.

La mise en ligne filmique rend accessible les sources

Le fonds de films de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public est exceptionnel à plus d’un titre. Cela a été dit, il se compose de 2 500 films en formats 16 mm et 35 mm, réalisés entre 1920 et 1989. Ce stock important l’est toutefois moins que celui des années 1980 ; sans doute certaines copies détériorées ont disparu ou sont conservées dans les services départementaux et régionaux du réseau CANOPE. Les conditions d’utilisation et de conservation du fait de la numérisation, étant aujourd’hui différentes, il n’est plus nécessaire de garder autant de copies.

Avant la numérisation, la diffusion des films se fait par le biais de prêts organisés par la Cinémathèque elle-même : 1979 atteint le record de 6 150 abonnés7. Les enseignants, après s’être acquittés des frais d’abonnement, peuvent effectuer une demande de prêt au moins 15 jours à l’avance. Pour faire leurs choix, ils disposent de catalogues, composés d’un index méthodique (une classification par discipline ou figure le niveau scolaire d’utilisation) et d’un index analytique alphabétique comprenant une fiche descriptive sommaire de chaque film. La cinémathèque envoie par la poste et en franchise, les films demandés et les récupère par la même voie après la diffusion. Ce sont les enseignants eux-mêmes et parfois les élèves qui se chargent des projections. Les catalogues offrent enfin des recommandations précises d’entretien, d’utilisation des appareils de projection et des copies8.

Les catalogues d’accompagnement sont éminemment précieux car ils renseignent sur l’existence de fiches critiques ; elles sont composées de quatre parties. La première sert de référencement à la cinémathèque. La deuxième et la troisième, remplies par les enseignants, permettent d’avoir des renseignements quantitatifs sur les établissements emprunteurs, le nombre de projections par film et le nombre d’élèves spectateurs. Enfin, la dernière partie fournit des informations d’ordre qualitatives permettant « d’orienter le programme de production, d’améliorer sans cesse la qualité des films et leur adaptation aux besoins réels des utilisateurs »9. Le succès de cette démarche de prêt provient de la richesse de ce fonds due à la diversité de ses thèmes : langues étrangères, théâtre, littérature, art, éducation, méthodes pédagogiques, films industriels… Il s’agit d’ne véritable encyclopédie filmique ou éclectisme rime avec actualité pédagogique et progrès technique. Il n’en demeure pas moins une machinerie lourde et complexe. La mise en ligne numérique de ces films révolutionne et simplifie leur consultation.

Par le biais de la Bibliothèque universitaire de Paris 3, tout chercheur a la possibilité de visionner l’entièreté de plus de 1100 films numérisés depuis l’ordinateur de la bibliothèque ou le sien. Cette accessibilité annihile les distances et les contraintes horaires.

La mise en ligne facilite la constitution d’un corpus

Pour constituer un corpus de recherche, deux modalités existent. Il est possible d’utiliser et de dépouiller les catalogues qui ont été publiés chaque année par la CCEP et qui sont conservés à la BnF, par exemple, ou encore de dépouiller le catalogue mis en ligne sur le site de la Bibliothèque Sorbonne Nouvelle.

Ainsi, une fois la liste établie, le visionnement peut commencer. Les films non numérisés sont consultables in situ à Paris ou, pour les plus anciens, conservés au Musée de l’Education Nationale à Rouen et visibles au Pôle image de Haute-Normandie. Les films numérisés sont eux consultés en ligne.

Dans cette catégorie, le fonds consacré aux mines (charbon, fer) et à la sidérurgie compte 104 titres10. Il permet d’appréhender l’ensemble de la chaîne opératoire du minerai à l’objet usiné. Contrairement à d’autres fonds, l’industrie minière y est peu traitée. Seuls quelques exemplaires concernent les mines de charbon. La grande majorité de ce thème provient des Charbonnages de France, or dans ce corpus deux films seulement en sont issus. C’est justement l’originalité de ce fonds puisqu’il n’est pas redondant de la production institutionnelle11.

Ces 104 films ont été réalisés par 52 réalisateurs différents12. Certains d’entre eux commencent leur carrière en tournant des films pédagogiques avant de passer au cinéma puis à la télévision en devenant indépendants (Jean Loubignac : comédies populaires), ou plus surprenant vers la bande dessinée (Pierre Buquet dit Pibuc). Alain Lartigue le justifie en disant dans une interview que faire des films pour l’Eduction Nationale n’est pas assez rentable13.

D’autres font déjà preuve d’un talent reconnu mis au service de productions documentaires ou de dessins animés grand public ou institutionnels (Pierre Sainflou, Georges Franju, Jean Image, René Risacher).

Certains réalisateurs sont avant tout des enseignants (André Cantenys) qui croient aux vertus de l’enseignement par le film, à l’éducation à l’image. Ainsi Jean Brérault, instituteur dès 1920 et utilisant le film en classe, devient producteur de films pédagogiques avant de rejoindre la société Pathé en 1935 et de fonder la Fédération nationale du cinéma éducatif en 193714 ou encore Marc Canatgrel, enseignant, entre autres, aux Arts et métiers.

Pour finir, certains réalisateurs sont également producteurs. C’est par exemple le cas d’Albert Guyot qui fonde la maison Films Albert Guyot ou encore la société Son et Lumière créée en 1947 par Pierre Long.

Ce fonds est produit par 46 maisons de production différentes15 : indépendantes (Pathé), appartenant parfois à des réalisateurs ou rattachées à une école supérieure (Cinémathèque des écoles commerciales supérieures, Ecole normale supérieure de Saint-Cloud Centre audiovisuel ), à une institution pédagogique (CNDP, IPN, OFRATEME), aux services de production audiovisuelle d’une grande entreprise (Cinétest, Fonderies de Pont-à-Mousson) comme la Régie Nationale des usines Renault ou le Service de communication des Charbonnages de France, ou provenant des Etats-Unis dans le cadre du plan Marshall (US Office of Education).

La diversité de ces 104 films constitue leur principale richesse. Ils peuvent néanmoins être classés en deux grandes catégories : ceux produits par l’Institution pédagogique (CNDP, IPN, OFRATEME) et ceux produits par d’autres à des fins pédagogiques. Cette distinction serait plus longue à mettre au jour sans ces images archivistiques mises en ligne. Elles permettent au chercheur d’établir dans des conditions optimales, par le biais d’une indexation numérique immédiatement visualisable, l’établissement d’un corpus. Il peut mener à bien un choix justifié par sa démonstration. Cette « consultation à domicile » présente enfin l’avantage de comparer les images entre elles.

Le film numérique un outil facilitateur d’analyse

Lors d’une consultation sur table de visionnement dans une institution archivistique, il n’est possible de voir qu’un film après l’autre. Souvent, par respect pour les droits d’auteur, il est interdit de photographier l’image présentée. Reste alors à décortiquer ce qui est vu en essayant d’être le plus précis possible pour conserver une trace descriptive. Or, lorsque plusieurs images animées sont numérisées et mises en ligne, la comparaison devient plus aisée et peut être renouvelée à l’infini.

Ainsi, dans la recherche que j’ai menée sur l’analyse des gestes techniques, en listant l’évolution des années de production des films traitant des mines (fer, charbon) et de la sidérurgie, trois périodes et caractéristiques majeures de l’utilisation de l’image animée à l’école se sont distinguées.

L’Entre-deux-guerres correspond aux prémices de la diffusion du film d’entreprise à vocation publicitaire dans les écoles. 1945-1959 est la période d’âge d’or du film pédagogique au service de la politique économique française. La fin des Trente Glorieuses voit le retour du film d’entreprise comme médium recruteur pour des métiers automatisés et spécialisés.

Durant la période de l’entre-deux-guerres, le catalogue de la cinémathèque centrale de l’enseignement public ne mentionne que trois films ; ce qui est trop peu pour généraliser une quelconque logique. Cependant, nous pouvons nous intéresser à l’un de ces trois exemples16. Le film À la gloire de l’industrie française : l’automobile de France est un court-métrage (35 mn) qui présente les usines Renault et est réalisé par Jean Loubignac en 1934. Cette période correspond à l’apogée de l’automobile. Renault devient le concurrent redoutable de Citroën en particulier à partir de 1934 lorsque ce dernier lance le « tout acier » pour ses véhicules17.

