Compte-rendu de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir”

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Vincent de Lavenne et Mathilde Rouxel. Introduction à la journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

En parallèle de l’industrie de divertissement qui s’est rapidement développée aux débuts du cinéma, une conception du film comme outil éducatif s’est rapidement imposée au début du XXe siècle.

Différents organismes se développent dans le sillage des initiatives conduites par la Ligue de l’Enseignement, qui défend la projection de film comme mission sociale, d’apprentissage et d’enseignement. Le ministère de l’éducation se dote rapidement d’un fonds de films qui dès la fin des années 1920 circule abondamment dans les établissements éducatifs par le biais de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Parallèlement se développe un large réseau de ciné-clubs, géré par la Ligue de l’Enseignement, qui participe d’une autre façon à la formation des citoyens. Les films circulent principalement en bobines 16 et 35 mm jusqu’aux années 1980.

Dans le domaine de l’enseignement scolaire, la télévision s’impose peu à peu dans les classes pour diffuser les programmes dits de la télévision scolaire. La cinémathèque centrale de l’enseignement public, organe principal de diffusion des films dans les établissements, stoppe la mise en circulation de ses copies films à partir de 1996. Du côté de la Ligue de l’Enseignement, la généralisation du dispositif d’aides aux salles d’exploitation labellisées « Arts et Essais » freine aussi drastiquement le mouvement des cinés-clubs dès les années 1980, et le cinéma de patrimoine quitte peu à peu les salles de cinéma.

Les pratiques d’éducation à l’image se sont transformées et se sont adaptées aux publics et aux enjeux techniques et technologiques contemporains.

Cette journée d’étude proposait de revenir sur l’histoire de l’éducation à et par l’image et des organismes et institutions qui ont accompagné ces pratiques, pour mieux faire le point et questionner l’évolution des techniques et des dispositifs mis en place aujourd’hui.

En introduction, j’ai présenté aux côté de Vincent de Lavenne, responsable du service Appui Documentaire à la Recherche et adjoint à la cheffe du Département pour la Recherche et l’Enseignement à la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle les objectifs du projet Kinopédia développé au sein de la résidence CollEx-Persée mise en place à partir des fonds de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (lire leur communication). Vincent de Lavenne a exposé l’importance du développement d’un accès numérique aux collections films conservées à la Sorbonne Nouvelle, et a ainsi posé les bases du travail en cours sur la Bibliothèque Numérique de la Sorbonne Nouvelle, qui mettra en open access tous les films en pleine et entière propriété de l’État détenus dans le fonds. J’ai ensuite présenté le projet Kinopédia lui-même, qui s’intéresse à un corpus de films plus spécifiques s’intéressant à différentes disciplines scolaires tournés entre 1930 et 1960 dans l’ancien espace colonial français, particulièrement en Afrique du Nord et subsaharien. Ce corpus d’une centaine de films, travaillé conjointement avec Frédéric Rolland, responsable de la CCEP, et Vincent de Lavenne et son équipe, permettait aux bibliothécaires d’adapter leur travail aux besoins des chercheurs que je représentais, pour améliorer la qualité des services à venir de la bibliothèque numérique.

Suite à cette introduction, une première séance intitulée « Des fonds spécifiques à défendre » avait pour objectif de présenter différents fonds travaillant, jusqu’à aujourd’hui, avec des collections de films pédagogiques. Ainsi, Emmanuelle Devos a-t-elle présenté la Cinémathèque Robert-Lynen, ouverte en 1925 et souvent présentée, à tort, comme la première cinémathèque créée en France sous cette appellation. Devos justifie cette méprise par le manque d’intérêt des historiens et des chercheurs pour le cinéma éducatif. A cette époque là, de nombreuses cinémathèques ont vu le jour : la cinémathèque Robert-Lynen, dite aussi cinémathèque de Paris, a toujours été attachée à des missions de service public, qu’elle poursuit jusqu’à aujourd’hui. Un historique des missions de l’établissement a permis a Devos d’expliquer une première évolution de celles-ci d’un espace de projection des films de l’éducation nationale avant les années 1950 à une ouverture vers le cinéma d’auteur à partir de l’implantation des cinés-clubs et d’une politique d’éducation par le cinéma. À partir des années 1970, la cinémathèque s’oriente sur les plus jeunes publics, puis choisit dans les années 1990 de développer principalement l’activité pédagogique. Après 25 ans de fermeture de la salle de cinéma, celle-ci a été inaugurée rénovée en mars 2020 et la cinémathèque Robert-Lynen accueille à nouveaux du jeune public dans ses locaux.

