Frédéric Rolland, Histoire de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public

Actes de la Journée d’étude “Collections de films pour l’éducation. Histoire, circulation, avenir” organisée le 15 avril 2022 à l’INSPE de Paris, site de Molitor.

Visionnage d’un film issu de la collection de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public dans les locaux de la DBU de la Sorbonne Nouvelle (crédits : Frédéric Rolland)

La Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public est aujourd’hui un fonds spécialisé de la Direction des Bibliothèques de l’Université Sorbonne Nouvelle.

Cette cinémathèque a été cédée en 2010 par le réseau Canopé (anciennement dénommé CNDP) qui reste un partenaire conventionnel qui, en parallèle, en exploite les films numérisés.

À un premier niveau, les autres partenaires sont le dispositif Medfilm de l’université de Strasbourg (pour les films médicaux) et Gallica (portail de la Bibliothèque Nationale de France) avec un partage de liens vers certains films.

Il s’agit d’une collection de films dits « pédagogiques », c’est-à-dire principalement de documentaires ou de films didactiques sur des thèmes et matières scolaires très divers, de l’Histoire à la médecine en passant par les mathématiques, les sciences physiques et naturelles, les langues, la littérature, les arts (dont le théâtre, le cinéma ou la sculpture), la biologie, la sociologie, etc. mais également des films d’animations ou prophylactiques.

Cette cinémathèque de l’enseignement public compte aussi de nombreux titres liés à l’enseignement technique comme l’électricité, l’agriculture, le bâtiment ou même, par exemple, l’aviation à travers le Brevet d’Initiation Aéronautique.

Le fondssouffre cependant aujourd’hui d’un manque de notoriétéet il est trop souvent confondu avec la Cinémathèque Universitaire (association qui diffuse des films à la Sorbonne-Nouvelle) ou encore avec le réseau Canopé dont il est issu et parfois même, mais c’est plus rare, avec la Cinémathèque Robert Lynen avec qui il a été voisin dans un lointain passé.

Il est plus problématique qu’il soit souvent oublié des historiens alors que cette cinémathèque fut une des plus importante de France par le nombre de copie prêtés ou même les volumes présents dans les magasins de la Cinémathèque Centrale entre 1920 et 1996.

L’étude de la genèse du cinéma éducatif est cependant un objet de recherche connu. La télévision scolaire, dont Canopé garde la mémoire, l’est également par divers travaux et journées d’études. On s’intéresse à l’histoire des ligues de l’enseignement, à la réception des films par les jeunes publics mais bien moins aux réseaux ministériels de diffusion des films par leurs cinémathèques « centrales » sans même parler de l’histoire complexe de la généalogie des dépôts locaux.

L’accompagnement professionnel et scientifique d’une nouvelle vague de création de cinémathèques locales et thématiques se fait, selon moi, en contrepoint de la perte de mémoire sur ce sujet comme d’autres à propos des ciné-clubs, les grandes sociétés éditrices ou productrices (dont celles liées à l’énergie), le marché des films d’édition (c’est à dire pour les particuliers), des collectionneurs de films, etc.

Les établissements cités dans l’annuaire du format réduit1 en sont la parfaite illustration et je ne fais pas allusion aux cinémathèques des ambassades, ni aux grands distributeurs français ou américains mais aux innombrables structures avec des catalogues éducatifs.

Il y a de nombreux paramètres qui expliquent cela dont la donnée fondamentale de la dissipation des témoins, des acteurs de la vie de la distribution des films dans les réseaux non commerciaux ou à l’école.

Sans même parler des réseaux de diffusion itinérants ou des cinémathèques locales, nombre d’écoles commençaient à être équipés de projecteurs dès le milieu des années 1930.

Combien de copies aujourd’hui dans des centres d’archives, petits ou grands, ont-ils les cartons qui se sont succéder de Cinémathèque Centrale du musée pédagogique, Cinémathèque de l’enseignement ou Cinémathèque centrale de l’enseignement public sans que cela interroge y compris sur les usages et la circulation du film argentique en classe même bien après la télévision scolaire.

