Description du corpus Kinopedia et des ressources disponibles

Cet état des lieux a fait l’objet d’une communication illustrée par de nombreux extraits dans le cadre du séminaire de recherche intitulé “L’IMAGINAIRE COLONIAL DANS LE CINÉMA ÉDUCATEUR : RESSOURCES, STRATÉGIES ET IMPACTS CONTEMPORAINSorganisé le 4 mai 2022 à la Librairie l’Harmattan.

Le projet de recherche Kinopedia s’intéresse aux films tournés dans l’ancien espace colonial, et plus particulièrement en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne, faisant partie de la collection de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (CCEP) conservée à la bibliothèque universitaire de la Sorbonne Nouvelle depuis 2010, suite à un don du Réseau Canopé.

La CCEP était une cinémathèque de circulation. Elle envoyait des films aux établissements scolaires ou aux organismes éducatifs qui en faisaient la demande. Elle renouvelait régulièrement son catalogue, qui proposait chaque année une liste de 2000 titres, faisant entrer de nouvelles productions et sortir des films jugés moins pertinents à des fins pédagogiques en fonction de l’évolution de la société et de l’histoire. La plupart des films du fonds sont des films documentaires ou des films pédagogiques sur support 16 mm, bien que les collections de la CCEP compte également un fonds intéressants de 35 mm et quelques films de fiction.

La CCEP a stoppé la circulation de ses copies en 1996. Les contenus actuels du fonds ne représentent toutefois pas l’état de la collection en 1996 : lorsque Canopé fait don de ces titres à la DBU de la Sorbonne Nouvelle, le fonds rassemblait plusieurs autres titres versés en dépôt par d’autres cinémathèques de circulation actives à une échelle régionale. Ainsi, des titres sortis du catalogue au fil du temps sont-ils malgré tout disponibles dans les collections de la Sorbonne Nouvelle.

Le projet Kinopedia s’inscrit dans la politique de numérisation des films lancé au moment de son accueil à la Sorbonne Nouvelle. Aujourd’hui, près de 1000 titres ont été numérisés. La création du corpus Kinopedia permettra en 2022 la numérisation de la plupart des titres sélectionnés, certains d’entre eux ayant déjà été numérisés et étant déjà disponibles sur Virtuose+. Ceux qui ne sont pas encore numérisés sont toujours visionnables sur table sur rendez-vous dans les locaux de la bibliothèque.

Ce billet a pour objectif de présenter les titres du corpus et d’énumérer les catalogues disponibles dans les locaux de la bibliothèque. Il est particulièrement intéressant de constater, sur l’amplitude du corpus que nous avons défini dans le cadre de Kinopedia, que la comparaison des catalogues disponibles et du fonds de films permet de retrouver quasiment l’intégralité des films mentionnés. Nous indiquons en italique dans les listes suivantes les rares films qui ne sont pas disponibles dans les collections de la CCEP.

Ainsi trouve-t-on dans le catalogue de 1954, parmi les titres qui nous intéressent dans le cadre de cette recherche :

Bouzareah
Continent noir
Côte d’Ivoire
Dakar, escale atlantique
Les doigts de lumière ou Le palmier dattier
El Djezaïr
El Oued
Harmonies tunisiennes
La journée berbère
Ktifa des Hamama
Mouramoure
Regards sur l’Afrique noire
Le sang d’Alger
Touareg
Vie d’un port à Alger

Dans le catalogue de 1961 ces titres :

Algérie-Sahara
Animaux d’Afrique
L’Antilope
Les Antilles françaises
Bouzareah
Continent noir
Dakar, escale atlantique
Le désert
L’eau dans le désert
Ecole des sables
El Djezair
En Erythrée
En Ethiopie
En Libye
Forgerons du désert
Géographie du Maroc
Relief de Madagascar
Histoire d’une banane
Madagascar
Mouramoure
L’habitat en Afrique noire
Hommes des oasis
La journée berbère
Marchés d’Afrique noire
Un village de guinée
Un village de haute volta
Regards sur l’Afrique noire
Harmonies tunisiennes
Ktifa des Hamama
Histoire qui se fait : 1937-57
Histoire qui se fait : 1956
Histoire qui se fait 1957
Histoire qui se fait : 2e trimestre 1958
Histoire qui se fait : 3e trimestre 1958
Histoire qui se fait : 1959
Histoire qui se fait : 1960
Villes mortes d’Algérie
Le sang d’Alger
Dans la forêt africaine

Dans le catalogue de 1967 :