Frédéric Rolland (lire sa communication) a présenté de son côté l’histoire du fonds de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, cinémathèque de circulation envoyant, au pic de son histoire, 5000 copies par semaines dans différents établissements scolaires, hospitaliers ou dans les Offices régionales diffusant des films dans un cadre para-scolaire. L’histoire complexe de cette cinémathèque, qui fut souvent confondue avec la cinémathèque de Paris Robert-Lynen ou avec Canopé, ex-CNDP, qui poursuivit les missions de la cinémathèque dans les écoles avec les outils de la télévision scolaire, parallèlement à la circulation des films de la CCEP jusqu’à ce que cette dernière arrête son activité en 1996 avec l’évolution technologique des moyens de diffusion des films. Aujourd’hui, les fonds de la CCEP sont conservés par la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle après un don en 2010 de Canopé d’une collection de 2500 titres.

Laurent Garreau (lire sa communicaion) est ensuite intervenu, sur la recommandation de la nouvelle chargée d’archive au pôle audiovisuel de Canopé, Manuela Guillemard, en tant qu’ancien responsable des fonds filmiques de Canopé pour proposer un historique de la télévision scolaire. Il a ainsi exposé la différence dans les modalités de production de la télévision scolaire par rapport au cinéma éducateur : la production des films se faisait en interne, relevant d’un service de production audiovisuelle, et les titres étaient ensuite conservés au sein de la cinémathèque antenne, futur CNDP. Aujourd’hui, 4000 émissions ont été numérisées avec l’aide de la BnF.

Une deuxième séance de présentations de communications, intitulée « Problématiser des collections », a permis de traverser quelques corpus de films destinés à l’éducation. Pascal Laborderie, en introduction d’une histoire des fonds filmiques de la Ligue de l’Enseignement de la survivance du muet à la disparition des ciné-clubs, a ouvert la discussion en félicitant l’intérêt grandissant des chercheurs pour le cinéma éducateur, longtemps à la marge des intérêts de recherche. Selon lui, l’effondrement de l’UFOLEIS dans les années 1990, à un moment où le patrimoine cinématographique valorisé était considéré dans une logique auteuriste, a achevé d’enterrer l’intérêt porté au cinéma documentaire à visée pédagogique. Son histoire, pourtant, est riche : elle commence dans l’espace scolaire, postscolaire et populaire et se structure pour des raisons politique sur un modèle franco-français sur des bases municipales (comme à Strasbourg ou Nancy qui vivent sans subventions ministérielles avec l’argent des séances). La Ligue de l’enseignement, créée en 1866 par Jean Macé sur un modèle de laïcité militante, rassemble durant l’entre-deux guerres les Offices régionales sous forme de Fédération et diffuse des films venant de différents ministères, produits sous l’impulsion du ministère, ou acheté à de grandes boîtes de production comme Pathé et Gaumont. Les rapports ministériels rapportent au moins 9000 correspondants (des écoles, ds hôpitaux, etc.) accueillants en leur sein des projections de ces films. Pour conclure sa communication, Laborderie insiste spécifiquement sur le cas de Jean-Benoît Lévy, cinéaste important du cinéma français, réalisateur de documentaire et de fiction célèbre jusqu’à l’avènement des ciné-clubs après la Seconde Guerre mondiale : la logique auteuriste a, selon le chercheur, eu raison de ce cinéaste honni des grandes revues de cinéma comme les Cahiers du Cinéma, en raison de son classement dans la catégorie du cinéma éducateur, dénigré depuis lors.

Nadège Mariotti (lire sa communication) a ensuite discuté l’intérêt de la numérisation des collections de la CCEP pour les chercheurs, à partir d’un corpus spécifique consacré aux films présentant notamment les gestes de l’industrie sidérurgique. Selon elle, la numérisation et la mise en ligne du patrimoine filmique permet au chercheur des comparaisons de films plus aisées et favorise ainsi la sauvegarde et la valorisation de fonds parfois trop mal connus et mal considérés. Une collection comme celle de la CCEP permet de mettre en lumière les liens qui unissaient les industries et les établissements pédagogiques, qui par la diffusion de ces films, toutefois mis au service de l’enseignement, promouvait les secteurs de l’industrie.

Le dernier intervenant, Nicolas Palluau (lire sa communication) a posé la question de la formation des animateurs de colonies de vacances, notamment la place de l’éducateur dans les productions de fiction, dans le champ de l’éducation populaire, des camps de scouts. À partir de plusieurs exemples de films, il pose l’hypothèse d’un renversement éducatif, le maître apprenant de l’élève, dans la lignée de l’idéologie de l’éducation nouvelle du scoutisme de Baden-Powell. Ce corpus de cinéma scout propose des films qui s’attachent à donner l’impression d’une auto-organisation des jeunes, en ne montrant pas les adultes encadrant les camps, dans une mise en scène idéale du plein-air éducatif dont Palluau souligne la dimension de propagande.