Appelée par usage, « CCEP », cette cinémathèque plus que centenaire dispose pourtant de ressources parfois uniques qui, passé l’a priori lié à la finalité scolaire ou éducative de ces films « obsolètes » comme supports pédagogiques, doit aujourd’hui retrouver sa place ne serait-ce que d’un point de vue historiographique.

Il s’agit, par ailleurs, aux « marges du cinéma », de la fonction première de ces films d’être des outils éducatifs, de témoignages sur la vie et les mœurs d’autrefois sur des thématiques parfois relativement pointues et donc aujourd’hui précieuses.

La CCEP propose aujourd’hui un catalogue d’environ 2510 titres de films concrètement présents à travers des copies en support 16mm (90%) ou 35mm (10%) et réalisés entre 1920 et 1989.

380 000 euros ont été dépensés par la Sorbonne Nouvelle uniquement en frais de numérisations entre 2012 à 2021 même si nous avons eu 2000 euros de la BNF l’année dernière.

À ce jour, plus de 1018 films sont accessibles via l’interface documentaire de la Direction des bibliothèques de la Sorbonne Nouvelle et suivant diverses modalités via des structures partenaires.

Environ un quart de ces films numérisés sont téléchargeables par tous car considérés en PPE (Pleine Propriété de l’État) ou, dans quelques trop rares cas, en Open acces (dans le domaine public souvent étranger). Pour les autres, ils sont juste considérés en « droits éducatifs » comme à l’époque de leur acquisition publique à des fins éducatives et non commerciales. L’accès à ces films est alors, dans ce cas, réservé à une consultation pour la recherche après une identification réservée aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle, ceux en partenariat ou simplement les utilisateurs qui s’inscrivent à la bibliothèque.

Un contact direct est cependant possible y compris pour les professionnels qui utilisent souvent l’interface d’accès aux archives audiovisuelles de Canopé2 ou les chercheurs des autres universités.

Les films, non numérisés, uniquement en supports argentiques sont eux consultables par tous sur rendez-vous sur des tables de visionnage.

Le personnel directement impliqué est donc de 1,1 ETD mais, outre une résidente pour l’année universitaire 2021-2022, d’autres personnels sont concernés.

Collections de films de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public, DBU Sorbonne Nouvelle, 8 avenue de Saint-Mandé, 75012 Paris. (crédits : Frédéric Rolland)

Aux origines du fonds

Fixer des jalons n’est d’ailleurs pas chose simple au sujet, tant on pourrait discuter des détails de la chronologie du cinéma éducateur, dont les premiers acteurs sont assez nombreux.

Selon Georges-Michel Coissac, cité par Christophe Gauthier dans la thèse de Pascal Laborderie3 : la première séance de cinéma d’éducation populaire« aurait eu lieu le 25 mars 1899 à Paris, sur l’initiative de l’œuvre française des conférences populaires ». Pascal Laborderie, précise que « en 1907, le cinématographe fait son entrée dans une école primaire (rue de Vitruve dans le 13ème arrondissement de Paris)4».

Il existait déjà dans les années 1910 des catalogues de films éducatifs en location chez Pathé, Gaumont, Eclair, Eclipse5. Un peu partout dans le monde le cinéma s’installe comme moyen d’éducation légitime donc assez souvent « officiel ».

Entre 1909 et 1929, Gaumont propose la quasi-totalité de sa production documentaire pour les écoles à travers L’encyclopédie Gaumont6. À partir de 1913, tous les grands lycées parisiens sont équipés de projecteurs de films ainsi que de grands établissements de province comme l’École nationale professionnelle de Vierzon7.

Au sortir de la Grande Guerre, il est à souligner un glissement de l’usage des films scientifiques comme, par exemple, ceux de Microcinématographie du Dr Jean Comandon pour Pathé entre 1909 et 1914, vers un usage pédagogique et éducatif en parallèle de ce qui est en train de s’établir comme les codes du film « documentaire » eux même dans la continuité des « vues » des frères Lumière.