Le film présente ainsi l’ensemble de la chaîne opératoire de fabrication d’une automobile. L’utilisation de plans larges et de plongées donnent une indication de la taille monumentale des ateliers ; a contrario les gros plans sont usités pour montrer le perfectionnement et le modernisme des machines. Produit par Pathé pour son journal, ce court-métrage est avant tout un reportage dont la vocation première est d’être montrée au grand public dans les salles de cinéma. Les liens qui unissent les sociétés de production cinématographiques et les industriels sont réels et confortent l’idée que la visée est purement publicitaire, destinée à relancer la production en perte de vitesse depuis la crise de 1929. Il s’agit bien d’une publicité pour Renault avec de nombreux modèles de voitures montrés à l’écran mais aussi pour Pathé qui filme à plusieurs reprises sa camionnette Pathé-Journal !

Ce n’est donc pas un film pédagogique, mais il est utilisé au service de l’enseignement. Il est enfin remarquable de signaler que ces images montrent des progrès techniques qui sont dépassés après la Deuxième Guerre mondiale ; c’est pourquoi le film disparaît ensuite des catalogues de la cinémathèque.

Dans ce corpus de 104 films, la période de l’immédiat après-guerre (1945 à 1951) correspond aux années les plus prolixes de production de films traitant des mines et de la sidérurgie18. Ceci est à mettre en parallèle avec la phase de reconstruction et la mise en place du plan Marshall (1948-1951) mais aussi avec le début des Trente Glorieuses (1952-1959), période faste sur le plan économique.

A titre d’exemple, le court-métrage, intitulé Les Laminoirs et les Forges 19 de 11 minutes de 1948 que l’on doit à Jean Tedesco mérite d’être cité. Ce film est le troisième épisode sur six de la série Sécurité dans l’industrie. C’est la première série qu’il réalise sur cette thématique ; trois autres films suivent jusqu’en 1953.

Les objectifs de réalisation sont ici clairement exposés dès le début du film par un panneau d’information : « Attention zones dangereuses, les barres peuvent sauter hors des couloirs ! ». Il s’agit de montrer que la sécurité est une des préoccupations majeures des industriels. C’est un des autres effets du Training Within Industry20, venu des États-Unis, qui ne propose pas uniquement une technique d’apprentissage fondée sur le geste mais qui s’intéresse aussi au domaine de la sécurité. La mécanisation apparait comme une réponse sécuritaire en montrant par exemple des postes de commande éloignés des zones d’activités et des machines qui remplacent certaines opérations manuelles21.

Ce film n’est pas une exception : dans le corpus, dix autres films visent le même objectif tout comme ceux réalisés ailleurs. Pour mieux attirer, séduire et développer la productivité, les images animées produites préviennent des risques en montrant comment respecter la sécurité au travail. D’autres films plus tardifs vont plus loin en démontrant que les efforts d’investissements et de formation à la sécurité ont été réalisés par les industriels et que si les accidents demeurent, selon cette campagne, c’est parce que les ouvriers ne respectent pas les consignes de sécurité. Les enjeux ici sont implicites et montrent les limites du système de production de masse : productivité et sécurité sont-ils réellement compatibles ?

Ce film, Les Laminoirs et les Forges , s’apparente à un film pédagogique puisqu’il s’adresse au secteur technique et relève d’une volonté d’informer et de rassurer le futur ouvrier encore à l’école. Il peut aussi tout à fait être utilisé par la Chambre syndicale de la sidérurgie française pour informer les ouvriers eux-mêmes des risques potentiels encourus dans leur métier.

Durant la fin des Trente Glorieuses (de 1960 à 1973), bien que des signes annonciateurs de ralentissement économique se fassent sentir, la production de films liés au charbon et à l’acier est encore représentative avec quinze courts métrages produits sur treize ans. A partir de 1973, le coût de revient d’exploitation du charbon et du minerai de fer français est dit trop élevé par rapport à la concurrence étrangère : la plupart des gisements commence à fermer. Les deux chocs pétroliers de 1973 et 1979 enterrent définitivement toute velléité de sauvetage de ces deux secteurs d’activité. La sidérurgie suit avec quelques années de décalage.

C’est sans doute pourquoi, les films qui traitent de ce thème, essentiellement tournés vers l’enseignement technique cessent d’être produits22. Les mines font désormais partie de l’histoire. On n’enseigne pas des métiers sans perspective d’embauche. En 1983, seulement trois films sont réalisés et n’abordent que le travail de la fonte. Le service de prêt de la cinémathèque, périclitant suite au développement de l’usage de la vidéo, ne possède pas de films sur cette thématique au-delà de 1983.

En parallèle, un autre phénomène est observable que nous allons comprendre à travers le film Aciers Spéciaux  de Bernard Mercier qui date de 197623.

Ce court métrage illustre le fait que les quelques films produits durant cette période correspondent aux politiques des entreprises qui, pour survivre, jouent la carte de la spécialisation. Ici, les aciers spéciaux entrent dans cette logique économique. Ils sont fabriqués par ajouts de divers composants qui donnent certaines propriétés à l’acier en aciérie électrique à arcs ou à oxygène. Ce film est coproduit d’une part par la Chambre syndicale des producteurs d’aciers fins et spéciaux et OFRATEME (Office français des techniques modernes d’éducation) ; il est représentatif des films qui montrent la coopération entre une Institution pédagogique et une fédération d’entreprises privées. Tous les indices concourent à dire que ce film est pédagogique. Cependant, il semble davantage construit comme un outil promotionnel et publicitaire. L’utilisation d’une musique rapide et rythmée, un montage qui utilise des images aux couleurs vives placées en mosaïque et qui marquent ainsi les années 1970, dont l’objectif est de présenter l’ensemble des activités et des produits d’un groupe industriel, sont les signes récurrents des films d’entreprise24. Ce qui explique sans doute, que bien que dans le catalogue il soit répertorié comme s’adressant à des collégiens, son message est pourtant d’un niveau plus élevé.

Conclusion

L’étude de ce corpus consacré aux mines et à la sidérurgie de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public permet de définir trois périodes représentatives de l’évolution de ses catalogues. Elle met en exergue deux types de films techniques présents dans cette cinémathèque : les films produits pour l’enseignement (45 films) et ceux qui ne le sont pas (59 films). La présence de ces deux types de films au sein de la Cinémathèque et leur utilisation dans l’enseignement n’est pas contradictoire et correspond aux volontés politico-économiques de cette période centrale du XXe siècle qui consistent à faire de l’individu un être socialement intégré.

Cette communication avait pour objectif non seulement de présenter une partie du fonds remarquable d’une cinémathèque spécialisée, mais aussi de proposer une réflexion sur la façon dont peut s’effectuer une recherche scientifique sur nouveaux supports. La mise en évidence d’une telle réflexion sur le sujet n’est possible que par un visionnement précis, répétés des documents. Devant la rareté, la fragilité et la vétusté des supports, de nouveaux outils se révèlent donc indispensables.

Aujourd’hui, les sources archivistiques filmiques sont davantage accessibles. Par exemple, la mise en ligne par la Bibliothèque universitaire du fonds filmique de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public permet au film numérisé de devenir un outil déterminant pour la recherche en histoire du cinéma. Par ce biais, les relations à l’espace et au temps sont modifiées.

Qui ne choisirait pas le confort de pouvoir visualiser en ligne, autant que nécessaire, des sources jusque-là difficiles à consulter dans un espace archivistique soumis à contraintes ? La constitution d’un corpus devient d’autant plus facile, notamment, s’il est conséquent. Il est également possible d’imaginer voire de multiplier à l’infini les comparaisons entre quantités de plans de films. Quelques manipulations des interfaces permettent de surcroît cette vision en mosaïque des images.

Parce que les objets d’étude se transforment, l’environnement de travail au même titre que les pratiques se modifient à travers l’innovation numérique.

Les freins à ce nouvel habitus de recherche, demeurent encore bien réels. Indéniablement, l’ère du numérique révolutionne non seulement les salles de cinémas et les sites de conservation de films, mais aussi la manière de répondre aux questionnements de l’histoire, à une épistémologie de l’image. La sauvegarde de ces archives, à la fois mémoires du cinéma et outils irremplaçables de recherche, est, à mon avis, à ce prix.