L’après-midi s’est prolongée avec la tenue de deux tables-rondes. La première, consacrée aux « Enjeux numériques de l’accessibilité des films », rassemblait Pascal Laborderie, qui présentait les enjeux de son projet « e-dem-film » qui souhaite mutualiser différentes institutions pour donner accès au cinéma éducateur et faciliter leur circulation en créant une plateforme à dimension européenne, Stéphanie Ange, venue présenter la plateforme DIAZ de l’association Diazinterregio qui offre une base de donnée commune à la Cinémathèque de Bretagne, Normandie Images, Ciclic et plusieurs autres structures dédiée au cinéma amateur sur le territoire national français, et Vincent de Lavenne, qui a présenté l’interface en développement de la Bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle (BSNum), qui offrira un accès aux différentes collections numérisées de la DBU, dont fait partie la collection films de la CCEP. La plateforme e-dem-film est d’abord un projet de recherche, développé au sein de l’université de Reims Champagne-Ardenne avec la collaboration d’autres archives européennes, et a pour vocation de mettre en avant ce patrimoine pédagogique oublié. L’objectif de la plateforme DIAZ est de proposer un travail d’archivage collaboratif et coopératif entre les différentes structures associées, pour que l’interface évolue en fonction des besoins des différentes archives et au contact de leurs utilisateurs. La BSNum, quant à elle, est née de la volonté de mettre à disposition des usagers des documents rares et précieux conservés à par la Direction des Bibliothèques Universitaires (DBU),tel que des incunables issus du fonds Orient-Monde Arabe ou les titres non-encore numérisés par d’autres institutions conservés dans le fonds film de la CCEP, répodant ainsi aux besoins de développement du domaine des humanités numériques parmi les missions de service public de la bibliothèque. Après avoir présenté les trois projets, le débat s’est centré sur la possibilité de développer des vocabulaires et des méthodologies communes aux bibliothèques et aux cinémathèques pour la mise en valeur des patrimoines numérisés, puisqu’effectivement, les notices de bibliothèques ne permettent pas toujours de partager l’ensemble des métadonnées accompagnant un film. La question posée a aussi été celle du droit d’accès : alors que la plateforme Diaz, en raison de son objet (le cinéma amateur) est en mesure de mettre en ligne les films en accès libre et ouvert, la BSNum ainsi que la plateforme e-dem-film se confrontent naturellement à un problème de droits d’auteurs et de productions qui limitent l’accès aux films.

Une seconde table-ronde intitulée « Comment valoriser les fonds de cinéma éducateur aujourd’hui ? » mettait en dialogue Antoine Ravat, programmateur à la Cinémathèque de Saint-Etienne, Frédéric Rolland, responsable de la CCEP mais aussi collectionneur privé détenteur de près de 7000 titres gérés par l’association l’Atelier du 7e art qu’il dirige, Emmanuelle Devos, directrice de la Cinémathèque Robert-Lynen, et Julie Cazenave de l’association marseillaise DodesKaden, responsable d’un fonds de plus de 6000 titres hérités de différents fonds de cinés-clubs de la Ligue de l’Enseignement. La cinémathèque de Saint-Etienne a été créée en 1922 sur une collection d’images pédagogiques. Le fonds s’est ensuite enrichi notamment par la collecte de cinéma amateur de la région de Saint-Etienne. Des projections sont organisées de façon régulière au sein de l’établissement, qui accueille aussi différents publics dans le cadre d’atelier de sensibilisation au patrimoine et aux images. La Cinémathèque de Paris Robert-Lynen propose, depuis la réouverture de leur salle en 2020, de nombreuses projections scolaires et des visites pédagogiques. La CCEP vient quant à elle de changer à nouveau de locaux, puisqu’elle a déménagé avec la DBU dans les nouveaux locaux de la Sorbonne Nouvelle avenue de Saint-Mandé à Paris, ce qui offre la perspective de programmations plus fréquentes dans la salle de cinéma de l’université, mais qui ne règle pas le problème de la sortie des copies. DodesKaden est une association qui travaille à la diffusion de film et à la mise en place d’ateliers autour des archives de film, à partir d’une collection héritées de différents Offices et légués par la Ligue de l’Enseignement. L’objectif de l’association est aujourd’hui de protéger les copies, conservées à ce jour dans des conditions précaires dans un bâtiment inadapté à Marseille, en ouvrant un lieu permettant la conservation des films et leur diffusion. Le problème rencontré par ces structures, qui travaillent toutes les quatre avec des fonds historiques constitués par une activité de diffusion et de programmation, est principalement celle des conditions de diffusion des films. Le cas des films éducateurs est en effet très complexe dans la mesure où il est parfois à la fois très difficile d’éclaircir la chaîne des droits, mais aussi, comme le répète Frédéric Rolland, parce que la question de l’accessibilité de ces films devrait être facilitée dans la mesure où ces films avaient été acheté par l’État – et qu’ils étaient ensuite distribués dans les écoles, les Offices et les cinémathèques régionales pour être diffusés gratuitement aux élèves.