En 1915-1916, il est décidé par le ministère de créer une « commission spécialement chargée de rechercher les meilleurs moyens de généraliser l’utilisation du cinématographe dans les différentes branches de l’enseignement » dont le rapporteur est Auguste Bessou8.

Alors que le service cinématographique des armées naissait en 1915, l’ouverture de la cinémathèque du musée pédagogique a finalement lieu en 1920.

La création des cinémathèques éducatives et scolaires s’inscrit dans la continuité des services de prêt du matériel pédagogique du musée pédagogique. En effet, la bibliothèque centrale créée, en mai 1879, par Jules Ferry et Fernand Buisson9 ouvre en 1896, dans le cadre du Musée pédagogique, un service de prêt des vues fixes pour les lanternes de projections.

Créé en 1920 comme un nouveau service au sein du Musée pédagogique cette cinémathèque dite de « circulation » est historiquement l’une des toutes premières de France. Sa raison d’être fut de mettre à disposition, sous la forme de prêts de copies, de films pour les enseignants, de la maternelle à l’université mais également des organismes éducatifs ou de formation dont des écoles normales ou professionnelles.

L’enveloppe de départ pour l’acquisition titres et copies est considérable avec un budget de 250 000 francs10.

À l’ouverture 1100 titres (en 35mm) sont immédiatement disponibles en prêt gratuit.

Bobine de film de la collection de la CCEP. Les films étaient mis à disposition en prêts gratuits. (crédits : Frédéric Rolland)

Celle-ci étant rapidement incapable de répondre à la demande croissante, des stocks régionaux, des « filmothèques », sont créés dont le premier, à Lyon, en 1922.

Cette ressource ne fut donc pas la seule en France et un réseau décentralisé de cinémathèques d’enseignement se développa principalement entre 192511 et les années 1970-1980 où une part des stocks de copies de la Cinémathèque centrale furent ventilées dans les académies au niveau des CRDP (Centre Régionaux de Documentation Pédagogique) en complément de ce qui existait déjà à travers, par exemple, les Offices régionaux du cinéma éducateur.

D’autres établissements ouvrent dans ce contexte comme, en 1921, la cinémathèque de Saint-Étienne, début 1926 celle de la ville de Paris (qui deviendra, après la seconde guerre mondiale, la Cinémathèque Robert Lynen) ici représentées, puis celle du Ministère de l’Hygiène et de l’Assistance et de la Prévoyance sociale, etc.

Le nombre d’établissements scolaires équipés se multiplie puisque qu’on estime qu’il existe de 10 à 12000 projecteurs dans le service public en 192912. Des auteurs se spécialisent alors sur ce marché du film documentaire à « visées scolaires » comme Jean Benoît-Lévy, à travers sa société L’édition française cinématographique.

En 1932, sur la recommandation de la Société Des Nations est créé le CNDP, le Centre National de Documentation pédagogique auprès du Musée pédagogique.

Partout en France, les cinémathèques éducatives initialement créées pour le temps des séances périscolaires et postscolaires, se développement en parallèle ou en support de la création des Offices régionaux du cinéma éducateur qui deviennent, en 1933, l’Union Française du Cinéma Éducateur Laïque (l’UFOCEL).

La mouvance de la Ligue de l’Enseignement compte, en 1939, 2,5 millions d’adhérents qui sont exposés aux idées politiques du Cartel des gauches, puis du Front populaire. Bien que disposant d’un premier catalogue en 192213 de copies en propre, c’est aux cinémathèques publiques que les offices laïques demandent, le plus souvent, leurs films. Les personnels des ministères de l’agriculture, des colonies, de la santé et donc de la Cinémathèque de l’enseignement public qui travaillaient déjà directement avec les écoles publiques sont, eux aussi, des « hussards de la république » et leur idéologie est donc parfaitement compatible avec la ligue de l’enseignement.

Il existe donc un très grand nombre d’organismes publics ou privés, aujourd’hui oubliés (comme la Cinémathèque centrale de l’enseignement catholique), qui louent et parfois vendent des films et l’outil se banalise à partir de 1934 et leur nombre va aller croissant jusqu’aux années 1960-1970 avant des disparations, dès 1982, avec la concurrence de la vidéo comme support.