Algérie Sahara
Animaux d’Afrique
Art nègre
Au coeur du Sahara
Dakar, escale de l’Atlantique
Dans la forêt africaine
Démographie algérienne
Le désert
L’eau dans le désert
École des sables
Économie Algérienne
El Djezar, port d’Alger
En Erythrée
En Ethiopie
Enfants arabes
En Libye
Forgerons du désert
Grands animaux d’Afrique
Habitat en Afrique noire
Harmonies tunisiennes
Histoire de la banane
Histoire qui se fait : évolution du monde
Histoire qui se fait : 1937-57
histoire qui se fait : 1956
Histoire qui se fait 1957
Histoire qui se fait : 2e trimestre 1958
Histoire qui se fait : 3e trimestre 1958
Histoire qui se fait : 1959
Histoire qui se fait : 1960 I
Histoire qui se fait : 1960 II
Histoire qui se fait : 1960 III
Hommes des oasis
La journée berbère
Ktifa des Hamama
Madagascar
Marchés d’Afrique noire
Relief de Madagascar
Regards sur l’Afrique noire
Le Rossignol de Kabylie
Le Sang d’Alger
Tassili N’ajjer
Un village de Guinée
Villes mortes d’Algérie
Zaa, le petit chameau blanc

Son supplément de 1968 ajoute :

Ambroise, enfant du Kasai
Visage des Comores

Le supplément de 1970 indique des titres similaires :

Ambroise, enfant du Kasai
Du tam tam au jazz
Histoire de la banane
Maroc, paradis des abeilles
Visage des Comores

En 1981 :

Afrique dominée, Afrique libérée ?
Afrique verte
Art nègre
Au coeur du Sahara
Les bushmens
Du tam tam au jazz
L’eau dans le désert
Forgerons du désert
Les grands animaux d’Afrique
Histoire de la banane
Des hommes et du sable
Une journée dans une réserve africaine
Madagascar, escale de l’aventure
Makondes sculpteurs d’ébènes
Maroc, paradis des abeilles
Milieu équatorial : Gabon1977
Monde de savane
Niama katir
Ouataguna, un village du mali
Sous le signe des cocotiers
Tassili n’ajjer
Touaregs, la cure salée
La vallée du m’zab
Zaa le petit chameau blanc

Le dernier catalogue disponible est daté 1988-1989, et propose sur mon corpus une sélection similaire :

Afrique dominée, Afrique libérée ?
Afrique verte
Art nègre
Au coeur du Sahara
Les bushmen
Dans la brousse et les forêts d’Afrique
Du tam tam au jazz
L’eau dans le désert
Forgeron du désert
Grands animaux d’Afrique
Des hommes et du sable
Issa le tisserand
Une journée dans une réserve africaine
Maroc, paradis des abeilles
Milieu équatorial : Gabon 1977
Ouataguna, un village du mali
Pente des tropiques
Tassili n’ajjer
Touareg, la cure salée
La vallée du m’zab
Zaa, le petit chameau blanc

D’autres films sont disponibles dans la collection, qui ne sont pas mentionnés dans les catalogues conservés à la Sorbonne Nouvelle. Dans sa totalité, le corpus Kinopedia compte les 75 films suivants :

MILIEU EQUATORIAL : GABON 1977
EL DJEZAIR, PORT D’ALGER
EN ETHIOPIE
EN LIBYE, L’HOMME CONTRE LE DESERT
EAU DANS LE DESERT (L’)
EN ERYTHREE
ZAA, PETIT CHAMEAU BLANC
MANDA, PARC NATIONAL REPUBLIQUE DU TCHAD
ATTENTION
FORET VIERGE (LA) Quelques aspects en Afrique Equatoriale
MAROC, TERRE DES CONTRASTES
REGARDS SUR L’AFRIQUE NOIRE
EL OUED, LA VILLE AUX MILLE COUPOLES…
MARCHES D’AFRIQUE OCCIDENTALE (LES)
ROSSIGNOL DE KABYLIE (LE)
CHASSE EN AFRIQUE EQUATORIALE FRANCAISE
CONTINENT NOIR Sortilège exotique
MATIERE CAOUTCHOUC (LA)
FORGERONS DU DESERT
DU TAM TAM AU JAZZ (HISTOIRE DES RYTHMES AFRICAINS)
MAKONDES SCULPTEURS D’EBENE
MEDECIN DU BLED (LE)
TOUAREG
BOUZAREAH
MOURAMOURE
TASSILI N’AJJER
DOIGTS DE LUMIERE
CREDIT DOCUMENTAIRE (LE)
JOURNEE BERBERE
AMBROISE, ENFANT DU KASAI
PLUS PRECIEUX QUE L’OR
OUATAGUNA UN VILLAGE DU MALI
SANG D’ALGER (LE)
DEMOGRAPHIE ALGERIENNE (LA)
ECONOMIE ALGERIENNE (L’)
BUSHMEN (LES)
UN VILLAGE DE GUINEE
COTE D’IVOIRE
AFRIQUE EQUATORIALE FRANCAISE
AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE
POTERIE DE NABEUL (LA)
PAYSAGES SOUS LA MER
HARMONIES TUNISIENNES
MAROC, PARADIS DES ABEILLES
IMAGES D’AFRIQUE
ALGERIE SAHARA
RELIEF DE MADAGASCAR
DAKAR, ESCALE ATLANTIQUE
VIE D’UN PORT (LA) ALGER
GESTES D’HIER ET DE TOUJOURS : PECHES TUNISIENNES
VILLES MORTES ALGERIENNES
OASIS DU DJERID
KOTOKOS PECHEURS DU TCHAD
NIGER
HOMMES DES OASIS
GEOGRAPHIE DU MAROC
HABITAT EN AFRIQUE OCCIDENTALE (L’)
AU CŒUR DU SAHARA
ENFANTS ARABES
POTERIES BEDOUINES (POTERIES DES OULED ABDELKRIM)
ECOLE DES SABLES
ARABES (LES)
AFRIQUE VERTE
NIAMA KATIR
ART NEGRE
HOMMES DU DESERT
VALLEE DU M’ZAB
DANS LA FORET AFRICAINE
KTIFA DES HAMAMA
ANIMAUX D’AFRIQUE
MADAGASCAR, ESCALE DE L’AVENTURE
HISTOIRE QUI SE FAIT : 1956
HISTOIRE QUI SE FAIT : 1959
HISTOIRE QUI SE FAIT : EVOLUTION DU MONDE