La journée s’est conclue avec une intervention du public, qui a permis par ailleurs de souligner la difficulté que rencontrent certains cinéastes, amateurs ou non, pour déposer leurs archives dans des institutions dédiées à la préservation du film : les lieux de stockage sont plein et il est difficile aujourd’hui pour les cinémathèques d’accueillir de nouvelles collections.

Images et discours sur l’Algérie autour de la guerre d’indépendance. Projection-débat durant le festival AFLAM, samedi 2 avril 2022, Marseille

Regarder les images du passé pousse à s’intéresser à ceux qui les ont faites, aux publics auxquels ces images s’adressaient, et au contexte historique dans lequel elles ont été produites. Le cinéma réalisé dans les anciennes colonies françaises, notamment en Afrique, n’a pas vraiment permis le développement d’infrastructures cinématographiques locales, et les images qui nous reviennent des temps coloniaux d’Afrique du Nord ou subsahariennes sont généralement des images tournées par les colons. Terres de tournage aux paysages paradisiaques, les côtes méditerranéennes étaient le décor de fictions variées, mais elles apparaissent aussi dans des films à caractère documentaire, qui étaient diffusés dans un cadre public de divertissement ou dans un cadre scolaire. D’autres images, loin de l’industrie, produites en amateur ou par militantisme, ont aussi émergé au tournant des indépendances, qui ont voulu montrer une autre réalité coloniale, et qui ont circulé dans des réseaux beaucoup plus clandestins.

À l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, ce sont toutes ces images que nous discuterons le samedi 2 avril 2022 au Vidéodrome 2 à Marseille dans le cadre des 9e rencontres cinématographiques Aflam. Cette séance est construite principalement autour d’un corpus de films tiré des collections de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (CCEP) et de la Ligue de l’Enseignement. Le débat se poursuivra aussi sur une série d’images coloniales de fiction et de documentaire sélectionnées par Antoine Ravat dans les fonds de cinéma éducateur et amateur de la cinémathèque de Saint-Étienne et qui, des années 30 à la fin de la guerre en 1962, font usage d’un motif récurrent dans la production cinématographique coloniale française : le front de mer algérois.

Séance en présence d’Antoine Ravat (Cinémathèque de Saint-Étienne), de Samia Chabani (Ancrages), en partenariat avec la CCEP (DBU-USN) et DodesKaden.

Le cinéma permet de voyager sans se déplacer. Il permet aussi de donner une image de cohésion nationale. Devenue région française en 1848, l’Algérie est un symbole central de cet ailleurs lointain. La France y tourne des films de fiction (Pépé le Moko, Julien Duvivier, 1937), des films institutionnels (Alger et ses environs de Georges Clerc, James. R. Barth, 1938) puis, pendant la guerre des actualités (Algérie l’indépendance, ORTF, 1962) qui se heurtent aux témoignages amateurs des appelés (Arrivée à Alger, famille Robin, 1961-1962 ; Algérie, famille Masson, 1962, déposés et numérisés à la Cinémathèque de Saint-Étienne). L’horizon de l’ailleurs dans ces différentes œuvres se matérialisent ici dans un motif unique : le front de mer algérois. Le symbole est un puissant levier de représentation d’un voisinage lointain, et invite à reposer la question de la puissance des images dans un contexte colonial – ou anticolonial.

Pour son pouvoir d’illustration et de suggestion, le cinéma a rapidement été considéré comme un outil pédagogique incontournable. La Ligue de l’Enseignement, créée par Jean Macé en 1866 pour défendre une école “gratuite, laïque et obligatoire”, commence dès 1899 à organiser des séances de cinéma d’éducation populaire, la première ayant eu lieu à l’Oeuvre française des conférences populaires à Paris. La Ligue de l’enseignement participe dès le début des années 1920 à la législation sur le cinéma d’enseignement et d’éducation, le cinéma scolaire ayant alors pour objectif d’éduquer à la citoyenneté et permettant de promouvoir l’École laïque et de concurrencer l’Église sur le temps parascolaire.

Au niveau étatique, une cinémathèque de circulation proposant un service de prêt gratuit de films et de matériel pédagogique est mise en place au sein du Musée pédagogique à Paris. Cette Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public proposait dès 1920 des copies à destination des écoles et des organismes de formation. Toutefois, ces régularisations permettent par ailleurs la mise en place en région d’une trentaine de cinémathèques et d’offices cinématographiques laïcs, qui conservaient les copies 16 mm de films diffusés en dehors du cadre scolaire. Ces années marquent le développement des cinés-clubs. Rassemblés en Fédération à partir de 1929, et affiliés à la Ligue de l’Enseignement en 1933 sous l’Union française des œuvres laïques pour l’éducation par l’image et le son (UFOLEIS), les Offices proposent une programmation de cinéma d’éducation populaire où les séances se transforment souvent en véritable apprentissage du cinéma.