La télévision scolaire, qui s’est développée dès l’Après-guerre a, de son côté, été l’objet d’études, de publications14 15. Ce fonds d’archives audiovisuelles nommé « Cinémathèque Antenne » est aujourd’hui toujours gérée par le réseau Canopé à Chasseneuil du Poitou. Il s’agit d’une ressource assez connue16 mais il n’y a rien ou presque concernant le fonds de la CCEP.

On pourrait faire le même constat en comparaison des publications plus présentes sur la réception du cinéma dans les ciné-clubs, les ligues de l’enseignement ou de l’école à travers les dispositifs « école et cinéma ». Rares exceptions de la période de l’entre-deux guerres abordée sur des axes transversaux à travers les publications de Valérie Vignaux17 ou Pascal Laborderie.

Les nombreux changements de tutelles ou la multiplicité des cinémathèques éducatives n’aident pas à circonscrire et percevoir la singularité de Cinémathèque centrale de l’enseignement public.

La CCEP a, en effet, successivement dépendu des organismes étatiques chargés d’élaborer et de distribuer des ressources pédagogiques, qui ont plusieurs fois changé de noms mais aussi d’adresses. Tour à tour, le fonds a fait partie : du Musée de pédagogique (qui d’ailleurs existe toujours aujourd’hui à Rouen), du CNDP (le Centre National de Documentation Pédagogique), de l’IPN (l’Institut Pédagogique National) ou encore l’OFRATEME (l‘Office Français des Techniques Modernes d’Éducation). En 2010, le SCEREN CNDP, devenu depuis Réseau Canopé, fait don18 de cette ressource à l’Université Sorbonne Nouvelle et établit une convention de partenariat avec elle.

Il en est de même pour les localisations physiques et les nombreux déménagements.

En 1940, le service est replié sur Azay-le-Rideau19 dans le département de l’Indre-et-Loire avant qu’en 1941 le format 17,5mm est interdit par Vichy et que la cinémathèque retourne à Paris.

En 1956, (alors que c’est peut-être un âge d’or pour le film scolaire en format 16mm), lorsque le CNDP devient l’IPN (l’Institut Pédagogique National), le fonds « la section du prêt » déménage du 29 rue d’Ulm au 4 rue des irlandais (qui est aujourd’hui est La Maison de la recherche de l’université Sorbonne Nouvelle).

Précédemment elle a occupée plusieurs locaux dont au 14 rue de l’Odéon Paris 6ème et au 60 Bd du Lycée à Vanves20.

En 1960, la Cinémathèque de l’enseignement technique21, au 85 rue de Vaugirard, aujourd’hui complètement oubliée, est absorbée par la cinémathèque centrale.

La télévision scolaire prend une place plus importante à partir de 1962 avec la création de la RTS – Radio Télévision Scolaire même si elle existe depuis l’immédiat après-guerre.

En 1967, la Cinémathèque de l’enseignement public déménage à nouveau à Montrouge22.

Un important volume d’activités

Il faut cependant noter que le CCEP va rester le principal organisme de ce type en France dont par le nombre de copies. Les films sont prêtés à d’autres cinémathèques ce qui nourrit également la confusion.

À la fin des années 1970, la cinémathèque centrale atteint son pic de fonctionnement avec environ 5000 copies prêtées par semaine pour la seule cinémathèque « centrale » avant, qu’à partir des années 1980, la concurrence de la vidéo (en particulier comme support de prêt) ne ralentisse ses activités.

En 197723, il y a 6000 usagers abonnés (établissements, organismes divers) pour 2000 titres d’un total de 32000 copies et 220 000 demandes pour la seule distribution centralisée sachant, outre les cinémathèques locales, qu’il existait une cinémathèque interne (« médiathèque ») du nom du responsable Jacques Beaujeanqui valorisait directement des titres.