Bibliographie :

ALBERA F., LE FORESTIER L., TURQUETY B. (2013), « Archives », in 1895. Revue d’histoire du cinéma, n°69, Paris, AFRHC, p. 96-136.

ARMOGATHE D. (2003), « Pour une didactique de l’archive filmique », in 1895. Revue d’histoire du cinéma, n°41, Paris, AFRHC, p. 145-156.

BESSOU A. (1920), Rapport général sur l’emploi du cinématographe dans les différentes branches de l’enseignement, Paris.

CATALOGUES DE LA CINEMATHEQUE DE L’ENSEIGNEMENT PUBLIC (1954 à 1889), Paris, Imprimerie Nationale.

BRUCY G., LAOT F., LESCURE E. (2009), Mouvement ouvrier et formation. Genèses : de la fin du XIXe siècle à l’après Seconde Guerre mondiale, Paris, L’Harmattan. 

CNC-ARCHIVES FRANÇAISES DU FILM, Conservation [en ligne]. Disponible sur http://www.cnc-aff.fr/internet_cnc/Internet/ARemplir/Conservation.aspx?Menu=MNU_ACRCHIVES_5 [consulté le 12 décembre 2014].

COISSAC G-M. (1925), Histoire du cinématographe : de ses origines à nos jours, Paris, Ed. du Cinéopse, p. XIII. 

FREYSSENET M. (1979), La sidérurgie française. 1945-1979. Histoire d’une faillite. Les solutions qui s’affrontent, Paris, Savelli.

GOOD T., BROPHY J. E. (1995), Educational psychology : a realistic approach, 4e éd., New-York, Longman.

GUILLEMOTEAU R. (1979), Du Musée pédagogique à l’Institut pédagogique national : 1879-1956, Paris, CNDP.

LE ROY E. (2013), Cinémathèques et archives du film, Paris, Armand Colin.

MASSIGNON V. (2002), La recherche d’images. Méthodes, sources et droits, Bruxelles, De Boeck.

MINISTERE DU COMMERCE, DE L’INDUSTRIE, DES POSTES ET DU TELEGRAPHE. (1902-1906), Exposition Universelle Internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international, Imprimerie Nationale, Paris.

MAJAULT J. (1978), Le Musée pédagogique. Origines et fondation : 1872-1879, Paris, CNDP.

MOUSSINAC L. (1925), Naissance du cinéma, Paris, Éd. J. Povolozky.

BECKER N. (2008), Vidéo d’entreprise et communication, Paris, Editions Vuibert.

PACROT M., TOROMANOFF M. (1955), Les applications du TWI dans les Houillères, in Revue de l’industrie minérale, p. 289-310.

DE PASTRE-ROBERT B., DUBOST M., MASSIT-FOLLEA F. (2004), Cinéma pédagogique et scientifique. A la redécouverte des archives, Paris, ENS Éditions.

PORCILE F. (1965), Défense du court métrage français, Paris, éditions du Cerf.

PRECHEUR C. (1959), La lorraine sidérurgique. In: L’information géographique, Paris, SABRI, Volume 24 n°4, p. 181-183.

TESNIERE V. (2001), Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire (1860-1968), Paris, Presses Universitaires de France.

TOURNEMIRE P. (2000), La Ligue de l’Enseignement, Milan, coll. « Les essentiels ».

UEBERSCHLAG J. (2007), Jean Brérault l’instituteur cinéaste (1898-1973), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne.

VERAY L. (2011), Les images d’archives face à l’histoire,Chasseneuil-du-Poitou, Scérén-CNDP.

1 Entretiens avec Bruno Veyret, ibid.

2 http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/bibliotheques/fonds-specialises-cinematheque

3 Le SCEREN-CNDP a changé de nom depuis 2014 et s’appelle désormais CANOPÉ, le réseau de création et d’accompagnement pédagogique.

4 Il s’agit d’un plan de restauration numérique sous fichier HD.

5http://www.univ-paris3.fr/la-dbu-gere-les-fonds-de-la-cinematheque-centrale-de-l-enseignement-public-96327.kjsp?RH=1236682598223

6 Cette même nécessité a sacrifié la visite du site originel des peintures rupestres de Lascaux à des ersatz touristiques et virtuels qui ne font plus débat aujourd’hui.

7 Entretiens avec Bruno Veyret, ibid.

8 Renseignements présentés dans les premières pages des catalogues de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public.

9 Catalogue de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public, Paris : IPN, 1967.

10 Etude quantitative menée à partir du catalogue actuel de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public à Paris 3.

11 Michel Freyssenet, La sidérurgie française. 1945-1979. L’histoire d’une faillite. Les solutions qui s’affrontent, Paris, Savelli, 1979.

12 Etude quantitative menée à partir du catalogue actuel de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public à Paris 3.

13 « A l’époque, de 1959 à 1969, j’étais aux services des films de l’Education Nationale. J’étais réalisateur. Et j’en suis parti en 1969, parce qu’on voyait bien qu’on avait aucun moyen de développement. Après ça, j’ai monté ma propre boite de vidéo ». Alain Lartigue dans Paroles et mots de Chantale Savenier le 10.02.2009 http://www.autourdemoustaki.fr/alainlartigue.html .

14 Josette Ueberschlag, Jean Brérault l’instituteur cinéaste (1898-1973), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2007.

15 Etude quantitative menée à partir du catalogue actuel de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public à Paris 3.

16 Le choix s’est porté sur ce film parce qu’il est emblématique de l’époque et particulièrement de la concurrence que se livrent Renault et Citroën pour survivre à la crise.

17 Carrosserie autoporteuse.

18 34 films en six ans.

19 Le choix de ce film se justifie par le fait qu’il présente un second aspect du TWI : la sécurité pour une meilleure productivité.

20 Alexandre Pacrot et Michel Toromanoff, « Les applications du TWI dans les Houillères », Revue de l’industrie minérale. Vol. 37, 1955, p. 239-310.

21 Ponts-roulants munis de crochets spéciaux , train automatique de la tréfilerie, martelage automatique de grosses pièces à la forge.

22 Neuf films en dix ans.

23 Le film Aciers Spéciaux représente la spécialisation industrielle et l’automatisation aboutissements actuels de l’évolution technique dans ce secteur.

24 Nathanaël Becker, ibid.

Frédéric Rolland, Histoire de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Visionnage d’un film issu de la collection de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public dans les locaux de la DBU de la Sorbonne Nouvelle (crédits : Frédéric Rolland)

La Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public est aujourd’hui un fonds spécialisé de la Direction des Bibliothèques de l’Université Sorbonne Nouvelle.

Cette cinémathèque a été cédée en 2010 par le réseau Canopé (anciennement dénommé CNDP) qui reste un partenaire conventionnel qui, en parallèle, en exploite les films numérisés.

À un premier niveau, les autres partenaires sont le dispositif Medfilm de l’université de Strasbourg (pour les films médicaux) et Gallica (portail de la Bibliothèque Nationale de France) avec un partage de liens vers certains films.

Il s’agit d’une collection de films dits « pédagogiques », c’est-à-dire principalement de documentaires ou de films didactiques sur des thèmes et matières scolaires très divers, de l’Histoire à la médecine en passant par les mathématiques, les sciences physiques et naturelles, les langues, la littérature, les arts (dont le théâtre, le cinéma ou la sculpture), la biologie, la sociologie, etc. mais également des films d’animations ou prophylactiques.

Cette cinémathèque de l’enseignement public compte aussi de nombreux titres liés à l’enseignement technique comme l’électricité, l’agriculture, le bâtiment ou même, par exemple, l’aviation à travers le Brevet d’Initiation Aéronautique.

Le fondssouffre cependant aujourd’hui d’un manque de notoriétéet il est trop souvent confondu avec la Cinémathèque Universitaire (association qui diffuse des films à la Sorbonne-Nouvelle) ou encore avec le réseau Canopé dont il est issu et parfois même, mais c’est plus rare, avec la Cinémathèque Robert Lynen avec qui il a été voisin dans un lointain passé.

Il est plus problématique qu’il soit souvent oublié des historiens alors que cette cinémathèque fut une des plus importante de France par le nombre de copie prêtés ou même les volumes présents dans les magasins de la Cinémathèque Centrale entre 1920 et 1996.