La vocation pédagogique de ces films répondait à tous types de programmes. Alors que les films montrés dans le cadre scolaire proposaient un appui au cours de l’enseignant, le temps parascolaire était l’occasion de revoir les grandes fictions de l’histoire du cinéma, mais aussi de diffuser des films documentaires produits par la Ligue de l’Enseignement elle-même.

Des films étaient commandités ou achetés par la Cinémathèque Centrale comme par la Ligue de l’Enseignement chaque année, et tournaient dans différents établissements pour éduquer les citoyens. Le cinéma permettait notamment de faire voyager les spectateurs, qui découvraient sur les écrans l’Afrique noire colonisée ou l’Algérie, cette région alors française de l’autre côté de la Méditerranée.

La Cinémathèque Centrale achetait à destination des écoles de nombreux films de “découverte”, de “voyage” ou simplement de “géographie”, comme l’indiquent les classements de ces œuvres dans les catalogues de diffusion de l’époque. Bien que le discours colonialiste sur le développement technique de ces pays jugés “archaïques” soient souvent au cœur de ces films diffusés dans un cadre scolaire, la sélection de la commission pédagogique du cinéma d’enseignement en charge de l’enrichissement du catalogue ne relaie toutefois pas l’idéologie raciste souvent perceptible dans les images d’actualité télévisées : ainsi un film comme La Vie d’un port à Alger d’Étienne Nadoux (1938) montre une autorité portuaire partagée entre Français et Algériens ; de la même façon, Le Sang d’Alger de Pierre Biro (1950) met sur le même plan les donneurs de sang algériens et européens.

Le sujet principal reste malgré tout le développement des infrastructures par l’entité coloniale française, dont l’illustration par l’image est justifiée par le besoin de partager avec la métropole le travail réalisé dans les colonies. La guerre d’indépendance en Algérie (1954-1962) n’arrête pas ces productions : on trouve encore au catalogue des films sur l’économie ou la démographie algérienne produits durant les années de guerre (Algérie Sahara, Jean Vidal, 1955 ; L’économie algérienne et La démographie algérienne, J. K. Raymond-Millet, 1959) qui font la part belle à la place et à l’activité des Européens dans le pays.

Malgré ces consensus pédagogiques ignorant la réalité d’une guerre qui s’enlise, la violence de la situation algérienne mobilise les consciences et ces institutions à vocation éducative, nées de l’héritage porté par les hussards noirs de la République. Les combats menés de l’autre côté de la Méditerranée sont difficiles à défendre au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité qui sont les valeurs portées par l’école laïque et les initiatives d’éducation à la citoyenneté. La Ligue de l’enseignement prend la décision de diffuser dans ses cinés-clubs des films à charge contre la colonisation, malgré la censure de l’État. Secteur postal 89098 de l’appelé et blessé de guerre Philippe Durand (1959), produit intégralement de façon indépendante par son réalisateur et interdit de diffusion par la commission de censure française, reçoit par exemple le Prix des OROLEIS (Office Régional des Oeuvres Laïques d’Education par l’Image et le Son) et la Coupe des Dépêches au concours du cinéma amateur UFOLEIS de Beaune en 1960. Le film est une fiction inspirée de l’expérience de Philippe Durand lui-même, rappelé d’Algérie en 1956 où il a perdu sa jambe.

Beaucoup moins dangereux pour l’État mais néanmoins profondément pacifiste, quelques rares films sont diffusés tant par la Cinémathèque Centrale que par la Ligue, à l’image du Rossignol de Kabylie réalisé par Georges Régnier en 1961, et qui met en scène un jeune officier français fasciné par la poésie kabyle, qui rend visite en 1961 à un poète de la montagne, provoquant méfiance et suspicion de la part des deux camps, inquiets de voir dans cette rencontre amicale le signe d’une trahison.

Quelques voix dissonantes circulent donc à propos de l’Algérie dans les réseaux de diffusion du cinéma scolaire ou d’éducation populaire. Le discours porté par ces institutions éducatives était pourtant jusque-là aligné au discours politique de l’État. En 1950, la Ligue de l’Enseignement commande à René Vautier, jeune cinéaste de vingt-et-un an, un film à la gloire des politiques coloniales en Afrique subsaharienne. Sur place, Vautier est rapidement confronté à une réalité coloniale violente dont il décide de témoigner : il raconte le manque de professeurs et de médecins, les crimes commis par l’armée coloniale au nom du peuple français, l’instrumentalisation des populations colonisées. À son retour en France, les rushes du film sont confisquées par l’État français. René Vautier parvient à récupérer en secret quelques bobines et monte Afrique 50, considéré comme le premier film anticolonialiste français, et voyage pour le montrer dans les réseaux militants et indépendantistes. Le film, qui n’obtient pas de visa et qui reste censuré durant quarante ans, n’est lui pas diffusé en France, même par la Ligue.