À cette époque le rythme de travail des personnels était si soutenu que le surnom de la Cinémathèque Centrale de l’enseignement Public était le « Stalag »24. En plus de l’intensité du travail, de la fermeté des chefs d’ateliers, ce surnom venait de l’aspect extérieur des préfabriqués en bois à l’extérieur des bâtiments sur le site de Montrouge exposés à de fortes amplitudes thermiques. De nombreux employés travaillaient pour la cinémathèque centrale puisque, outre les expéditions, le contrôle des copies était long et fastidieux.

Vers 1979-1980, le stock comprend 40 000 copies, 3000 titres de 100 à 200 demandes par jour traités par 28 personnes avant une fonte des effectifs corrélatives à la celle de la demande et la monté en puissance de la vidéo avec, en 1986, la naissance de 113 vidéothèques « image à lire ».

Le nombre de titres semble lui être resté relativement stable depuis les années 1950 avec les nouveautés qui remplacent d‘anciens titres qui étaient désherbés une fois par an. Il y avait parfois jusqu’à 25 ou même 30 copies de certains titres très demandés.

Dans le milieu des années 1990, à l’instar de la Cinémathèque Centrale en 1996, les établissements locaux comme les cinémathèques départementales vont commencer à disparaître ; leurs copies fusionneront souvent avec ceux des ciné-clubs qui ferment à la même époque. Toutes ces copies dites de « circulations » à l’instar des autres établissements comme l’ECPA qui disposait, comme beaucoup de ministères, représentations diplomatiques et autres des stocks de prêt gratuits disparaîtront au tournant du millénaire faute d’emprunteurs. Ils seront parfois remplacés par de nouveaux supports puis finalement de nouvelles interfaces digitales à l’accès parfois restreint ou payant.

En 2010, le SECREN CNDP est délocalisé à Poitiers et est proposé les copies de la Cinémathèque Centrale à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle.

Après quelques difficultés, c’est environ 5300 bobines pour théoriquement 2744 titres qui se retrouvent stockés sous le bâtiment de Tolbiac à Paris 1 – Panthéon-Sorbonne pour le 16mm et à Censier pour le 35mm où se situaient les bureaux (jusqu’à très récemment et le déménagement sur le site de Nation).

Avec un équivalent temps plein de 2 personnels l’effectif est intégrée à la DBU de Paris 3 qui a la charge de ce fonds dont elle devient propriétaire. Un personnel de Canopé, sera d’ailleurs également détaché jusqu’en 2019 à la DBU ce qui nourrira également des confusion symboliques et réelles y compris en interne à Paris 3 et à Canopé.

Un important désherbage a lieu en 2016 pour toutes les copies surnuméraires concomitamment à une nouvelle vague de destructions qui a lieu dans toute la France pour faire de la place.

En mars 2022, la CCEP disposait de 2237 titres en format 16mm, 265 en 35mm et déjà 8 titres plus qu’en numérique soit 2510 films et donc environ 1060 titres numérisés.

Sur les 2810 références actuelles, il manque cependant environ 295 titres mais si l’on comptait tous les films qui sont passé par cette « cinémathèque de circulation » depuis 1920, c’est probablement des milliers de titres qui manque à l’appel du fait du renouvellement constant des catalogues qui sont d’ailleurs introuvables avant 1952 ce qui pose de nombreuses questions.

Sur le plan de son fonctionnement

Depuis, au moins les années 1950, les dépôts départementaux dont les films sont payés par les conseils généraux complètent, les dépôts régionaux qui existent parfois depuis les années 1920 en plus de ceux des Offices Régionaux des œuvres laïques.

La circulation des titres des films pédagogiques en argentique est donc un fait majeur en France pendant 70 ans avec une « audience » très significative même en comparaison de la télévision scolaire puisque des millions d’enfants sont, chaque année, spectateurs de ces séances scolaires.

Plusieurs régimes de prêt (liés aux droits des films) existaient et même de vente puisque le CNDP vendait aussi, dans les années 1970-1980, des copies dont en Format Super 8. On trouve également trace dans le catalogue de quelques titres de fictions de long-métrages pour lesquels, bien avant les dispositifs école-collège au cinéma, l’État avait négocié les droits comme, par exemple, Les Visiteurs du soir, un film de 1942 de Marcel Carné.

