Mathilde Rouxel, Vincent de Lavenne, Introduction à la journée d’étude “Collection de films pour l’éducation : histoire, circulation, avenir”

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Cette journée d’étude s’inscrit dans un projet développé au sein de la Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle, croisant un projet de recherche et un projet en humanité numérique travaillant à l’accessibilité des collections de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, conservées depuis 2010 par la DBU de la Sorbonne Nouvelle. L’occasion du projet de recherche intitulé Kinopédia développé au sein d’une résidence CollEx-Persée a permis d’achever la numérisation de la centaine de films du fonds concernant les zones géographiques de l’ancien espace colonial français, permettant de donnée une vision large des méthodes d’instruction de l’époque, à l’heure où le film pédagogique était considéré comme un outil utile pour défendre les valeurs républicaines et universalistes de la patrie – tout en s’inscrivant dans le contexte idéologique de l’époque. Le projet a donné lieu à une mise en perspective scientifique du corpus ainsi qu’à de nombreuses programmation qui ont permis aux films de rencontrer des publics variés. Sur le plan documentaire, la délimitation de ce corpus restreint a permis de réfléchir, en coordonnant le travail du chercheur et celui du bibliothécaire, au développement d’outils de recherche numérique dédiés pour faciliter l’accès aux films.

Un corpus aux intérêts multiples

En 1920, et jusqu’au début des années 1960, la géographie de la France comptait ses colonies. Le territoire était pour les élèves des classes un territoire aux frontières multiples, aux ressources riches et parfois exotiques, permises par des climats dont ils ne pouvaient pas faire l’expérience ni comprendre des répercussions. Les traditions, au Maghreb, en Afrique Occidentale Française ou en Afrique Équatoriale française, n’avaient rien à voir avec les traditions répandues en métropole, et les voyages, à cette époque, étaient rares, voire impossibles pour la plupart des français.

À partir des années 1930, la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public a acquis et fait circuler de nombreux films concernant la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, l’Afrique occidentale ou équatoriale française, sur Madagascar ou les Antilles. Les films sont de différentes natures et répondent à différentes catégories de disciplines scolaires : des films classés dans « géographie » ou « économie » s’intéresseront davantage au relief et aux ressources naturelles offertes par chacun des territoires, les films classés dans « arts et techniques » témoignent des techniques artisanales traditionnelles des différents pays (la poterie ou les arts du verre par exemple), alors que des films à sujets « ethnographiques » auront pour but de décrire la manière de vivre des peuples autochtones. D’autres films décrivent ces territoires en ce qu’ils ont de français, exposant la démographie, l’architecture urbaine héritée d’Haussmann, le « progrès » des machines automatisées de l’industrie française, les infrastructures mises en place par la colonisation, les modes de vie. D’autres encore, traitant par exemple de sujets médicaux, prennent l’Afrique du Nord ou subsaharienne comme exemple, mais ne discutent pas nécessairement du territoire en tant que tel.

Ces films sont le reflets d’une époque. Ouverture sur le monde pour les enfants auxquels ils étaient destinés, base d’une instruction en matière de sociologie ou de géographie, les films peuvent aujourd’hui être vus comme les témoins d’une époque. Après les décolonisations, dans le courant des années 1950 jusqu’au début des années 1960, les productions de ce type de film de sont faites naturellement beaucoup plus rares et la plupart des films jusqu’alors en circulation sont sortis des catalogues les années suivantes. Certains d’entre eux sont devenus caduques avec le changement de statut des territoires décolonisés ; d’autres ont été remplacés par d’autres films sur d’autres sujets jugés plus importants.

Le fonds actuel de la CCEP comprend des films datant de catalogages de différentes époques, et propose donc de nombreux films diffusés entre les années 1930 et 1960 dans les écoles.

Un fonds accessible pour les chercheurs

L’un des principaux défis pour médiatiser les collections de la CCEP est d’ordre technique : la Direction des Bibliothèques Universitaires ne dispose pas d’une plate-forme qui serve de vitrine à ces collections particulières. La construction d’une bibliothèque numérique était en projet dans l’établissement, mais la résidence CollEx-Persée et l’accueil d’une chercheuse au sein de la bibliothèque ont permis de concevoir cet outil en lien très étroit avec les utilisateurs finaux, c’est-à-dire la communauté des chercheurs. En croisant l’expertise des professionnels de l’information scientifique et technique et les pratiques de recherche, le travail en collaboration avec une chercheuse permettra de valider les orientations et de créer un véritable écrin numérique pour les collections de la CCEP.