Montré en Tunisie à des militants du FLN Algérien, le film est acclamé et l’engagement précurseur de Vautier est salué. Celui-ci rejoint clandestinement le maquis algérien en 1956 pour filmer la guérilla. Les films de René Vautier sur la guerre d’indépendance algérienne n’apparaîtront jamais au catalogue de la Cinémathèque centrale ou de la Ligue de l’Enseignement. Si la Centrale resta toujours défaillante sur cette question sensible, on trouve toutefois dans les collections des Offices régionaux des films plus tardifs réalisés sur la libération de l’Algérie, comme Avoir vingt ans dans les Aurès de René Vautier (1972), La Guerre d’Algérie d’Yves Courrière et Philippe Monnier (1972) ou encore Algérie 54 : révolte d’un colonisé de l’historien Marc Ferro et Marie-Louise Derien (1974), construit sur les archives des actualités françaises et un texte de Frantz Fanon sur la libération des peuples colonisés.

L’évolution frileuse des regards et des discours sur l’Algérie en matière d’éducation par le cinéma au sein du système républicain français témoigne, sans surprise, d’une certaine forme de démagogie de l’institution (qui, malgré une réserve manifeste à jouer le jeu de la propagande coloniale, ne choisit pas non plus de tourner le regard vers la réalité vécue par les Algériens) et de la relative indépendance culturelle des ciné-clubs en matière de politique d’acquisition et de diffusion. Alors que la Cinémathèque Centrale sort peu à peu de son catalogue ses sujets sur l’Algérie (pour n’avoir en 1980 plus aucun titre, même sur des sujets historiques ou touristiques), la Ligue de l’Enseignement commence dès les premières années de la guerre à diffuser une parole contestataire et continue, après l’indépendance, à acheter des films qui permettent de maintenir vivace un débat qui, jusqu’à aujourd’hui, peine à s’imposer au niveau institutionnel.

Projections :

Afrique 50, René Vautier, dimanche 27 mars, Polygone étoilé, 14h.

Algérie 54 : révolte d’un colonisé, Marc Ferro et Marie-Louise Derien, mardi 29 mars, Vidéodrome 2, 20h30.

Extraits de Pépé le Moko, Julien Duvivier ; Alger et ses environs de Georges Clerc, James. R. Barth ; Algérie l’indépendance, ORTF ; Arrivée à Alger, famille Robin ; Algérie, famille Masson ; Algérie Sahara, Jean Vidal ; L’économie algérienne et La démographie algérienne, J. K. Raymond-Millet ; Secteur postal 89098, Philippe Durand ; Rossignol de Kabylie, Georges Régnier projetés dans le cadre de la projection-débat “Images et discours sur l’Algérie autour de la guerre d’indépendance”, samedi 2 avril, Vidéodrome 2, 16h30.

Description du corpus Kinopedia et des ressources disponibles

Cet état des lieux a fait l’objet d’une communication illustrée par de nombreux extraits dans le cadre du séminaire de recherche intitulé “L’IMAGINAIRE COLONIAL DANS LE CINÉMA ÉDUCATEUR : RESSOURCES, STRATÉGIES ET IMPACTS CONTEMPORAINSorganisé le 4 mai 2022 à la Librairie l’Harmattan.

Le projet de recherche Kinopedia s’intéresse aux films tournés dans l’ancien espace colonial, et plus particulièrement en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne, faisant partie de la collection de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public (CCEP) conservée à la bibliothèque universitaire de la Sorbonne Nouvelle depuis 2010, suite à un don du Réseau Canopé.

La CCEP était une cinémathèque de circulation. Elle envoyait des films aux établissements scolaires ou aux organismes éducatifs qui en faisaient la demande. Elle renouvelait régulièrement son catalogue, qui proposait chaque année une liste de 2000 titres, faisant entrer de nouvelles productions et sortir des films jugés moins pertinents à des fins pédagogiques en fonction de l’évolution de la société et de l’histoire. La plupart des films du fonds sont des films documentaires ou des films pédagogiques sur support 16 mm, bien que les collections de la CCEP compte également un fonds intéressants de 35 mm et quelques films de fiction.