L’abonnement annuel à la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement réservé aux établissements publics ou sous contrats est payant et calculé suivant le nombre d’élèves présents dans l’établissement et le prêt du film, le plus souvent est gratuit.

En 1960, le barème d’une cotisation pour une école élémentaire à classe unique est de 20 francs par an (soit 238 euros de 2022) et pour un Lycée de plus de 2000 élèves de 1000 francs (soit 11914 euros de 2022). De nombreuses exceptions et réductions ont existé. L’enseignement technique et supérieur ont souvent été dispensés de cotisations de même que les petites écoles élémentaires qui disposaient d’une cinémathèque départementale. Les copies étaient expédiées en franchise postale.

Une cinémathèque, même de « circulation », est étroitement liée aux questions éditoriales. Elle conserve des contenus pour les programmations d’aujourd’hui mais est également la trace de celles du passé. Pour les cinémathèques scolaires, le choix d’acquérir des films pour les diffuser dans les classes n’est pas anodin et ouvre la porte à de nombreux sujets de recherche.

Le principe de l’enrichissement des titres passait par les commissions pédagogiques du cinéma d’enseignement qui pouvaient produire des films mais aussi acheter des films de court-métrage initialement réalisés à des fins commerciales. À noter que c’est là un des motifs du volume important de la production de courts-métrages en France avec le principe des premières parties cinématographiques dont la production explose avec l’interdiction du double programme en 1940 ou des productions d’autres ministères (agriculture, coopération, etc.) et organismes publics (EDF, Commissariat à l’énergie Atomique, SNCF, etc.). Une circulaire interministérielle du 30 janvier 195225 insiste cependant sur la rationalisation de la production et invite toutes les ressources de l’État à s’associer. Ce ne sera pas le cas.

Au début des années 1960 de 300 à 400 films étaient évalués tous les ans par la commission interministérielle du film pédagogique26. Au milieu des années 1970, l’introduction des titres nouveaux évince les plus anciens au rythme assez soutenu d’environ 60 titres par an, de même que le rythme des nouveaux tirages allait croissant avec la demande avec le tirage d’environ 2200 nouvelles copies par an.

La production interne et surtout les acquisitions du CNDP ou de l’IPN étaient renforcées par la section production du Centre Audiovisuel (le CAV) créé en 1947 au sein de l’École Nationale Supérieur de Saint-Cloud (qui réalisait des séries destinées à l’enseignement supérieur ou effectuait, par exemple, des doublages de films étrangers. Des titres étaient acquis en Grande-Bretagne, aux États-Unis et ailleurs, y compris, en pleine guerre froide dans les pays de l’Est comme la Pologne en particulier pour des films d’animation. À noter, sur certains sujets comme les techniques ou la prophylaxie des « sponsors » comme la Shell, BP (British Petroleum) ou la firme de dentifrice Colgate.

Des « bancs d’essais » scientifiques étant effectués pour le film d’enseignement à Saint-Cloud où l’on cherchait à évaluer l’efficacité des films sur le public scolaire. Le Centre Audiovisuel de Saint-Cloud fut à l’origine de nombreuses innovations pédagogiques à partir des années 1950 en particulier à travers ou grâce aux moyens audiovisuels car les formateurs sont sous influence des « méthodes américaines ».

Il ne faut d’ailleurs pas oublier qu’une partie significative des films de la Cinémathèque Centrale sont des films destinés à l’apprentissage des élèves des écoles normales ou la formation continue des maîtres comme nous avons pu le souligner lors du colloque Histoire de bobines27. Ce type de films pédagogiques sont aujourd’hui très présents, en particulier dans le domaine des mathématiques, du français mais également à travers des ateliers artistiques ou, en particulier, à la formation et à l’usage des marionnettes.

