Nicolas Palluau, La représentation de l’éducateur·trice postscolaire dans le cinéma de fiction de l’entre-deux-guerres

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

En 1927, l’école normale de jeunes filles de Rodez organise la formation de ses élèves au cinéma éducateur. Les séances qu’elles animent mêlent causerie, poésie, projection cinéma et chœur chanté dans un spectacle total dont la recherche d’efficacité ne fait aucun doute : « il faut vulgariser des notions peu familières à l’auditoire et sur lesquelles il est essentiel qu’il ne fasse pas de confusion dangereuse1. » A l’autre borne chronologique de cette étude, on note l’usage courant du projecteur dans l’enseignement tel qu’il est représenté, comme dans le film Blackboard jungle sorti en 19552. Le comédien Glenn Ford y joue un enseignant d’un lycée difficile dans un quartier pauvre de New-York qui mobilise ses élèves par le cinéma éducateur. Que s’est-il passé entre ces deux dates pour qu’une pédagogie de l’image et du son vienne banaliser la représentation du professeur à l’écran utilisant dans son enseignement ce dispositif ? Comment une telle mise en abyme dont la réforme pédagogique est le point commun a-t-elle pu opérer ? Pour tenter d’y répondre nous proposons de décaler le regard, moins vers la salle de classe devenue salle de projection, que vers l’extérieur de l’école. A travers l’enjeu du plein air éducatif, il convient d’étudier comment l’écran représente les éducateurs dans les pratiques extra scolaires afin de discuter la pertinence de cette représentation.

Question sociale et western pédagogique

Il est significatif de voir agir à l’écran les chefs scouts catholiques dès la fin du muet. En pleine expansion quantitative et qualitative, le scoutisme offre aux adolescents une pédagogie et un imaginaire de l’aventure. En 1927 sort Cœurs héroïques, produit par la société Isis films lié à la Bonne presse. Un héritier incarné par le jeune comédien Jean Forest (1912-1980) est contraint de travailler en atelier avant de se rendre coupable d’un larcin. L’affaire découverte empêche le mariage de sa sœur avec son promis, la famille étant souillée par la flétrissure morale. Mais le garçon qui est devenu scout sauve lors d’un camp d’été en montagne –près de Lourdes, naturellement- celui qui finalement va devenir son beau-frère. Sorti en 1930, Nino scout de France est de la même veine. Tourné en amateur avec l’appui des paroisses, il narre la découverte par un garçon de la banlieue ouvrière de Gentilly de la fraternité scoute. Produits dans le cadre de la reconquête des banlieues ouvrières par l’Eglise, ces deux films bénéficient d’une large diffusion dans le réseau des patronages catholiques. Leur solidité didactique est au carrefour de la question sociale et de la mise en scène d’aventures de groupes d’enfants. Mais ces films montrent assez peu les éducateurs. Les patronages catholiques montrent les adolescents –rarement des filles- « auto-organisés » grâce aux méthodes du scoutisme des petites équipes et de l’engagement individuel. L’éducation nouvelle trouve là ses adaptations cinématographiques. On doit l’investissement des Scouts de France dans ces productions à Paul Coze (1903-1974). Ce commissaire national est la figure clé de leur imaginaire extra-européen. Comme jeune chef après 1918, Coze est marqué par sa rencontre avec le monde amérindien sur lequel il se documente et consacre un ouvrage aux Indiens des plaines d’Amérique du Nord. Puis il est missionné par Paul Rivet, directeur du Musée de l’Homme, pour des collectes ethnographiques aux Etats-Unis et au Canada. Le film Nino scout de France montre Paul Coze dans son propre rôle de chef de troupe dans la séquence significative de la promesse scoute du jeune héros, entrée symbolique dans la fraternité des jeunes. En metteur en scène du western pédagogique, Coze est l’ordonnateur du rituel adolescent qui va transcender la question sociale par l’imaginaire scout. Le film assume sa fonction d’œuvre de propagande destinée à soutenir la fondation de nouvelles troupes. L’éducateur scout catholique tranche alors avec la représentation au cinéma des enseignants tels ceux de Zéro de conduite (1933). Dans ce film, seul un éducateur est proche des élèves de cet internat-prison –secondaire, précisons- d’où ne peut sortir que la révolte. Le surveillant Huguet est incarné par le comédien Jean Dasté (1904-1994) imitant la corporéité d’un Chaplin par ses accessoires emblématiques de la canne et du melon.