La CCEP a stoppé la circulation de ses copies en 1996. Les contenus actuels du fonds ne représentent toutefois pas l’état de la collection en 1996 : lorsque Canopé fait don de ces titres à la DBU de la Sorbonne Nouvelle, le fonds rassemblait plusieurs autres titres versés en dépôt par d’autres cinémathèques de circulation actives à une échelle régionale. Ainsi, des titres sortis du catalogue au fil du temps sont-ils malgré tout disponibles dans les collections de la Sorbonne Nouvelle.

Le projet Kinopedia s’inscrit dans la politique de numérisation des films lancé au moment de son accueil à la Sorbonne Nouvelle. Aujourd’hui, près de 1000 titres ont été numérisés. La création du corpus Kinopedia permettra en 2022 la numérisation de la plupart des titres sélectionnés, certains d’entre eux ayant déjà été numérisés et étant déjà disponibles sur Virtuose+. Ceux qui ne sont pas encore numérisés sont toujours visionnables sur table sur rendez-vous dans les locaux de la bibliothèque.

Ce billet a pour objectif de présenter les titres du corpus et d’énumérer les catalogues disponibles dans les locaux de la bibliothèque. Il est particulièrement intéressant de constater, sur l’amplitude du corpus que nous avons défini dans le cadre de Kinopedia, que la comparaison des catalogues disponibles et du fonds de films permet de retrouver quasiment l’intégralité des films mentionnés. Nous indiquons en italique dans les listes suivantes les rares films qui ne sont pas disponibles dans les collections de la CCEP.

Ainsi trouve-t-on dans le catalogue de 1954, parmi les titres qui nous intéressent dans le cadre de cette recherche :

Bouzareah
Continent noir
Côte d’Ivoire
Dakar, escale atlantique
Les doigts de lumière ou Le palmier dattier
El Djezaïr
El Oued
Harmonies tunisiennes
La journée berbère
Ktifa des Hamama
Mouramoure
Regards sur l’Afrique noire
Le sang d’Alger
Touareg
Vie d’un port à Alger

Dans le catalogue de 1961 ces titres :

Algérie-Sahara
Animaux d’Afrique
L’Antilope
Les Antilles françaises
Bouzareah
Continent noir
Dakar, escale atlantique
Le désert
L’eau dans le désert
Ecole des sables
El Djezair
En Erythrée
En Ethiopie
En Libye
Forgerons du désert
Géographie du Maroc
Relief de Madagascar
Histoire d’une banane
Madagascar
Mouramoure
L’habitat en Afrique noire
Hommes des oasis
La journée berbère
Marchés d’Afrique noire
Un village de guinée
Un village de haute volta
Regards sur l’Afrique noire
Harmonies tunisiennes
Ktifa des Hamama
Histoire qui se fait : 1937-57
Histoire qui se fait : 1956
Histoire qui se fait 1957
Histoire qui se fait : 2e trimestre 1958
Histoire qui se fait : 3e trimestre 1958
Histoire qui se fait : 1959
Histoire qui se fait : 1960
Villes mortes d’Algérie
Le sang d’Alger
Dans la forêt africaine

Dans le catalogue de 1967 :

Algérie Sahara
Animaux d’Afrique
Art nègre
Au coeur du Sahara
Dakar, escale de l’Atlantique
Dans la forêt africaine
Démographie algérienne
Le désert
L’eau dans le désert
École des sables
Économie Algérienne
El Djezar, port d’Alger
En Erythrée
En Ethiopie
Enfants arabes
En Libye
Forgerons du désert
Grands animaux d’Afrique
Habitat en Afrique noire
Harmonies tunisiennes
Histoire de la banane
Histoire qui se fait : évolution du monde
Histoire qui se fait : 1937-57
histoire qui se fait : 1956
Histoire qui se fait 1957
Histoire qui se fait : 2e trimestre 1958
Histoire qui se fait : 3e trimestre 1958
Histoire qui se fait : 1959
Histoire qui se fait : 1960 I
Histoire qui se fait : 1960 II
Histoire qui se fait : 1960 III
Hommes des oasis
La journée berbère
Ktifa des Hamama
Madagascar
Marchés d’Afrique noire
Relief de Madagascar
Regards sur l’Afrique noire
Le Rossignol de Kabylie
Le Sang d’Alger
Tassili N’ajjer
Un village de Guinée
Villes mortes d’Algérie
Zaa, le petit chameau blanc

Son supplément de 1968 ajoute :

Ambroise, enfant du Kasai
Visage des Comores

Le supplément de 1970 indique des titres similaires :

Ambroise, enfant du Kasai
Du tam tam au jazz
Histoire de la banane
Maroc, paradis des abeilles
Visage des Comores

En 1981 :