L’étude de la genèse du cinéma éducatif est cependant un objet de recherche connu. La télévision scolaire, dont Canopé garde la mémoire, l’est également par divers travaux et journées d’études. On s’intéresse à l’histoire des ligues de l’enseignement, à la réception des films par les jeunes publics mais bien moins aux réseaux ministériels de diffusion des films par leurs cinémathèques « centrales » sans même parler de l’histoire complexe de la généalogie des dépôts locaux.

L’accompagnement professionnel et scientifique d’une nouvelle vague de création de cinémathèques locales et thématiques se fait, selon moi, en contrepoint de la perte de mémoire sur ce sujet comme d’autres à propos des ciné-clubs, les grandes sociétés éditrices ou productrices (dont celles liées à l’énergie), le marché des films d’édition (c’est à dire pour les particuliers), des collectionneurs de films, etc.

Les établissements cités dans l’annuaire du format réduit1 en sont la parfaite illustration et je ne fais pas allusion aux cinémathèques des ambassades, ni aux grands distributeurs français ou américains mais aux innombrables structures avec des catalogues éducatifs.

Il y a de nombreux paramètres qui expliquent cela dont la donnée fondamentale de la dissipation des témoins, des acteurs de la vie de la distribution des films dans les réseaux non commerciaux ou à l’école.

Sans même parler des réseaux de diffusion itinérants ou des cinémathèques locales, nombre d’écoles commençaient à être équipés de projecteurs dès le milieu des années 1930.

Combien de copies aujourd’hui dans des centres d’archives, petits ou grands, ont-ils les cartons qui se sont succéder de Cinémathèque Centrale du musée pédagogique, Cinémathèque de l’enseignement ou Cinémathèque centrale de l’enseignement public sans que cela interroge y compris sur les usages et la circulation du film argentique en classe même bien après la télévision scolaire.

Appelée par usage, « CCEP », cette cinémathèque plus que centenaire dispose pourtant de ressources parfois uniques qui, passé l’a priori lié à la finalité scolaire ou éducative de ces films « obsolètes » comme supports pédagogiques, doit aujourd’hui retrouver sa place ne serait-ce que d’un point de vue historiographique.

Il s’agit, par ailleurs, aux « marges du cinéma », de la fonction première de ces films d’être des outils éducatifs, de témoignages sur la vie et les mœurs d’autrefois sur des thématiques parfois relativement pointues et donc aujourd’hui précieuses.

La CCEP propose aujourd’hui un catalogue d’environ 2510 titres de films concrètement présents à travers des copies en support 16mm (90%) ou 35mm (10%) et réalisés entre 1920 et 1989.

380 000 euros ont été dépensés par la Sorbonne Nouvelle uniquement en frais de numérisations entre 2012 à 2021 même si nous avons eu 2000 euros de la BNF l’année dernière.

À ce jour, plus de 1018 films sont accessibles via l’interface documentaire de la Direction des bibliothèques de la Sorbonne Nouvelle et suivant diverses modalités via des structures partenaires.

Environ un quart de ces films numérisés sont téléchargeables par tous car considérés en PPE (Pleine Propriété de l’État) ou, dans quelques trop rares cas, en Open acces (dans le domaine public souvent étranger). Pour les autres, ils sont juste considérés en « droits éducatifs » comme à l’époque de leur acquisition publique à des fins éducatives et non commerciales. L’accès à ces films est alors, dans ce cas, réservé à une consultation pour la recherche après une identification réservée aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle, ceux en partenariat ou simplement les utilisateurs qui s’inscrivent à la bibliothèque.

Un contact direct est cependant possible y compris pour les professionnels qui utilisent souvent l’interface d’accès aux archives audiovisuelles de Canopé2 ou les chercheurs des autres universités.

Les films, non numérisés, uniquement en supports argentiques sont eux consultables par tous sur rendez-vous sur des tables de visionnage.

Le personnel directement impliqué est donc de 1,1 ETD mais, outre une résidente pour l’année universitaire 2021-2022, d’autres personnels sont concernés.

Collections de films de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, DBU Sorbonne Nouvelle, 8 avenue de Saint-Mandé, 75012 Paris. (crédits : Frédéric Rolland)

Aux origines du fonds

Fixer des jalons n’est d’ailleurs pas chose simple au sujet, tant on pourrait discuter des détails de la chronologie du cinéma éducateur, dont les premiers acteurs sont assez nombreux.

Selon Georges-Michel Coissac, cité par Christophe Gauthier dans la thèse de Pascal Laborderie3 : la première séance de cinéma d’éducation populaire« aurait eu lieu le 25 mars 1899 à Paris, sur l’initiative de l’œuvre française des conférences populaires ». Pascal Laborderie, précise que « en 1907, le cinématographe fait son entrée dans une école primaire (rue de Vitruve dans le 13ème arrondissement de Paris)4».

Il existait déjà dans les années 1910 des catalogues de films éducatifs en location chez Pathé, Gaumont, Eclair, Eclipse5. Un peu partout dans le monde le cinéma s’installe comme moyen d’éducation légitime donc assez souvent « officiel ».

Entre 1909 et 1929, Gaumont propose la quasi-totalité de sa production documentaire pour les écoles à travers L’encyclopédie Gaumont6. À partir de 1913, tous les grands lycées parisiens sont équipés de projecteurs de films ainsi que de grands établissements de province comme l’École nationale professionnelle de Vierzon7.

Au sortir de la Grande Guerre, il est à souligner un glissement de l’usage des films scientifiques comme, par exemple, ceux de Microcinématographie du Dr Jean Comandon pour Pathé entre 1909 et 1914, vers un usage pédagogique et éducatif en parallèle de ce qui est en train de s’établir comme les codes du film « documentaire » eux même dans la continuité des « vues » des frères Lumière.

En 1915-1916, il est décidé par le ministère de créer une « commission spécialement chargée de rechercher les meilleurs moyens de généraliser l’utilisation du cinématographe dans les différentes branches de l’enseignement » dont le rapporteur est Auguste Bessou8.

Alors que le service cinématographique des armées naissait en 1915, l’ouverture de la cinémathèque du musée pédagogique a finalement lieu en 1920.

La création des cinémathèques éducatives et scolaires s’inscrit dans la continuité des services de prêt du matériel pédagogique du musée pédagogique. En effet, la bibliothèque centrale créée, en mai 1879, par Jules Ferry et Fernand Buisson9 ouvre en 1896, dans le cadre du Musée pédagogique, un service de prêt des vues fixes pour les lanternes de projections.

Créé en 1920 comme un nouveau service au sein du Musée pédagogique cette cinémathèque dite de « circulation » est historiquement l’une des toutes premières de France. Sa raison d’être fut de mettre à disposition, sous la forme de prêts de copies, de films pour les enseignants, de la maternelle à l’université mais également des organismes éducatifs ou de formation dont des écoles normales ou professionnelles.

L’enveloppe de départ pour l’acquisition titres et copies est considérable avec un budget de 250 000 francs10.

À l’ouverture 1100 titres (en 35mm) sont immédiatement disponibles en prêt gratuit.

Bobine de film de la collection de la CCEP. Les films étaient mis à disposition en prêts gratuits. (crédits : Frédéric Rolland)

Celle-ci étant rapidement incapable de répondre à la demande croissante, des stocks régionaux, des « filmothèques », sont créés dont le premier, à Lyon, en 1922.

Cette ressource ne fut donc pas la seule en France et un réseau décentralisé de cinémathèques d’enseignement se développa principalement entre 192511 et les années 1970-1980 où une part des stocks de copies de la Cinémathèque centrale furent ventilées dans les académies au niveau des CRDP (Centre Régionaux de Documentation Pédagogique) en complément de ce qui existait déjà à travers, par exemple, les Offices régionaux du cinéma éducateur.

D’autres établissements ouvrent dans ce contexte comme, en 1921, la cinémathèque de Saint-Étienne, début 1926 celle de la ville de Paris (qui deviendra, après la seconde guerre mondiale, la Cinémathèque Robert Lynen) ici représentées, puis celle du Ministère de l’Hygiène et de l’Assistance et de la Prévoyance sociale, etc.