L’objectif de ce projet était donc la mise en ligne d’une bibliothèque numérique, outil de diffusion et de valorisation de ce fonds remarquable.

Un livrable reposant sur des standards ouverts et qui s’appuie sur des référentiels transdisciplinaires

Pour réaliser cette bibliothèque numérique, la Direction des Bibliothèques Universitaires s’est tournée vers le logiciel libre Omeka-S, qui bénéficie d’une communauté d’utilisateurs vivante et riche, et qui permet surtout de s’appuyer sur les technologies du web sémantique. Ainsi, tout en donnant une meilleure visibilité au fonds, la présentation via Omeka-S a permis de travailler sur l’indexation de la collection. Le logiciel nous a permis d’appuyer la description des collections sur des référentiels largement partagés (FOAF, Schema), mais aussi sur des référentiels plus précis, puisque les notices de ressources cinématographiques demandent un référencement différents des ressources bibliographiques (concernant notamment les différents métiers listés dans les fiches techniques des films, ou concernant les formats de projection). L’adoption de ces standards du web sémantique permettront également, au moment de la mise en ligne du site de la bibliothèque numérique de la Sorbonne Nouvelle à la fin de l’année, de donner plus de visibilité à ces collections en les liant à d’autres.

A terme, le projet KINOPEDIA permettra également d’expérimenter l’implémentation du protocole IIIF dans le projet de bibliothèque numérique. En suivant les évolutions de la communauté sur le sujet des ressources audiovisuelles, nous pourrons permettre une facilité d’accès et de réutilisation à ces contenus, qui iraient dans le sens d’une valorisation du fonds dans son ensemble (expositions thématiques numériques, illustrations dans des carnets de recherche en ligne…), par-delà les seuls films du corpus Kinopedia.

Une incitation à des approches plurielles du fonds

Bien plus que de migrer des documents audiovisuels, la conception de cette bibliothèque numérique, telle que nous l’avons envisagée, s’est donné pour but de fournir au chercheur un outil riche. En exploitant la richesse des métadonnées relevant du catalogue, nous permettons aux chercheurs d’exploiter des données géographiques, temporelles ; en liant nos données à des bases extérieures (comme Wikidata), nous pouvons proposer une interrogation croisée, et, au besoin, accompagner l’utilisation par les chercheurs de ces outils. Si cette description riche permet d’illustrer le contenu des films, elle permet également de les analyser sous d’autres points de vue (économie du film, analyse de réseaux…) que leur thématique propre, et ainsi de mettre en valeur l’intérêt multiple d’un fonds comme celui-là, à l’origine conçu à des fins pédagogiques. Le travail sur le corpus Kinopedia issu de la collection a également été l’occasion de travailler sur le déploiement d’identifiants pérennes (de type DOI) pour ces documents, qui permettent de les citer et de les réutiliser plus simplement. Cette résidence CollEx-Persée, qui nous a offert les conditions de possibilité de nous réunir aujourd’hui, nous laisse le temps et l’espace de réfléchir à de nouvelles manières de valoriser une collection de films trop peu consultée tant par les étudiants que les chercheurs.