Kinopedia, Repenser les images du passé pour une pédagogie du présent. Présentation du projet

Les problématiques s’intéressant à la période coloniale et décoloniale occupent aujourd’hui de plus en plus de place dans les études en sciences humaines et sociales. Le corpus de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, qui traverse près de quatre-vingts ans d’histoire du cinéma pédagogique, offre à ce titre une sélection exceptionnelle de films tournés par des équipes françaises dans l’ancien empire colonial (principalement l’Afrique du Nord et subsaharienne), à partir de 1930. Ces films – près d’une centaine sur l’ensemble du corpus de la CCEP – ont été réalisés dans différentes disciplines (ethnologie, géographie, sociologie, économie, histoire). Ils nous offrent un témoignage essentiel de la transformation des représentations des peuples de ces zones sous domination coloniale qui se manifeste dans l’évolution des principes moteurs de la pédagogie par le film. En travaillant sur ce corpus à partir d’une réflexion contemporaine sur l’histoire des hommes et des régions qu’il raconte, il s’agira de prendre à rebours la fonction première de ces films, afin de déconstruire le discours original qu’ils portent et d’en faire, grâce au travail d’indexation et sur sa mise à disposition numérique par la bibliothèque, le matériau de nouveaux contenus pédagogiques.

Le fonds de la CCEP

La Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (CCEP), créée en 1920, est l’une des toutes premières de France dans un contexte de mutualisation et d’institutionnalisation par l’État des ressources pédagogiques. Les projections des films de ce fonds par les enseignants dans leurs classes ont marqué l’imaginaire de millions d’élèves, tout autant que le dispositif et son cérémonial, à une époque où la place de télévision était moindre.

L’histoire de la CCEP est jalonnée par les multiples transformations structurelles des différents organismes étatiques. En 1960, la Cinémathèque centrale absorbe la Cinémathèque de l’Enseignement Technique et renouvelle son catalogue. En 1996, la CCEP est mise en sommeil. Elle compte des dizaines de milliers de copies en support argentique. À la même époque, petit à petit, ferment également les stocks académiques et départementaux de la Cinémathèque de l’Enseignement Public. En 2010, le fonds de la Cinémathèque Centrale de l’enseignement public est offert à l’Université de Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. En 2012, la Direction des Bibliothèques Universitaires (DBU) commence un chantier de numérisation des films qui se poursuit aujourd’hui et le chiffre des 1000 titres numérisés est atteint en 2020 pour le centenaire de la cinémathèque centrale.

Un fonds accessible pour les chercheurs

L’un des principaux défis pour médiatiser les collections de la CCEP est d’ordre technique : la Direction des Bibliothèques Universitaires ne dispose pas d’une plate-forme qui serve de vitrine à ces collections particulières. La construction d’une bibliothèque numérique est en projet dans l’établissement, et le projet Kinopedia permet de concevoir cet outil en lien très étroit avec les utilisateurs finaux, c’est-à-dire la communauté des chercheurs.

Bien plus que de migrer des documents audiovisuels, la conception de cette bibliothèque numérique, telle que nous l’envisageons, se donne pour but de fournir au chercheur un outil riche. En exploitant la richesse des métadonnées relevant du catalogue, nous permettons aux chercheurs d’exploiter des données géographiques, temporelles ; en liant nos données à des bases extérieures (comme Wikidata), nous pouvons proposer une interrogation croisée, et, au besoin, accompagner l’utilisation par les chercheurs de ces outils. Si cette description riche permet d’illustrer le contenu des films, elle permet également de les analyser sous d’autres points de vue (économie du film, analyse de réseaux…) que leur thématique propre. Le travail sur le fonds est également l’occasion de travailler sur le déploiement d’identifiants pérennes (de type DOI) pour ces documents, qui permettront de les citer et de les réutiliser plus simplement.