Le nombre d’établissements scolaires équipés se multiplie puisque qu’on estime qu’il existe de 10 à 12000 projecteurs dans le service public en 192912. Des auteurs se spécialisent alors sur ce marché du film documentaire à « visées scolaires » comme Jean Benoît-Lévy, à travers sa société L’édition française cinématographique.

En 1932, sur la recommandation de la Société Des Nations est créé le CNDP, le Centre National de Documentation pédagogique auprès du Musée pédagogique.

Partout en France, les cinémathèques éducatives initialement créées pour le temps des séances périscolaires et postscolaires, se développement en parallèle ou en support de la création des Offices régionaux du cinéma éducateur qui deviennent, en 1933, l’Union Française du Cinéma Éducateur Laïque (l’UFOCEL).

La mouvance de la Ligue de l’Enseignement compte, en 1939, 2,5 millions d’adhérents qui sont exposés aux idées politiques du Cartel des gauches, puis du Front populaire. Bien que disposant d’un premier catalogue en 192213 de copies en propre, c’est aux cinémathèques publiques que les offices laïques demandent, le plus souvent, leurs films. Les personnels des ministères de l’agriculture, des colonies, de la santé et donc de la Cinémathèque de l’enseignement public qui travaillaient déjà directement avec les écoles publiques sont, eux aussi, des « hussards de la république » et leur idéologie est donc parfaitement compatible avec la ligue de l’enseignement.

Il existe donc un très grand nombre d’organismes publics ou privés, aujourd’hui oubliés (comme la Cinémathèque centrale de l’enseignement catholique), qui louent et parfois vendent des films et l’outil se banalise à partir de 1934 et leur nombre va aller croissant jusqu’aux années 1960-1970 avant des disparations, dès 1982, avec la concurrence de la vidéo comme support.

La télévision scolaire, qui s’est développée dès l’Après-guerre a, de son côté, été l’objet d’études, de publications14 15. Ce fonds d’archives audiovisuelles nommé « Cinémathèque Antenne » est aujourd’hui toujours gérée par le réseau Canopé à Chasseneuil du Poitou. Il s’agit d’une ressource assez connue16 mais il n’y a rien ou presque concernant le fonds de la CCEP.

On pourrait faire le même constat en comparaison des publications plus présentes sur la réception du cinéma dans les ciné-clubs, les ligues de l’enseignement ou de l’école à travers les dispositifs « école et cinéma ». Rares exceptions de la période de l’entre-deux guerres abordée sur des axes transversaux à travers les publications de Valérie Vignaux17 ou Pascal Laborderie.

Les nombreux changements de tutelles ou la multiplicité des cinémathèques éducatives n’aident pas à circonscrire et percevoir la singularité de Cinémathèque centrale de l’enseignement public.

La CCEP a, en effet, successivement dépendu des organismes étatiques chargés d’élaborer et de distribuer des ressources pédagogiques, qui ont plusieurs fois changé de noms mais aussi d’adresses. Tour à tour, le fonds a fait partie : du Musée de pédagogique (qui d’ailleurs existe toujours aujourd’hui à Rouen), du CNDP (le Centre National de Documentation Pédagogique), de l’IPN (l’Institut Pédagogique National) ou encore l’OFRATEME (l‘Office Français des Techniques Modernes d’Éducation). En 2010, le SCEREN CNDP, devenu depuis Réseau Canopé, fait don18 de cette ressource à l’Université Sorbonne Nouvelle et établit une convention de partenariat avec elle.

Il en est de même pour les localisations physiques et les nombreux déménagements.

En 1940, le service est replié sur Azay-le-Rideau19 dans le département de l’Indre-et-Loire avant qu’en 1941 le format 17,5mm est interdit par Vichy et que la cinémathèque retourne à Paris.

En 1956, (alors que c’est peut-être un âge d’or pour le film scolaire en format 16mm), lorsque le CNDP devient l’IPN (l’Institut Pédagogique National), le fonds « la section du prêt » déménage du 29 rue d’Ulm au 4 rue des irlandais (qui est aujourd’hui est La Maison de la recherche de l’université Sorbonne Nouvelle).

Précédemment elle a occupée plusieurs locaux dont au 14 rue de l’Odéon Paris 6ème et au 60 Bd du Lycée à Vanves20.

En 1960, la Cinémathèque de l’enseignement technique21, au 85 rue de Vaugirard, aujourd’hui complètement oubliée, est absorbée par la cinémathèque centrale.

La télévision scolaire prend une place plus importante à partir de 1962 avec la création de la RTS – Radio Télévision Scolaire même si elle existe depuis l’immédiat après-guerre.

En 1967, la Cinémathèque de l’enseignement public déménage à nouveau à Montrouge22.

Un important volume d’activités

Il faut cependant noter que le CCEP va rester le principal organisme de ce type en France dont par le nombre de copies. Les films sont prêtés à d’autres cinémathèques ce qui nourrit également la confusion.

À la fin des années 1970, la cinémathèque centrale atteint son pic de fonctionnement avec environ 5000 copies prêtées par semaine pour la seule cinémathèque « centrale » avant, qu’à partir des années 1980, la concurrence de la vidéo (en particulier comme support de prêt) ne ralentisse ses activités.

En 197723, il y a 6000 usagers abonnés (établissements, organismes divers) pour 2000 titres d’un total de 32000 copies et 220 000 demandes pour la seule distribution centralisée sachant, outre les cinémathèques locales, qu’il existait une cinémathèque interne (« médiathèque ») du nom du responsable Jacques Beaujeanqui valorisait directement des titres.

À cette époque le rythme de travail des personnels était si soutenu que le surnom de la Cinémathèque Centrale de l’enseignement Public était le « Stalag »24. En plus de l’intensité du travail, de la fermeté des chefs d’ateliers, ce surnom venait de l’aspect extérieur des préfabriqués en bois à l’extérieur des bâtiments sur le site de Montrouge exposés à de fortes amplitudes thermiques. De nombreux employés travaillaient pour la cinémathèque centrale puisque, outre les expéditions, le contrôle des copies était long et fastidieux.

Vers 1979-1980, le stock comprend 40 000 copies, 3000 titres de 100 à 200 demandes par jour traités par 28 personnes avant une fonte des effectifs corrélatives à la celle de la demande et la monté en puissance de la vidéo avec, en 1986, la naissance de 113 vidéothèques « image à lire ».

Le nombre de titres semble lui être resté relativement stable depuis les années 1950 avec les nouveautés qui remplacent d‘anciens titres qui étaient désherbés une fois par an. Il y avait parfois jusqu’à 25 ou même 30 copies de certains titres très demandés.

Dans le milieu des années 1990, à l’instar de la Cinémathèque Centrale en 1996, les établissements locaux comme les cinémathèques départementales vont commencer à disparaître ; leurs copies fusionneront souvent avec ceux des ciné-clubs qui ferment à la même époque. Toutes ces copies dites de « circulations » à l’instar des autres établissements comme l’ECPA qui disposait, comme beaucoup de ministères, représentations diplomatiques et autres des stocks de prêt gratuits disparaîtront au tournant du millénaire faute d’emprunteurs. Ils seront parfois remplacés par de nouveaux supports puis finalement de nouvelles interfaces digitales à l’accès parfois restreint ou payant.

En 2010, le SECREN CNDP est délocalisé à Poitiers et est proposé les copies de la Cinémathèque Centrale à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle.

Après quelques difficultés, c’est environ 5300 bobines pour théoriquement 2744 titres qui se retrouvent stockés sous le bâtiment de Tolbiac à Paris 1 – Panthéon-Sorbonne pour le 16mm et à Censier pour le 35mm où se situaient les bureaux (jusqu’à très récemment et le déménagement sur le site de Nation).

Avec un équivalent temps plein de 2 personnels l’effectif est intégrée à la DBU de Paris 3 qui a la charge de ce fonds dont elle devient propriétaire. Un personnel de Canopé, sera d’ailleurs également détaché jusqu’en 2019 à la DBU ce qui nourrira également des confusion symboliques et réelles y compris en interne à Paris 3 et à Canopé.

Un important désherbage a lieu en 2016 pour toutes les copies surnuméraires concomitamment à une nouvelle vague de destructions qui a lieu dans toute la France pour faire de la place.