Une journée d’étude pour croiser des problématiques communes

Le travail engagé depuis le mois de septembre 2022 a permis de soulever un certain nombre de questions ou de problématiques partagées par différents fonds constitués de collections de films pour l’éducation. En effet, comme le montrera plus précisément Frédéric Rolland, la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public souffre d’un manque de visibilité, dû à la fois à son histoire (déménagements successifs qui n’ont pas facilité son identification, naissance de la radio et télévision scolaire dans les années 1950, etc.) et au manque d’intérêt porté par la communauté des chercheurs au cinéma pédagogique – bien que, comme le montrera Pascal Laborderie, cet intérêt semble grandir à nouveau depuis quelques années ; cette journée d’étude pourrait en être un témoin. Cette journée d’étude souhaite donc poser à la fois la question difficile de la conservation de ces collections de films – ces films étant tous des copies, les espaces de stockage étant partout de plus en plus restreints, et les conditions de conservation demeurant coûteuses – et celle de leur possible diffusion : si l’État était acquéreur des films, il n’en était pas producteur et la possibilité de montrer ces films est aujourd’hui conditionnée à une série de problématiques liée à la chaîne des droits à éclaircir avant chaque projection, ce qui ne facilite pas, en dernier lieu, la valorisation de ce patrimoine spécifique. Pour discuter de ce sujet, cette journée d’étude accueille la parole d’Emmanuelle Devos, directrice de la Cinémathèque Robert-Lynen, créée en 1926 sous le nom de Cinémathèque scolaire de Paris, qui reviendra sur les principes fondateurs de cette cinémathèque, particulièrement dans son rapport fondamental aux jeunes publics. Nous écouterons aussi Frédéric Rolland, qui présentera la CCEP, son histoire en tant que cinémathèque de circulation diffusant les films dans les écoles et son développement aujourd’hui comme collection vivante conservée à la DBU de la Sorbonne Nouvelle, puis Laurent Garreau, qui fut longtemps responsable du fonds de la télévision scolaire à Canopé (ex-CNDP), et qui racontera l’origine et les actions de cette institution. Ces acteurs seront mis en dialogue dans la suite de la journée durant une table-ronde questionnant l’avenir de ces collections et leur valorisation, aux côtés d’Antoine Ravat, programmateur à la Cinémathèque de Saint-Étienne, première cinémathèque créée en France en 1922 à partir de fonds pédagogiques, et Julie Cazenave, archiviste de l’association DodesKaden qui a récupéré à Marseille des collections de films issues des fonds des cinés-clubs de la Ligue de l’Enseignement, qui proposait jusqu’aux années 1980 des séances parascolaires d’éducation populaire.

Par-delà la question spécifique des fonds, c’est également l’usage scientifique et l’apport historique des films éducateurs que cette journée d’étude souhaite interroger. Un deuxième temps de communication permettra de découvrir, avec Pascal Laborderie (Université de Reims Champagne-Ardennes), l’histoire des fonds de la Ligue de l’Enseignement et de questionner le manque de considération accordé à certaines filmographies de “faiseurs” de films éducateurs, jamais considérés par la critique cinématographique comme des “auteurs” dignes de ce nom. Nadège Mariotti (Université de Lorraine) évoquera ensuite, à partir d’un corpus de films sur la sidérurgie présent dans le fonds de la CCEP, l’importance de la numérisation des films pour les chercheurs et l’impact que celle-ci a sur le travail de recherche lui-même. Nicolas Palluau (Centre Norbert Elias, Université d’Avignon), enfin, discutera à partir d’un corpus de films de scoutisme la place de l’éducateur par rapport au groupe d’enfants et les enjeux de discours que cette représentation soulève dans les films.

Une seconde table-ronde portera la discussion sur les enjeux contemporains de la numérisation des patrimoines filmiques à des fins de conservation et d’accessibilité des films. Dans ce cadre, Pascal Laborderie présentera le projet “e-dem-films” qu’il souhaite porter avec d’autres partenaires européens pour le développement d’une plateforme offrant un accès élargi et démocratique aux films éducateurs, qui pourront être exploités comme objets historiques ou comme outils pédagogiques. Stéphanie Ange présentera ensuite la plateforme DIAZ de l’association Diazinteregio, base de donnée développée pour la recension du cinéma amateur grâce à la coopération de différentes institutions nationales (Ciclic, Cinémathèque de Bretagne, Normandie images, rejointes par la suite par d’autres initiatives). Cette base de données, qui peut évoluer selon les besoin des archives associées, a pour objectif de donner accès aux films amateurs numérisés par ces différentes institutions. Vincent de Lavenne présentera ensuite les grandes lignes de la Bibliothèque Numérique de la Sorbonne Nouvelle, qui servira de portail aux collections numérisées de la CCEP. Cette rencontre sera l’occasion de confronter des logiques d’accès aux collections numériques et des méthodologies de recensements et de développement des métadonnées.

Nous espérons que cette journée sera l’occasion de faire le point sur quelques questions importantes qui ont surgi durant ces derniers mois de cette résidence CollEx-Persée au sein de la CCEP et que les discussions permettront l’établissement de nouvelles collaborations entre différents établissements ou différentes recherches et initiatives.



Citer ce billet
Mathilde Rouxel (2022, 31 août). Mathilde Rouxel, Vincent de Lavenne, Introduction à la journée d’étude “Collection de films pour l’éducation : histoire, circulation, avenir” Kinopedia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qm0h

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search