L’IMAGINAIRE COLONIAL DANS LE CINÉMA ÉDUCATEUR : RESSOURCES, STRATÉGIES ET IMPACTS CONTEMPORAINS. Séminaire de recherche, Librairie l’Harmattan, 4 mai 2022

Séminaire de recherche proposé par Sylvie DALLET :
ÉTHIQUES & MYTHES de la CRÉATION

Mercredi 4 mai à 18 heures (de 18 à 20 heures)

Lieu : Librairie l’Harmattan, 21 bis rue des Écoles , 75005 Paris

Introduction : à l’occasion des la réflexion anniversaire sur l’indépendance algérienne, le séminaire EMC proposé par Sylvie DALLET aborde un pan méconnu de l’histoire coloniale issu de la démarche dite de « cinéma éducateur », une initiative développée en France (métropole et colonies) depuis les années 1920. Les archives de ce cinéma sont nombreuses et nécessite désormais de multiples lectures. Cette séance abordera les dernières recherches portant sur ce cinéma éducateur, qui a irrigué les espaces du Maghreb et de l’Afrique noire.
Avec la participation de Pascal Laborderie (maître de conférences) et Mathilde Rouxel (chercheuse) et Frédéric Rolland (Cinémathèque centrale de l’enseignement public).

Références : Le Livre noir du colonialisme sous la direction de Marc Ferro (article de Sylvie Dallet « Filmer les colonies, filtrer le colonialisme », Fayard, 2002)

Pascal LABORDERIE : « Cinéma éducateur et colonialisme » 

Résumé : Durant l’entre-deux-guerres, en France, l’impérialisme et le colonialisme ont irrigué les films d’enseignement, d’éducation et de propagande du cinéma scolaire et éducateur. Pascal Laborderie questionne la manière dont on peut regarder ces films aujourd’hui. Si dans leur contexte de production et de diffusion, ils apparaissent consensuels, certains historiens les considèrent annonciateurs du Front populaire, tandis que d’autres les jugent pré-vichystes.

CV Succinct : maître de conférences habilité à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication à l’université de Reims Champagne-Ardenne (CEREP). Il a publié récemment Éducation populaire, laïcité et cinéma. Une médiation culturelle en mouvement (L’Harmattan, 2021) et codirigé Images et réceptions croisées être l’Algérie et la France (avec H. EL Bachir, ESBC, 2020, accès : https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/imagescroisees/).

Frédéric ROLLAND : « A la recherche du colonisé dans les films du Service Technique de l’Aviation Civile. »

Résumé : Les films de l’aviation civile constituent une archive technique et pédagogique inédite. Nous pouvons émettre l’hypothèse qu’ils peuvent constituer une approche sociétale de la relation entre les colons et les colonisés.

CV Succinct : Docteur en cinéma, ciné-archiviste, Frédéric Rolland est actuellement responsable de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public de la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle. En parallèle, il développe au travers de l’association L’Atelier du 7ème Art qu’il a fondée dans la Nièvre une approche pédagogique des collections qu’il rassemble.

Mathilde ROUXEL : « Images de l’Afrique coloniale pour les écoles de la République » 


Résumé : L’Afrique a été dans la première moitié du XXe siècle un objet de curiosité pour les documentaristes équipés de caméras et parcourant le monde pour en produire des images pour le public européen. Réalisés à des fins éducatives, les films conservés dans les fonds de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public témoignent d’un rapport curieux à l’autre colonisé, entre observation ethnographique et racisme structurel. Une présentation large du fonds de la CCEP permettra de mettre en lumière l’évolution des représentations et les différents enjeux culturels et pédagogiques en question dans ces collections de films destinés à l’école laïque et républicaine. 
CV succinct : docteure en études cinématographiques et chercheuse en résidence CollEx-Persée à la Cinémathèque centrale de l’enseignement public de la Direction des Bibliothèques universitaires de la Sorbonne nouvelle. Son projet de recherche, intitulé ‘Kinopedia’, s’intéresse aux images réalisées dans l’ancien espace colonial français et sa circulation dans le contexte scolaire. 