En mars 2022, la CCEP disposait de 2237 titres en format 16mm, 265 en 35mm et déjà 8 titres plus qu’en numérique soit 2510 films et donc environ 1060 titres numérisés.

Sur les 2810 références actuelles, il manque cependant environ 295 titres mais si l’on comptait tous les films qui sont passé par cette « cinémathèque de circulation » depuis 1920, c’est probablement des milliers de titres qui manque à l’appel du fait du renouvellement constant des catalogues qui sont d’ailleurs introuvables avant 1952 ce qui pose de nombreuses questions.

Sur le plan de son fonctionnement

Depuis, au moins les années 1950, les dépôts départementaux dont les films sont payés par les conseils généraux complètent, les dépôts régionaux qui existent parfois depuis les années 1920 en plus de ceux des Offices Régionaux des œuvres laïques.

La circulation des titres des films pédagogiques en argentique est donc un fait majeur en France pendant 70 ans avec une « audience » très significative même en comparaison de la télévision scolaire puisque des millions d’enfants sont, chaque année, spectateurs de ces séances scolaires.

Plusieurs régimes de prêt (liés aux droits des films) existaient et même de vente puisque le CNDP vendait aussi, dans les années 1970-1980, des copies dont en Format Super 8. On trouve également trace dans le catalogue de quelques titres de fictions de long-métrages pour lesquels, bien avant les dispositifs école-collège au cinéma, l’État avait négocié les droits comme, par exemple, Les Visiteurs du soir, un film de 1942 de Marcel Carné.

L’abonnement annuel à la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement réservé aux établissements publics ou sous contrats est payant et calculé suivant le nombre d’élèves présents dans l’établissement et le prêt du film, le plus souvent est gratuit.

En 1960, le barème d’une cotisation pour une école élémentaire à classe unique est de 20 francs par an (soit 238 euros de 2022) et pour un Lycée de plus de 2000 élèves de 1000 francs (soit 11914 euros de 2022). De nombreuses exceptions et réductions ont existé. L’enseignement technique et supérieur ont souvent été dispensés de cotisations de même que les petites écoles élémentaires qui disposaient d’une cinémathèque départementale. Les copies étaient expédiées en franchise postale.

Une cinémathèque, même de « circulation », est étroitement liée aux questions éditoriales. Elle conserve des contenus pour les programmations d’aujourd’hui mais est également la trace de celles du passé. Pour les cinémathèques scolaires, le choix d’acquérir des films pour les diffuser dans les classes n’est pas anodin et ouvre la porte à de nombreux sujets de recherche.

Le principe de l’enrichissement des titres passait par les commissions pédagogiques du cinéma d’enseignement qui pouvaient produire des films mais aussi acheter des films de court-métrage initialement réalisés à des fins commerciales. À noter que c’est là un des motifs du volume important de la production de courts-métrages en France avec le principe des premières parties cinématographiques dont la production explose avec l’interdiction du double programme en 1940 ou des productions d’autres ministères (agriculture, coopération, etc.) et organismes publics (EDF, Commissariat à l’énergie Atomique, SNCF, etc.). Une circulaire interministérielle du 30 janvier 195225 insiste cependant sur la rationalisation de la production et invite toutes les ressources de l’État à s’associer. Ce ne sera pas le cas.

Au début des années 1960 de 300 à 400 films étaient évalués tous les ans par la commission interministérielle du film pédagogique26. Au milieu des années 1970, l’introduction des titres nouveaux évince les plus anciens au rythme assez soutenu d’environ 60 titres par an, de même que le rythme des nouveaux tirages allait croissant avec la demande avec le tirage d’environ 2200 nouvelles copies par an.

La production interne et surtout les acquisitions du CNDP ou de l’IPN étaient renforcées par la section production du Centre Audiovisuel (le CAV) créé en 1947 au sein de l’École Nationale Supérieur de Saint-Cloud (qui réalisait des séries destinées à l’enseignement supérieur ou effectuait, par exemple, des doublages de films étrangers. Des titres étaient acquis en Grande-Bretagne, aux États-Unis et ailleurs, y compris, en pleine guerre froide dans les pays de l’Est comme la Pologne en particulier pour des films d’animation. À noter, sur certains sujets comme les techniques ou la prophylaxie des « sponsors » comme la Shell, BP (British Petroleum) ou la firme de dentifrice Colgate.

Des « bancs d’essais » scientifiques étant effectués pour le film d’enseignement à Saint-Cloud où l’on cherchait à évaluer l’efficacité des films sur le public scolaire. Le Centre Audiovisuel de Saint-Cloud fut à l’origine de nombreuses innovations pédagogiques à partir des années 1950 en particulier à travers ou grâce aux moyens audiovisuels car les formateurs sont sous influence des « méthodes américaines ».

Il ne faut d’ailleurs pas oublier qu’une partie significative des films de la Cinémathèque Centrale sont des films destinés à l’apprentissage des élèves des écoles normales ou la formation continue des maîtres comme nous avons pu le souligner lors du colloque Histoire de bobines27. Ce type de films pédagogiques sont aujourd’hui très présents, en particulier dans le domaine des mathématiques, du français mais également à travers des ateliers artistiques ou, en particulier, à la formation et à l’usage des marionnettes.

À part Canopé qui a donc gardé sa « cinémathèque antenne » et qui valorise pour sa part plus directement ses contenus via Gallica (portail de la Bibliothèque Nationale de France), le CERIMES (le Centre de ressources et d’information sur les multimédias pour l’enseignement supérieur) (ancien SFRS, le Service du film de recherche scientifique), qui a été absorbé par Canal U en 2014, met en ligne sur cette interface gérée par la FMSH (la Fondation Maison des Sciences de l’Homme) des films dont la nature est proche de ceux de la Cinématique Centrale de l’Enseignement Public avec une dominante plus liée aux « sciences dures ».

Les ressources sont donc plurielles comme les accès et se chevauchent parfois comme actuellement probablement 10 % au moins des films de la cinémathèque antenne et il faut souhaiter une meilleure collaboration entre les institutions publiques ou privées à ce sujet.

Tables de visionnage pour la consultation des films argentiques de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle, 8 avenue de Saint-Mandé, 75012 Paris. (crédits : Frédéric Rolland)

Conclusion

Le dispositif de projection en argentique a concerné une très grande part les élèves des classes d’âge scolarisés pendant environ 80 ans. L’histoire des cinémathèques éducatives reste donc largement à écrire sur de nombreux plans dont, naturellement, la perspective historiographique et la place de ces ressources éducatives. Au premier rang de celles-ci, la CCEP dont le rôle a été oublié.

L’entrée, la sortie ou le maintien de certains titres au catalogue pose de nombreuses questions. L’importance historique de ces films doit être soulignée en lien étroit avec la notion plus moderne de « médiation » tant par le dispositif que le contenu alors que se pose des questions comme la question des droits et leur censure éventuelle pour des motifs divers.

De nouvelles questions, l’interdisciplinarité est ainsi certainement une clef de lecture fonctionnelle nourrissant l’appétence des chercheurs par le biais d’interrogations sur la didactique de chacune des « matières » pour lesquelles ces documents ont été conçus.

Aujourd’hui, le paradigme de la diffusion numérique donne une nouvelle chance d’accéder aux contenus les plus anciens, devenus « archives », cependant il existe de nombreux « a priori » en lien avec leur ancienneté ou parfois leur caractère dit « pédagogique » mais il faut les dépasser et faire preuve de curiosité pour que revive ces images.

1 Dubuisset D. L’annuaire de programmation en format réduit : répertoire de tout les films 16m/m muets et sonores loués, prêtés et vendus, Ed l’association du 16 m/m, 9ème année, Ed 1947 à 1962. [15 années de catalogues]. Disponible en ligne. Consulté le 25 août 2022. URL : https://www.cinematheque.fr/video/461.html

2 Accessible via l’interface à l’URL : https://www.reseau-canope.fr/archives-audiovisuelles.html

3issac G.-M., Histoire du cinématographe, de ses origines jusqu’à nos jours, Paris, Éditions du Cinéopse, 1925, in Gauthier, C. La Passion du cinéma. Cinéphiles, ciné-clubs et salles spécialisées à Paris de 1920 à 1929, AFRHC/EDC, 1999, p. 34, cité par Laborderie P., Le Film-parabole dans les Offices du « cinéma éducateur » en France dans l’entre-deux-guerres : histoire d’un cinéma de propagande et étude d’un genre cinématographique, Thèse de doctorat en Études cinématographiques et audiovisuelles, dir. Michel Marie, juin 2009, Sorbonne Nouvelle – Paris 3, en partenariat avec l’institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel de Paris, p.34. 510p.