Afrique dominée, Afrique libérée ?
Afrique verte
Art nègre
Au coeur du Sahara
Les bushmens
Du tam tam au jazz
L’eau dans le désert
Forgerons du désert
Les grands animaux d’Afrique
Histoire de la banane
Des hommes et du sable
Une journée dans une réserve africaine
Madagascar, escale de l’aventure
Makondes sculpteurs d’ébènes
Maroc, paradis des abeilles
Milieu équatorial : Gabon1977
Monde de savane
Niama katir
Ouataguna, un village du mali
Sous le signe des cocotiers
Tassili n’ajjer
Touaregs, la cure salée
La vallée du m’zab
Zaa le petit chameau blanc

Le dernier catalogue disponible est daté 1988-1989, et propose sur mon corpus une sélection similaire :

Afrique dominée, Afrique libérée ?
Afrique verte
Art nègre
Au coeur du Sahara
Les bushmen
Dans la brousse et les forêts d’Afrique
Du tam tam au jazz
L’eau dans le désert
Forgeron du désert
Grands animaux d’Afrique
Des hommes et du sable
Issa le tisserand
Une journée dans une réserve africaine
Maroc, paradis des abeilles
Milieu équatorial : Gabon 1977
Ouataguna, un village du mali
Pente des tropiques
Tassili n’ajjer
Touareg, la cure salée
La vallée du m’zab
Zaa, le petit chameau blanc

D’autres films sont disponibles dans la collection, qui ne sont pas mentionnés dans les catalogues conservés à la Sorbonne Nouvelle. Dans sa totalité, le corpus Kinopedia compte les 75 films suivants :

MILIEU EQUATORIAL : GABON 1977
EL DJEZAIR, PORT D’ALGER
EN ETHIOPIE
EN LIBYE, L’HOMME CONTRE LE DESERT
EAU DANS LE DESERT (L’)
EN ERYTHREE
ZAA, PETIT CHAMEAU BLANC
MANDA, PARC NATIONAL REPUBLIQUE DU TCHAD
ATTENTION
FORET VIERGE (LA) Quelques aspects en Afrique Equatoriale
MAROC, TERRE DES CONTRASTES
REGARDS SUR L’AFRIQUE NOIRE
EL OUED, LA VILLE AUX MILLE COUPOLES…
MARCHES D’AFRIQUE OCCIDENTALE (LES)
ROSSIGNOL DE KABYLIE (LE)
CHASSE EN AFRIQUE EQUATORIALE FRANCAISE
CONTINENT NOIR Sortilège exotique
MATIERE CAOUTCHOUC (LA)
FORGERONS DU DESERT
DU TAM TAM AU JAZZ (HISTOIRE DES RYTHMES AFRICAINS)
MAKONDES SCULPTEURS D’EBENE
MEDECIN DU BLED (LE)
TOUAREG
BOUZAREAH
MOURAMOURE
TASSILI N’AJJER
DOIGTS DE LUMIERE
CREDIT DOCUMENTAIRE (LE)
JOURNEE BERBERE
AMBROISE, ENFANT DU KASAI
PLUS PRECIEUX QUE L’OR
OUATAGUNA UN VILLAGE DU MALI
SANG D’ALGER (LE)
DEMOGRAPHIE ALGERIENNE (LA)
ECONOMIE ALGERIENNE (L’)
BUSHMEN (LES)
UN VILLAGE DE GUINEE
COTE D’IVOIRE
AFRIQUE EQUATORIALE FRANCAISE
AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE
POTERIE DE NABEUL (LA)
PAYSAGES SOUS LA MER
HARMONIES TUNISIENNES
MAROC, PARADIS DES ABEILLES
IMAGES D’AFRIQUE
ALGERIE SAHARA
RELIEF DE MADAGASCAR
DAKAR, ESCALE ATLANTIQUE
VIE D’UN PORT (LA) ALGER
GESTES D’HIER ET DE TOUJOURS : PECHES TUNISIENNES
VILLES MORTES ALGERIENNES
OASIS DU DJERID
KOTOKOS PECHEURS DU TCHAD
NIGER
HOMMES DES OASIS
GEOGRAPHIE DU MAROC
HABITAT EN AFRIQUE OCCIDENTALE (L’)
AU CŒUR DU SAHARA
ENFANTS ARABES
POTERIES BEDOUINES (POTERIES DES OULED ABDELKRIM)
ECOLE DES SABLES
ARABES (LES)
AFRIQUE VERTE
NIAMA KATIR
ART NEGRE
HOMMES DU DESERT
VALLEE DU M’ZAB
DANS LA FORET AFRICAINE
KTIFA DES HAMAMA
ANIMAUX D’AFRIQUE
MADAGASCAR, ESCALE DE L’AVENTURE
HISTOIRE QUI SE FAIT : 1956
HISTOIRE QUI SE FAIT : 1959
HISTOIRE QUI SE FAIT : EVOLUTION DU MONDE
IL ETAIT UNE MONTAGNE
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search