Mail d’inscription : sylvie.dallet@uvsq.fr

Journée d’étude : Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir

15 avril 2022 – INSPE de Paris, site de Molitor – 10h-17h

En parallèle de l’industrie de divertissement qui s’est rapidement développée aux débuts du cinéma, une conception du film comme outil éducatif s’est rapidement imposée au début du XXe siècle.

Différents organismes se développent dans le sillage des initiatives conduites par la Ligue de l’Enseignement, qui défend la projection de film comme mission sociale, d’apprentissage et d’enseignement. Le ministère de l’éducation se dote rapidement d’un fonds de films qui dès la fin des années 1920 circule abondamment dans les établissements éducatifs par le biais de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Parallèlement se développe un large réseau de ciné-clubs, géré par la Ligue de l’Enseignement, qui participe d’une autre façon à la formation des citoyens. Les films circulent principalement en bobines 16 et 35 mm jusqu’aux années 1980.

Dans le domaine de l’enseignement scolaire, la télévision s’impose peu à peu dans les classes pour diffuser les programmes dits de la télévision scolaire. La cinémathèque centrale de l’enseignement public, organe principal de diffusion des films dans les établissements, stoppe la mise en circulation de ses copies films à partir de 1996. Du côté de la Ligue de l’Enseignement, la généralisation du dispositif d’aides aux salles d’exploitation labellisées « Arts et Essais » freine aussi drastiquement le mouvement des cinés-clubs dès les années 1980, et le cinéma de patrimoine quitte peu à peu les salles de cinéma.

Les pratiques d’éducation à l’image se sont transformées et se sont adaptées aux publics et aux enjeux techniques et technologiques contemporains.

Cette journée d’étude propose de revenir sur l’histoire de l’éducation à et par l’image et des organismes et institutions qui ont accompagné ces pratiques, pour mieux faire le point et questionner l’évolution des techniques et des dispositifs mis en place aujourd’hui.

Programme de la journée d’étude :

10h : Introduction
Bibliothèque Sorbonne Nouvelle (BSN) – Vincent De Lavenne
Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (CCEP) – Mathilde Rouxel

10h30 : Séance 1 : des fonds spécifiques à défendre

Emmanuelle Devos : « Des principes d’une cinémathèque dédiée aux ‘jeunes publics’ : La Cinémathèque Robert-Lynen »
Frédéric Rolland : « Histoire de la cinémathèque centrale de l’enseignement public »
Laurent Garreau : « Retour sur l’histoire de la télévision scolaire »

12h-13h

DÉJEUNER

13h : Séance 2 : Problématiser des collections

Pascal Laborderie : « Histoire des fonds filmiques de la Ligue de l’enseignement : de la survivance du muet à la disparition des ciné-clubs »
Nadège Mariotti : « La Cinémathèque centrale de l’enseignement public : le film scolaire et le numérique au service du chercheur »
Nicolas Palluau : « La représentation de l’éducateur postscolaire dans le cinéma de l’entre-deux guerres »

14h30 : Table-ronde plateforme : Enjeux numériques de l’accessibilité des films

Pascal Laborderie (e-dem-film) / Stéphanie Ange (DIAZ) / Vincent de Lavenne (Bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle)

15h30 : Table-ronde: Comment valoriser les fonds de cinéma éducateur aujourd’hui ?

Antoine Ravat (Cinémathèque de Saint-Étienne) / Frédéric Rolland (CCEP – Atelier du 7e art) / Emmanuelle Devos (Cinémathèque Robert-Lynen) / Julie Cazenave (DodesKaden)

Modération de l’ensemble des discussions : Mathilde Rouxel

Infos pratiques :

Vendredi 15 avril, INSPE de Paris, site de Molitor,

10 rue Molitor,

75016 Paris

Journée d’étude organisée par la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public,

Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle

En partenariat avec l’INSPE de Paris, site de Molitor.

3 films de la CCEP au Festival des Cultures – 30 mars 2022, USN

Le projet Kinopedia a permis de faire ressurgir une partie du fonds de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public qui concerne les films tournés dans l’ancien espace colonial, durant les années de colonisation ainsi que durant les guerres d’indépendance. À l’occasion des soixante ans de l’indépendance de l’Algérie, la Bibliothèque de la Sorbonne Nouvelle propose la projection de trois films issus des collections de la CCEP suivie d’un débat dans le cadre du Festival des Cultures de la Sorbonne Nouvelle (amphi D2 à Censier) le 30 mars 2022.