4 Laborderie P., Le film-parabole dans les Offices du « cinéma éducateur » en France dans l’entre-deux-guerres, op. cit. p.36.

5 Aubert M., Delavie P., Lemoigne P., Poupard R., « Les collections pédagogiques et scientifiques des premiers temps (1910-1915) », in Cinéma pédagogique. A la redécouverte des archives, textes réunis par de Pastre-Robert, Dubost M., Massit-Folléa, ENS Editions, 2004, p.24.

6 Delmeulle F., Contribution à l’histoire du cinéma documentaire en France : Le cas de l’Encyclopédie Gaumont (1909-1929), Thèse de doctorat, sous la direction de Michel Marie, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3. 1999.

7 Sentilhes A., « L’audiovisuel au service de l’enseignement : projections lumineuses et cinéma scolaire, 1880-1940 », in La Gazette des archives, n°173, « Le cinéma et les archives », 1996, p.173.

8Laborderie P.,«Les Offices du cinéma éducateur et l’émergence du parlant : l’exemple de l’Office de Nancy », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, n°64, 2011, disponible en ligne, consulté le 25 août 2022URL : http://journals.openedition.org/1895/4373

9 Futur prix Nobel de la paix en 1927 qui fut nommé directeur de l’enseignement primaire par Jules Ferry en février 1879.

10Vignaux V., Jean Benoît-Lévy ou le corps comme utopie, une histoire du cinéma éducateur dans l’entre-deux guerres en France, Ed AFRHC, 2007, p.20.

11 Comme, en 1926, la Cinémathèque de la ville de Paris (future Cinémathèque Robert Lynen).

12Sentilhes A., L’audiovisuel au service de l’enseignement, op. cit. p.177

13Laborderie P., «Les Offices du cinéma éducateur et l’émergence du parlant : l’exemple de l’Office de Nancy »,op. cit.

14 Colloque, en partenariat avec l’université Paris Diderot et le SCEREN-CNDP, le 28 novembre 2012, Pour une histoire de la radio-télévision scolaire, accessible, Enregistrement disponible sur Canal U. URL : https://www.canal-u.tv/producteurs/universite_paris_diderot/pour_une_histoire_de_la_radio_television_scolaire

15 Journée d’étude « Images Scolaires, cinéma éducatif, télévision scolaire », 25 avril 2012, IUFM académique de LYON en partenariat avec le Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA) au Centre de Recherche d’Étude et de Documentation sur l’Image en Éducation (CREDIE) de Saint-Étienne.

16 La cinémathèque Antenne compte un grand nombre de titres communs avec CCEP car un titre de film diffusé par la cinémathèque scolaire pouvait être distribué par la CCEP et réciproquement.

17 Vignaux V., Jean-Benoit-Lévy ou le corps comme utopie, op. cit.

18 Il ne s’agit pas d’un dépôt mais d’une cession en propriété matérielle.

19 Média, Informations et ouvertures, le CNDP à votre service un peu d’histoire (suite et fin), septembre 1978, n°3. p.21

20 Cependant, le catalogue 1954 donne l’adresse de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public au 14 rue de l’Odéon, Paris 6ème., des fiches de retour donnent également l’adresse du 60 Bd du Lycée à Vanves.

21 Direction de l’enseignement Technique, Cinémathèque de l’enseignement Technique, 85, rue de Vaugirard Paris 6ème.

Source, Documents pour la classe, moyens audiovisuels, 22 juin 1961.p14.

22 Au 30 rue de la Vanne à Montrouge.

23 Médias, Propos recueillis par Haumont M.L., Informations et ouvertures, le CNDP à votre service un peu d’histoire, Les objectifs de la cinémathèque centrale multiplications et rajeunissement, mars 1978, n°1, p.25

24 Propos de Bruno Veyret recueillis par Laurent Gareau en 2016 (entretien audio).

25 Marie A, Catalogue, des films de la cinémathèque de Centre national de Documentation Pédagogique, 1954, imprimerie national X359154, p.43.

26 Documents audiovisuels pour la classe, Moyens audiovisuels, n°97, 22 juin 1961 via Gallica.bnf.fr / réseau Canopé. P13.

27 Colloque « Histoire de bobines »,L’audiovisuel pédagogique dans la deuxième moitié du XXe siècle : productions et usages, les 20-21 novembre 2018 à l’INSPE, Lille nord de France avec la participation de nombreux partenaires dont la CCEP – DUB de la Sorbonne-Nouvelle.

L’IMAGINAIRE COLONIAL DANS LE CINÉMA ÉDUCATEUR : RESSOURCES, STRATÉGIES ET IMPACTS CONTEMPORAINS. Séminaire de recherche, Librairie l’Harmattan, 4 mai 2022

Séminaire de recherche proposé par Sylvie DALLET :
ÉTHIQUES & MYTHES de la CRÉATION

Mercredi 4 mai à 18 heures (de 18 à 20 heures)

Lieu : Librairie l’Harmattan, 21 bis rue des Écoles , 75005 Paris

Introduction : à l’occasion des la réflexion anniversaire sur l’indépendance algérienne, le séminaire EMC proposé par Sylvie DALLET aborde un pan méconnu de l’histoire coloniale issu de la démarche dite de « cinéma éducateur », une initiative développée en France (métropole et colonies) depuis les années 1920. Les archives de ce cinéma sont nombreuses et nécessite désormais de multiples lectures. Cette séance abordera les dernières recherches portant sur ce cinéma éducateur, qui a irrigué les espaces du Maghreb et de l’Afrique noire.
Avec la participation de Pascal Laborderie (maître de conférences) et Mathilde Rouxel (chercheuse) et Frédéric Rolland (Cinémathèque centrale de l’enseignement public).

Références : Le Livre noir du colonialisme sous la direction de Marc Ferro (article de Sylvie Dallet « Filmer les colonies, filtrer le colonialisme », Fayard, 2002)

Pascal LABORDERIE : « Cinéma éducateur et colonialisme » 

Résumé : Durant l’entre-deux-guerres, en France, l’impérialisme et le colonialisme ont irrigué les films d’enseignement, d’éducation et de propagande du cinéma scolaire et éducateur. Pascal Laborderie questionne la manière dont on peut regarder ces films aujourd’hui. Si dans leur contexte de production et de diffusion, ils apparaissent consensuels, certains historiens les considèrent annonciateurs du Front populaire, tandis que d’autres les jugent pré-vichystes.

CV Succinct : maître de conférences habilité à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication à l’université de Reims Champagne-Ardenne (CEREP). Il a publié récemment Éducation populaire, laïcité et cinéma. Une médiation culturelle en mouvement (L’Harmattan, 2021) et codirigé Images et réceptions croisées être l’Algérie et la France (avec H. EL Bachir, ESBC, 2020, accès : https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/imagescroisees/).

Frédéric ROLLAND : « A la recherche du colonisé dans les films du Service Technique de l’Aviation Civile. »

Résumé : Les films de l’aviation civile constituent une archive technique et pédagogique inédite. Nous pouvons émettre l’hypothèse qu’ils peuvent constituer une approche sociétale de la relation entre les colons et les colonisés.

CV Succinct : Docteur en cinéma, ciné-archiviste, Frédéric Rolland est actuellement responsable de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public de la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle. En parallèle, il développe au travers de l’association L’Atelier du 7ème Art qu’il a fondée dans la Nièvre une approche pédagogique des collections qu’il rassemble.