À part Canopé qui a donc gardé sa « cinémathèque antenne » et qui valorise pour sa part plus directement ses contenus via Gallica (portail de la Bibliothèque Nationale de France), le CERIMES (le Centre de ressources et d’information sur les multimédias pour l’enseignement supérieur) (ancien SFRS, le Service du film de recherche scientifique), qui a été absorbé par Canal U en 2014, met en ligne sur cette interface gérée par la FMSH (la Fondation Maison des Sciences de l’Homme) des films dont la nature est proche de ceux de la Cinématique Centrale de l’Enseignement Public avec une dominante plus liée aux « sciences dures ».

Les ressources sont donc plurielles comme les accès et se chevauchent parfois comme actuellement probablement 10 % au moins des films de la cinémathèque antenne et il faut souhaiter une meilleure collaboration entre les institutions publiques ou privées à ce sujet.

Tables de visionnage pour la consultation des films argentiques de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Direction des Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle, 8 avenue de Saint-Mandé, 75012 Paris. (crédits : Frédéric Rolland)

Conclusion

Le dispositif de projection en argentique a concerné une très grande part les élèves des classes d’âge scolarisés pendant environ 80 ans. L’histoire des cinémathèques éducatives reste donc largement à écrire sur de nombreux plans dont, naturellement, la perspective historiographique et la place de ces ressources éducatives. Au premier rang de celles-ci, la CCEP dont le rôle a été oublié.

L’entrée, la sortie ou le maintien de certains titres au catalogue pose de nombreuses questions. L’importance historique de ces films doit être soulignée en lien étroit avec la notion plus moderne de « médiation » tant par le dispositif que le contenu alors que se pose des questions comme la question des droits et leur censure éventuelle pour des motifs divers.

De nouvelles questions, l’interdisciplinarité est ainsi certainement une clef de lecture fonctionnelle nourrissant l’appétence des chercheurs par le biais d’interrogations sur la didactique de chacune des « matières » pour lesquelles ces documents ont été conçus.

Aujourd’hui, le paradigme de la diffusion numérique donne une nouvelle chance d’accéder aux contenus les plus anciens, devenus « archives », cependant il existe de nombreux « a priori » en lien avec leur ancienneté ou parfois leur caractère dit « pédagogique » mais il faut les dépasser et faire preuve de curiosité pour que revive ces images.

1 Dubuisset D. L’annuaire de programmation en format réduit : répertoire de tout les films 16m/m muets et sonores loués, prêtés et vendus, Ed l’association du 16 m/m, 9ème année, Ed 1947 à 1962. [15 années de catalogues]. Disponible en ligne. Consulté le 25 août 2022. URL : https://www.cinematheque.fr/video/461.html

2 Accessible via l’interface à l’URL : https://www.reseau-canope.fr/archives-audiovisuelles.html

3issac G.-M., Histoire du cinématographe, de ses origines jusqu’à nos jours, Paris, Éditions du Cinéopse, 1925, in Gauthier, C. La Passion du cinéma. Cinéphiles, ciné-clubs et salles spécialisées à Paris de 1920 à 1929, AFRHC/EDC, 1999, p. 34, cité par Laborderie P., Le Film-parabole dans les Offices du « cinéma éducateur » en France dans l’entre-deux-guerres : histoire d’un cinéma de propagande et étude d’un genre cinématographique, Thèse de doctorat en Études cinématographiques et audiovisuelles, dir. Michel Marie, juin 2009, Sorbonne Nouvelle – Paris 3, en partenariat avec l’institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel de Paris, p.34. 510p.

4 Laborderie P., Le film-parabole dans les Offices du « cinéma éducateur » en France dans l’entre-deux-guerres, op. cit. p.36.

5 Aubert M., Delavie P., Lemoigne P., Poupard R., « Les collections pédagogiques et scientifiques des premiers temps (1910-1915) », in Cinéma pédagogique. A la redécouverte des archives, textes réunis par de Pastre-Robert, Dubost M., Massit-Folléa, ENS Editions, 2004, p.24.

6 Delmeulle F., Contribution à l’histoire du cinéma documentaire en France : Le cas de l’Encyclopédie Gaumont (1909-1929), Thèse de doctorat, sous la direction de Michel Marie, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3. 1999.