Educatrices civiques et sociales

L’écran parlant montre des éducateurs scouts davantage présents. D’autant qu’on y montre l’action de personnages féminins. Tel le film Promesses tourné en 1935 et sorti en 1939 dans le circuit commercial. La jeune comédienne Madeleine Robinson (1917-2004) y incarne une cheftaine de louveteaux rencontrant un jeune chef de troupe. La promesse scoute est ici mise en miroir avec la promesse de mariage des deux épris. Comme avec les films muets, la rencontre des classes reste la trame de fond qui se double d’une romance sentimentale plus conforme à la distribution commerciale. C’est à l’éducatrice post scolaire que le cinéma de Front populaire rend hommage en 1937 avec le tournage de Jeannette Bourgogne qui sort l’année suivante. La jeune comédienne Blanchette Brunoy (1915-2005) campe une institutrice transfuge de classe élevée socialement par l’enseignement primaire jusqu’à l’école normale de Dijon. Patronné par le Syndicat national des instituteurs et la Ligue de l’enseignement, le film est tourné en Côte d’Or. Il montre l’encadrement de l’enfance populaire au sein des oeuvres périscolaires de l’Ecole publique mais repose sur une réprésentation datée de ces oeuvres, liée aux campagnes dont il faut ralentir l’exode rural. L’ascension sociale a comme aboutissement l’apostolat laïque, d’autant que l’héroïne ne rencontre pas l’âme soeur dans le film. Moins connu est le projet de film de René Clair, Air pur, dont le tournage est mis en chantier le 17 juillet 1939. Arrêté par l’entrée en guerre le 3 septembre, le film reste à l’état de projet. Tourné en région parisienne, en Corrèze et dans le Var, le film est produit par Edouard Corniglion-Molinier, producteur de Drôle de drame (1937) et d’Espoir (1939). Sur le tournage, Robert Bresson n’est pas assistant de René Clair mais a seulement été présent sur le tournage deux après-midi3. Air pur met en scène une assistante sociale Yvonne (Elina Labourdette) accueillant Ernest (Jean-Marie Boyer) un garçon dans la colonie de vacances qu’elle dirige. Accusé de vol de voiture lorsqu’il entre dans l’établissement, le garçon se rachète mais tombe amoureux de la directrice. Ici encore, le mineur délinquant accède à la rédemption par l’action éducative extrascolaire. La présence féminine dans ces films rappelle précisément la promotion par la journaliste Juliette Pary des stages de moniteurs de colonies de vacances qui débutent dès le printemps 1937 grâce à l’initiative. « Au joyeux soleil de mai, ces jeunes institutrices apprennent les mouvements et les jeux qu’elles enseigneront à leurs petits élèves » écrit Juliette Pary dans la presse de gauche4. Et significativement, les premiers stages des Centres d’entraînement, encouragés par le ministère, accueillent un public en formation majoritairement féminin, 57% à Beaurecueil et 59% à Breteuil en 1937, 52 % à Breteuil en 1938, 79 % à L’Haÿ-les-Roses en 19395. La vocation éducative n’apparaît pas déconnectée de sa représentation à l’écran. L’engagement socioéducatif en démocratie développé par ces films dialogue avec la production américaine contemporaine de Frank Capra, Mister Smith goes to Washnigton (1939). Un jeune homme naïf croyant aux valeurs de la démocratie américaine résiste au clientélisme de sénateurs véreux. Joué par James Stewart, incarnation de l’Américain moyen, il avance accompagné dans sa croisade civique par un bataillon d’adolescents cousins des Scouts déroulant derrière Smith leurs joyeuses panathénées.