Mathilde ROUXEL : « Images de l’Afrique coloniale pour les écoles de la République » 


Résumé : L’Afrique a été dans la première moitié du XXe siècle un objet de curiosité pour les documentaristes équipés de caméras et parcourant le monde pour en produire des images pour le public européen. Réalisés à des fins éducatives, les films conservés dans les fonds de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public témoignent d’un rapport curieux à l’autre colonisé, entre observation ethnographique et racisme structurel. Une présentation large du fonds de la CCEP permettra de mettre en lumière l’évolution des représentations et les différents enjeux culturels et pédagogiques en question dans ces collections de films destinés à l’école laïque et républicaine. 
CV succinct : docteure en études cinématographiques et chercheuse en résidence CollEx-Persée à la Cinémathèque centrale de l’enseignement public de la Direction des Bibliothèques universitaires de la Sorbonne nouvelle. Son projet de recherche, intitulé ‘Kinopedia’, s’intéresse aux images réalisées dans l’ancien espace colonial français et sa circulation dans le contexte scolaire. 

Mail d’inscription : sylvie.dallet@uvsq.fr

Journée d’étude : Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir

15 avril 2022 – INSPE de Paris, site de Molitor – 10h-17h

En parallèle de l’industrie de divertissement qui s’est rapidement développée aux débuts du cinéma, une conception du film comme outil éducatif s’est rapidement imposée au début du XXe siècle.

Différents organismes se développent dans le sillage des initiatives conduites par la Ligue de l’Enseignement, qui défend la projection de film comme mission sociale, d’apprentissage et d’enseignement. Le ministère de l’éducation se dote rapidement d’un fonds de films qui dès la fin des années 1920 circule abondamment dans les établissements éducatifs par le biais de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Parallèlement se développe un large réseau de ciné-clubs, géré par la Ligue de l’Enseignement, qui participe d’une autre façon à la formation des citoyens. Les films circulent principalement en bobines 16 et 35 mm jusqu’aux années 1980.

Dans le domaine de l’enseignement scolaire, la télévision s’impose peu à peu dans les classes pour diffuser les programmes dits de la télévision scolaire. La cinémathèque centrale de l’enseignement public, organe principal de diffusion des films dans les établissements, stoppe la mise en circulation de ses copies films à partir de 1996. Du côté de la Ligue de l’Enseignement, la généralisation du dispositif d’aides aux salles d’exploitation labellisées « Arts et Essais » freine aussi drastiquement le mouvement des cinés-clubs dès les années 1980, et le cinéma de patrimoine quitte peu à peu les salles de cinéma.

Les pratiques d’éducation à l’image se sont transformées et se sont adaptées aux publics et aux enjeux techniques et technologiques contemporains.

Cette journée d’étude propose de revenir sur l’histoire de l’éducation à et par l’image et des organismes et institutions qui ont accompagné ces pratiques, pour mieux faire le point et questionner l’évolution des techniques et des dispositifs mis en place aujourd’hui.

Programme de la journée d’étude :

10h : Introduction
Bibliothèque Sorbonne Nouvelle (BSN) – Vincent De Lavenne
Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (CCEP) – Mathilde Rouxel

10h30 : Séance 1 : des fonds spécifiques à défendre

Emmanuelle Devos : « Des principes d’une cinémathèque dédiée aux ‘jeunes publics’ : La Cinémathèque Robert-Lynen »
Frédéric Rolland : « Histoire de la cinémathèque centrale de l’enseignement public »
Laurent Garreau : « Retour sur l’histoire de la télévision scolaire »

12h-13h

DÉJEUNER

13h : Séance 2 : Problématiser des collections

Pascal Laborderie : « Histoire des fonds filmiques de la Ligue de l’enseignement : de la survivance du muet à la disparition des ciné-clubs »
Nadège Mariotti : « La Cinémathèque centrale de l’enseignement public : le film scolaire et le numérique au service du chercheur »
Nicolas Palluau : « La représentation de l’éducateur postscolaire dans le cinéma de l’entre-deux guerres »

14h30 : Table-ronde plateforme : Enjeux numériques de l’accessibilité des films

Pascal Laborderie (e-dem-film) / Stéphanie Ange (DIAZ) / Vincent de Lavenne (Bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle)

15h30 : Table-ronde: Comment valoriser les fonds de cinéma éducateur aujourd’hui ?

Antoine Ravat (Cinémathèque de Saint-Étienne) / Frédéric Rolland (CCEP – Atelier du 7e art) / Emmanuelle Devos (Cinémathèque Robert-Lynen) / Julie Cazenave (DodesKaden)

Modération de l’ensemble des discussions : Mathilde Rouxel

Infos pratiques :

Vendredi 15 avril, INSPE de Paris, site de Molitor,

10 rue Molitor,

75016 Paris

Journée d’étude organisée par la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public,

Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle

En partenariat avec l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Kinopedia, Repenser les images du passé pour une pédagogie du présent. Présentation du projet

Les problématiques s’intéressant à la période coloniale et décoloniale occupent aujourd’hui de plus en plus de place dans les études en sciences humaines et sociales. Le corpus de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, qui traverse près de quatre-vingts ans d’histoire du cinéma pédagogique, offre à ce titre une sélection exceptionnelle de films tournés par des équipes françaises dans l’ancien empire colonial (principalement l’Afrique du Nord et subsaharienne), à partir de 1930. Ces films – près d’une centaine sur l’ensemble du corpus de la CCEP – ont été réalisés dans différentes disciplines (ethnologie, géographie, sociologie, économie, histoire). Ils nous offrent un témoignage essentiel de la transformation des représentations des peuples de ces zones sous domination coloniale qui se manifeste dans l’évolution des principes moteurs de la pédagogie par le film. En travaillant sur ce corpus à partir d’une réflexion contemporaine sur l’histoire des hommes et des régions qu’il raconte, il s’agira de prendre à rebours la fonction première de ces films, afin de déconstruire le discours original qu’ils portent et d’en faire, grâce au travail d’indexation et sur sa mise à disposition numérique par la bibliothèque, le matériau de nouveaux contenus pédagogiques.

Le fonds de la CCEP

La Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (CCEP), créée en 1920, est l’une des toutes premières de France dans un contexte de mutualisation et d’institutionnalisation par l’État des ressources pédagogiques. Les projections des films de ce fonds par les enseignants dans leurs classes ont marqué l’imaginaire de millions d’élèves, tout autant que le dispositif et son cérémonial, à une époque où la place de télévision était moindre.

L’histoire de la CCEP est jalonnée par les multiples transformations structurelles des différents organismes étatiques. En 1960, la Cinémathèque centrale absorbe la Cinémathèque de l’Enseignement Technique et renouvelle son catalogue. En 1996, la CCEP est mise en sommeil. Elle compte des dizaines de milliers de copies en support argentique. À la même époque, petit à petit, ferment également les stocks académiques et départementaux de la Cinémathèque de l’Enseignement Public. En 2010, le fonds de la Cinémathèque Centrale de l’enseignement public est offert à l’Université de Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. En 2012, la Direction des Bibliothèques Universitaires (DBU) commence un chantier de numérisation des films qui se poursuit aujourd’hui et le chiffre des 1000 titres numérisés est atteint en 2020 pour le centenaire de la cinémathèque centrale.

Un fonds accessible pour les chercheurs

L’un des principaux défis pour médiatiser les collections de la CCEP est d’ordre technique : la Direction des Bibliothèques Universitaires ne dispose pas d’une plate-forme qui serve de vitrine à ces collections particulières. La construction d’une bibliothèque numérique est en projet dans l’établissement, et le projet Kinopedia permet de concevoir cet outil en lien très étroit avec les utilisateurs finaux, c’est-à-dire la communauté des chercheurs.

Bien plus que de migrer des documents audiovisuels, la conception de cette bibliothèque numérique, telle que nous l’envisageons, se donne pour but de fournir au chercheur un outil riche. En exploitant la richesse des métadonnées relevant du catalogue, nous permettons aux chercheurs d’exploiter des données géographiques, temporelles ; en liant nos données à des bases extérieures (comme Wikidata), nous pouvons proposer une interrogation croisée, et, au besoin, accompagner l’utilisation par les chercheurs de ces outils. Si cette description riche permet d’illustrer le contenu des films, elle permet également de les analyser sous d’autres points de vue (économie du film, analyse de réseaux…) que leur thématique propre. Le travail sur le fonds est également l’occasion de travailler sur le déploiement d’identifiants pérennes (de type DOI) pour ces documents, qui permettront de les citer et de les réutiliser plus simplement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search