Collections de films pour l’éducation : histoire, circulation, avenir (appel à communications)

Appel à communications pour une journée d’étude organisée par la Bibliothèque Sorbonne Nouvelle, en partenariat avec l’INSPE Molitor le vendredi 15 avril 2022.

En parallèle de l’industrie de divertissement qui s’est rapidement développée aux débuts du cinéma, une conception du film comme outil éducatif s’est rapidement imposée au début du XXe siècle.

Différents organismes se développent dans le sillage des initiatives conduites par la Ligue de l’Enseignement, qui défend la projection de film comme mission sociale, d’apprentissage et d’enseignement. Le ministère de l’éducation se dote rapidement d’un fonds de films qui dès la fin des années 1920 circule abondamment dans les établissements éducatifs par le biais de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Parallèlement se développe un large réseau de ciné-clubs, géré par la Ligue de l’Enseignement, qui participe d’une autre façon à la formation des citoyens. Les films circulent principalement en bobines 16 et 35 mm jusqu’aux années 1980.

Dans le domaine de l’enseignement scolaire, la télévision s’impose peu à peu dans les classes pour diffuser les programmes dits de la télévision scolaire. La cinémathèque centrale de l’enseignement public, organe principal de diffusion des films dans les établissements, stoppe la mise en circulation de ses copies films à partir de 1996. Du côté de la Ligue de l’Enseignement, la généralisation du dispositif d’aides aux salles d’exploitation labellisée « Arts et Essais » freine aussi drastiquement le mouvement des cinés-clubs dès les années 1980, et le cinéma de patrimoine quitte peu à peu les salles de cinéma.

Les pratiques d’éducation à l’image se sont transformées et se sont adaptées aux publics et aux enjeux techniques et technologiques contemporains.

Cette journée d’étude propose de revenir sur l’histoire de l’éducation à et par l’image et des organismes et institutions ont accompagné ces pratiques, pour mieux faire le point et questionner l’évolution des techniques et des dispositifs mis en place aujourd’hui.

Cette journée d’étude appelle à rassembler des communications traitant d’un des trois axes suivants :

AXE 1 : L’histoire des façons dont le cinéma a pu être promu dès les premiers temps comme support éducatif, privilégiant un espace de débat dans un temps de divertissement ou prenant le film comme outil pédagogique dans le cadre scolaire ;

AXE 2 : Présenter et réfléchir les pratiques d’éducation à l’image aujourd’hui et discuter les moyens et les supports de diffusion des films pour comprendre et évaluer le rapport des différents publics à l’image aujourd’hui ;

AXE 3 : Conduire une réflexion sur le devenir du patrimoine filmique de ces fonds, dont la circulation a désormais été suspendue, et pour lequel se pose désormais la question des droits de diffusion. Cet axe peut soulever plusieurs questions :

* Comment diffuser et montrer ces fonds ? (question de la publicité de ces collections auprès de publics cibles (chercheurs, programmateurs) ; question de la propriété intellectuelle et de la diffusion auprès du tous publics)

* Comment préserver ces fonds ? (question historiographique des différentes collection, mais aussi question du stockage et des politiques de numérisation des fonds)

* Ces archives doivent-elles continuer à se constituer comme collection et maintenir une activité de diffusion et d’accessibilité des œuvres ? Ces collections doivent-elles être des « archives vivantes », appelant à être enrichies par la poursuite d’une politique d’acquisition des œuvres et si oui, sous quelles condition ?

Les propositions de participation, accompagnées d’un bref résumé de la communication et d’une bio-bibliographie, devront parvenir au plus tard le 7 mars 2022. Elles doivent être communiquées à l’adresse suivante : mathilde.rouxel@sorbonne-nouvelle.fr

La journée d’étude se tiendra dans les locaux de l’INSPE au 10 rue Molitor, 75016 Paris le vendredi 15 avril 2021 de 10h à 17h.

Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public – DBU Sorbonne Nouvelle – photo : Frédéric Rolland