7 Sentilhes A., « L’audiovisuel au service de l’enseignement : projections lumineuses et cinéma scolaire, 1880-1940 », in La Gazette des archives, n°173, « Le cinéma et les archives », 1996, p.173.

8Laborderie P.,«Les Offices du cinéma éducateur et l’émergence du parlant : l’exemple de l’Office de Nancy », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, n°64, 2011, disponible en ligne, consulté le 25 août 2022URL : http://journals.openedition.org/1895/4373

9 Futur prix Nobel de la paix en 1927 qui fut nommé directeur de l’enseignement primaire par Jules Ferry en février 1879.

10Vignaux V., Jean Benoît-Lévy ou le corps comme utopie, une histoire du cinéma éducateur dans l’entre-deux guerres en France, Ed AFRHC, 2007, p.20.

11 Comme, en 1926, la Cinémathèque de la ville de Paris (future Cinémathèque Robert Lynen).

12Sentilhes A., L’audiovisuel au service de l’enseignement, op. cit. p.177

13Laborderie P., «Les Offices du cinéma éducateur et l’émergence du parlant : l’exemple de l’Office de Nancy »,op. cit.

14 Colloque, en partenariat avec l’université Paris Diderot et le SCEREN-CNDP, le 28 novembre 2012, Pour une histoire de la radio-télévision scolaire, accessible, Enregistrement disponible sur Canal U. URL : https://www.canal-u.tv/producteurs/universite_paris_diderot/pour_une_histoire_de_la_radio_television_scolaire

15 Journée d’étude « Images Scolaires, cinéma éducatif, télévision scolaire », 25 avril 2012, IUFM académique de LYON en partenariat avec le Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA) au Centre de Recherche d’Étude et de Documentation sur l’Image en Éducation (CREDIE) de Saint-Étienne.

16 La cinémathèque Antenne compte un grand nombre de titres communs avec CCEP car un titre de film diffusé par la cinémathèque scolaire pouvait être distribué par la CCEP et réciproquement.

17 Vignaux V., Jean-Benoit-Lévy ou le corps comme utopie, op. cit.

18 Il ne s’agit pas d’un dépôt mais d’une cession en propriété matérielle.

19 Média, Informations et ouvertures, le CNDP à votre service un peu d’histoire (suite et fin), septembre 1978, n°3. p.21

20 Cependant, le catalogue 1954 donne l’adresse de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public au 14 rue de l’Odéon, Paris 6ème., des fiches de retour donnent également l’adresse du 60 Bd du Lycée à Vanves.

21 Direction de l’enseignement Technique, Cinémathèque de l’enseignement Technique, 85, rue de Vaugirard Paris 6ème.

Source, Documents pour la classe, moyens audiovisuels, 22 juin 1961.p14.

22 Au 30 rue de la Vanne à Montrouge.

23 Médias, Propos recueillis par Haumont M.L., Informations et ouvertures, le CNDP à votre service un peu d’histoire, Les objectifs de la cinémathèque centrale multiplications et rajeunissement, mars 1978, n°1, p.25

24 Propos de Bruno Veyret recueillis par Laurent Gareau en 2016 (entretien audio).

25 Marie A, Catalogue, des films de la cinémathèque de Centre national de Documentation Pédagogique, 1954, imprimerie national X359154, p.43.

26 Documents audiovisuels pour la classe, Moyens audiovisuels, n°97, 22 juin 1961 via Gallica.bnf.fr / réseau Canopé. P13.

27 Colloque « Histoire de bobines »,L’audiovisuel pédagogique dans la deuxième moitié du XXe siècle : productions et usages, les 20-21 novembre 2018 à l’INSPE, Lille nord de France avec la participation de nombreux partenaires dont la CCEP – DUB de la Sorbonne-Nouvelle.



Citer ce billet
Mathilde Rouxel (2022, 29 août). Frédéric Rolland, Histoire de la Cinémathèque Centrale de l’Enseignement Public. Kinopedia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qm0d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search