Auto-organisation des jeunes loin des adultes ?

Mais en France il n’est pas toujours nécessaire de porter les éducateurs à l’écran, surtout quand, dans les Auberges de jeunesse, l’éducation populaire se fait sans eux. C’est ce que filment Jean Benoît-Lévy assisté de Jean Epstein dans le documentaire Vive la vie (1938)6. Il raconte l’histoire d’un jeune ouvrier découvrant le monde des Auberges comme antithèse de l’usine, joué par le militant ajiste Pierre Ollier de Marichard. On tourne dans des auberges aux décors régionaux bien campés, la montagne savoyarde à Saint-Gervais, les collines de la Provence rurale à Saint-Saturnin-les-Apt dans le Vaucluse et sous les platanes à Allauch dans les Bouches-du-Rhône. Le cinéaste le plus proche de l’école publique, Jean Benoît-Lévy est bien celui qui dépeint avec Vive la vie une auto-organisation des jeunes dans la République fraternelle qu’est l’Auberge, aux teintes joyeusement anarcho-syndicalistes. D’autant qu‘en Auberges, les cadres éducatifs se nomment «père aub‘» et «mère aub‘», signifiant peut-être le hasard qui existe à enseigner la révolution par l’évocation même symbolique de la stabilité familiale.

Faute d‘éducateurs, peut-être est-ce cela qui replace les jeunes eux-mêmes devant la caméra, d’autant que nombre d’entre-eux gravitent déjà au sein de la militance culturelle, sociale et politique du théâtre d’“agit-prop“. Cher aux frères Prévert du Groupe Octobre et à Sylvain Itkine du Groupe Mars, leur idéal confond l’acte théatral et politique en un tout subversif, antimilitariste et antiautoritaire, d’autant que le compagnonage avec le Parti communiste reste complexe. Citons Dina Vierny, militante ajiste, muse du photographe Pierre Jamet et du scuplteur Aristide Maillol. Elle tient un petit rôle dans Altitude 3200 de Jean Benoît-Lévy (1938), film sorti dans le circuit commercial qui montre la limite de l’auto-organisation d’un groupe de jeunes intellectuels dans un chalet de montagne. Ou bien Marcel Mouloudji, découvert avec son frère André par le mécène du Groupe Octobre Marcel Duhamel. Marcel Mouloudji joue un des trois élèves par qui le scandale éclate dans Les disparus de Saint-Agil (1938) devant l’enseignant le plus sympathique de l’établisssement, le professeur d’anglais joué par un Allemand, Eric Von Stroheim.

Ce cinéma de l’idéal du plein air éducatif dédaigne à faire école artistique. Alors que la culture scolaire portée à l’écran peut s’adosser à l’institution, la chose est plus difficile avec les mouvements de jeunesse, d’autant que ceux-ci s’adonnent souvent à des œuvres de propagande datées. Il en ressort des figures d’hommes et de femmes en situation de médiation placés devant l’enfance douloureuse, dispositif qu’affectionne le cinéma commercial mais aussi le plus propice à diffuser les modèles éducatifs, les imaginaires et la pédagogie différents de ceux de l’école et de la famille.

1 M.-T. Péhore, « L’Ecole normale et l’Enseignement post-scolaire cinématographique » Revue pédagogique 1927, p. 437-442

2 Long métrage américain de Richard Brooks (1955) sorti en France sous le titre Graine de violence.

3 R. Bresson, Entretiens. Rassemblés par Mylène Bresson, Paris, Flammarion, 2022, p. 21. P. Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire 1935-1938, Paris, Plon, 1994, p. 768.

4 J. Pary, « Eduquons les éducateurs », Marianne, 5 mai 1937, p. 1.

5 AD Val-de-Marne 512J-668.

6 40‘



Citer ce billet
Mathilde Rouxel (2022, 29 août). Nicolas Palluau, La représentation de l’éducateur·trice postscolaire dans le cinéma de fiction de l’entre-deux-guerres. Kinopedia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qm0g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search